Compostelle : à Saintes, de Rome au roman

Par Hugues Dérouard
source : Détours en France Hors-série Compostelle

Au bord de la Charente, la capitale historique de la Saintonge, sous une apparence quelque peu austère, allie 
le charme quasi méridional de ses façades blanches aux souvenirs de 
son riche passé. Les pèlerins du chemin de Tours y vénèrent les reliques de saint Eutrope.

Sur le chemin de Saintonge

Sur le chemin de Saintonge, un pavage romain.

Le peuple des Santons lui a donné son nom, mais Saintes est bien une création romaine. Capitale de la Gaule aquitaine, la ville est dotée de nombreux monuments gallo- romains.Vous ne pouvez manquer le sym- bole de Saintes, l’arc romain de Germani- cus (ce monument, sauvé au XIXe siècle par Prosper Mérimée, montre combien les Saintais adoptèrent rapidement les us et coutumes des Romains), un édifice votif érigé au Ier siècle au bord de la Charente à l’entrée du Vieux Pont, aujourd’hui détruit, qu’empruntaient les pèlerins. La ville
compte aussi, rive
gauche, un amphi-
théâtre, l’un des plus
anciens et mieux
conservés. Au nord,
dans le faubourg
Saint-Vivien, vous
 découvrirez les thermes de Saint-Saloine. Par-delà le pont Bernard-Palissy, vous pourrez flâner, rive droite, dans un quartier aux maisons de type saintongeois traditionnel, en pierre de taille à deux étages surmontés d’un attique éclairé par des fenêtres carrées ou des œils-de-bœuf. Au-dessus des toits se découpe le clocher en « pomme de pin » de l’abbaye aux Dames, fondée en 1047 par Geoffroy Martel et sa femme Agnès de Bourgogne. Elle a conservé son église romane, Notre-Dame (XIe-XIIe siècles), à la si belle façade, l’une des plus grandes et plus ornées de la Saintonge. Les anciens bâtiments monas- tiques, restaurés, abritent aujourd’hui le Centre de culture européenne de Saint-Jacques-de-Compostelle.

Sous le ciel bleu de Saintonge, la pierre blanche magnifie la grâce du décor sculpté des églises romanes

Chapiteau sculpté de l'abbaye aux Dames de Saintes

Un chapiteau sculpté de l'abbaye aux Dames de Saintes.

Au XIe siècle, Guy-Geoffroy-Guillaume, comte de Poitiers et Hugues, abbé de Cluny, décident de faire bâtir, rive gauche, à l’emplacement de l’ancien sanctuaire funéraire où reposerait le corps de saint Eutrope, l’évêque martyrisé, l’église qui lui est dédiée. Quoique mutilée, elle demeure l’un des chefs-d’œuvre de l’architecture romane par son chevet à absidioles, sa crypte, ses sculptures saintongeoises et son clocher. Cette église, sur trois niveaux, fut conçue pour accueillir les pèlerins et devenir le lieu de culte d’une grande communauté de moines bénédictins. Merveille architec- turale, l’immense crypte aux magnifiques sculptures, sur ses chapiteaux notamment, abrite encore le tombeau du saint et dégage une grande impression de puissance. Un peu plus loin, au pied de la cathédrale Saint-Pierre, triomphe du gothique flam- boyant, les rues pavées suivent agréablement le cours de la Charente.

À voir aussi à Saintonge

Compositions des choses à voir à Saintonge

Un chapiteau de Notre-Dame de Surgères, église du XIe siècle (1), Détails de Saint-Pierre d'Aulnay (2)... un chien de chasse (3)... un visage solaire et énigmatique (4).

L'église Saint-Pierre de la Tour d'Aulnay

Datant du XIIe siècle, l’église Saint- Pierre de la Tour d’Aulnay, classée au patrimoine de l’Unesco mais
un peu à l’écart de la via Turonensis, en Charente-Maritime, mérite un détour. Bien que conçue sur un plan très simple en forme de croix latine, avec nef à collatéraux, c’est une merveille de l’art roman. Sa sobriété met en valeur la
richesse du décor sculpté de son portail sud notamment, orné d’un magnifique bestiaire. Ici tout est remarquable : chaque chapiteau, chaque modillon est d’une beauté exceptionnelle. L’église est entourée d’un cimetière – avec de curieuses tombes sur pilotis – et d’une belle croix hosannière du XVe siècle.

Voir aussi le dossier complet sur la Via Turonensis : Compostelle, les plus belles étapes du chemin de Tours