Compostelle : premiers pas en Navarre espagnole

Par Hugues Dérouard
source : Hors-série Compostelle

Le pèlerin, par 
la via Podiensis, aura effectué sept cent quatre-vingts kilomètres pour fouler le sol de Pampelune, en Navarre espagnole. Pour le pèlerin, il est temps de se reposer un peu.

Les pèlerins de tôle de la Serra del Perdon


Les pèlerins de tôle de la Serra del Perdon.

« Merveilleuse Navarre, écrit Jean-Claude Bourlès, écrivain-voyageur breton, avec ses villages de tuiles aux murs chaulés, épousant les replis des collines. »

Après Roncevaux, vous rencontrez sur le chemin, tour à tour doux et vertigineux de cette Navarre pyrénéenne, de nombreux petits villages aux bâtisses austères : Burguete, Biskarreta, Zubiri, Larrasoaña, Zabaldika et Villava.

De Villava, on aperçoit Pampelune (Iruña en basque). Vous suivrez l’Arga que vous traversez par le pont roman de la Magdalena pour entrer dans la capitale de la Navarre après avoir franchi le Portal de Francia, décoré des armoiries impériales de Charles V et des lys de France. Voici la grande ville qui se profile, le chemin mène vers plus de civilisation ! Pampelune, « capitale » de la Navarre : deux cent mille habitants !

Sur la crête de la sierra del Perdon, entre la verdoyante Navarre et l’aride Meseta, des pèlerins en tôle projettent leurs ombres quelque peu inquiétantes

Le dépaysement est assuré pour le pèlerin qui traverse une agglomération, ce qu’il n’avait plus fait depuis longtemps. « On s’y sent perdu, sans repères, même si les flèches jaunes du camino continuent à fleurir sur les colonnes des réverbères ou sur les montants des panneaux de sens interdit. L’âme du chemin semble s’y dissoudre dans la cacophonie de la modernité», écrit Jean-Yves Grégoire (Saint-Jacques, le chemin des chemins, Rando Éditions, 2005).

Il n’empêche : le vieux centre enserré dans ses murailles mérite une visite approfondie. La capitale de l’ancien royaume de Navarre conserve de nombreux et magnifiques monuments qui témoignent de son glorieux passé. Ne manquez pas la cathédrale gothique (XIVe et XVe siècles) qui se dresse dans la partie haute de la ville, Dans le quartier de la Navarreria. Ce sanctuaire qui remplace un édifice roman vaut à lui seul le détour. Tout comme les ruelles commerçantes qui sont très animées. Même s’il est vrai que, généralement, le marcheur brûle d’impatience de retrouver la paix et le silence des chemins.