Devenez soigneur d'un jour au zoo de Paris

Par Clio Bayle

Vous avez toujours rêvé de devenir soigneur animalier dans un zoo de Paris ? C’est désormais possible ! A l’occasion de son premier anniversaire, le zoo de Vincennes propose à ses visiteurs de découvrir l’envers du décor pendant toute la durée du mois d’avril. Instant câlin avec les rhinocéros, dressage d’otaries, nourrissage de girafes… Le zoo de Paris vous offre la possibilité de devenir soigneur animalier le temps d’une journée. Cerise sur le gâteau, l’initiation est gratuite !

Le petit déjeuner des girafes

Petit déjeuner avec les girafes, nourrissage du lamantin, dressage des otaries, visite des loges des rhinocéros... À partir du 1er avril et jusqu'à la fin du mois, le zoo de Paris, plus connu sous le nom de zoo de Vincennes, met le travail des soigneurs à l'honneur. Nous avons eu le droit à un aperçu des réjouissances à venir.

Le programme

> Pour connaître le programme des animations, suivez la page Facebook du zoo en avril.

Un petit-déjeuner avec des girafes

8h30 : top départ de la journée. L'heure pour les girafes de prendre le petit-déjeuner, et pour nous aussi !  Ça tombe bien, le réveil matinal ne nous en a pas laissé le temps. Pourtant, arrivé sur place, ce n'est pas le grand buffet qui attire notre attention, mais la vue panoramique et plongeante sur les appartements des girafes du zoo. Difficile de s'intéresser à une tasse de café ou à un croissant quand on est nez à nez avec plus d'une dizaine de girafes qui mâchouillent. Et la curiosité est réciproque ! Certaines d'entre elles nous fixent aussi, étonnées peut-être de nous trouver là, à hauteur de leurs yeux.

Bilan de l'expérience : génial !

Nourrissage subaquatique du lamantin

Le lamantin du zoo de Paris

Toutes les 5 minutes environ, Tinus le lamantin interrompt son repas et remonte son nez à la surface pour respirer.

Direction ensuite la serre tropicale. C'est l'heure de nourrir le lamantin, créature pour le moins extraordinaire. Aussi appelé vache de mer, cet animal herbivore se nourrit sous l'eau et c'est donc là que les soigneurs plongeurs du zoo disposent tous les matins sa nourriture. Derrière les vitres du bassin, nous avons tout loisir d'observer le plongeur attacher au sol et aux branches du bassin... Des salades ! Au menu, ce jour-là : feuilles de chêne et salade romaine. Mais où est le lamantin ? Le voilà, dans la deuxième partie du bassin, déjà occupé à manger goulûment des salades. Avec ses 4 mètres de long et ses 600 kg, il offre un spectacle impressionnant. La vision est d'autant plus frappante qu'il est entouré d'un véritable nuage de morceaux de salades... Tinus ne mange pas proprement !

Bilan de l'expérience : on adore !

Assister au dressage médical des otaries

Dressage des otaries

« Où as-tu mal ? » demande le soigneur à l'otarie. L'otarie ouvre la bouche. « OK, j'ai compris. Tu as mal à la bouche. » « Et l'otarie, elle met le chocolat dans le papier d'alu... Mais bien sûr... » me direz-vous. Détrompez-vous ! Ce scénario ne relève pas d'un ouvrage de science-fiction pour vétérinaire mais bien de la réalité. Au parc zoologique de Paris, les otaries reçoivent tous les jours un entrainement / dressage pour les préparer à l'éventualité d'un pépin de santé. À les voir aussi complices avec leurs soigneurs, on ressent l'envie soudaine d'épouser la profession. Ces mammifères marins à la bouille irrésistible sont connus pour leurs prouesses suite au dressage, mais impossible de s'en lasser. Les enfants vont adorer.

Bilan de l'expérience : on en redemande.

Visite des loges des rhinoceros blancs

Les rhinoceros blancs de Vincennes

Wami et Angus, les rhinocéros blancs du zoo de Paris.

Saviez-vous que les rhinocéros sont des animaux très tactiles ? Contrairement aux hippopotames, ces animaux sont plutôt du genre docile et ils adorent les caresses. Parole de soigneur ! Pas de là à laisser le public les approcher de près cependant. Malgré leur relative docilité, Angus et Wami pèsent tout de même plus d'une tonne chacun et un mouvement brusque de leur part, même non-intentionnel, peut être très dangereux. Tant pis, faute de pouvoir leur caresser l'intérieur des pattes (leur partie la plus sensible a priori), nous voici dans leurs appartements privés pendant qu'ils n'y sont pas. Étonnant ! Entre l'espace où circulent les soigneurs et les « chambres » des rhinocéros, pas de murs ! Les rhinocéros sont si larges et si costauds que des pylônes espacés d'environ 50 cm suffisent à les contenir. Enfin, pas de simples pylônes... Ceux-là sont enfoncés plusieurs mètres dans le sol de béton !

Bilan de l'expérience : sympa !

Tags