On a testé pour vous : Saint-Jacques à vélo

Par Clio Bayle

« Le grand chemin de Saint-Jacques » est la plus longue des routes vers Compostelle. C'est aussi la plus plate et la plus fréquentée par les cyclistes en France. Nous avons enfourché un vélo  et testé l'itinéraire en Eure-et-Loir. Petite balade bucolique !

Saint-Jacques à vélo Au fil de l'Eure, on découvre une campagne où se côtoient d'anciennes maisons de pierre, de vertes pâtures, de jolis petits villages fleuris et de tranquilles bords de rivières où le temps semble ralentir sensiblement sa course.

Saint-Jacques à vélo : une véloroute de près de 380 km

saint_jacques_velo_panneaux_cb.jpg
Entre Rambouillet et  Châtellerault, 380 km de véloroute traversent la Beauce et la Tourraine en suivant tour à tour l'Eure, le Loir, la Loire et la Vienne. Plus loin, elle rejoint le tracé de la Loire à vélo.

Plus de renseignements sur le site de Ma rando à vélo.

Le château de Maintenon

Début de parcours très culturel pour cette escapade en Centre-Val de Loire. Tout passionné d'histoire que nous sommes, il était impossible pour nous de passer à côté du magnifique château de Maintenon. C'est donc là que nous commencerons notre parcours !

Château de Maintenon

Si, comme beaucoup de Français, vous avez vu le téléfilm à succès de 1995, L'Allée du Roi, vous connaissez déjà les grandes lignes de la vie de Madame de Maintenon. Épouse secrète de Louis XIV, elle fut d'abord veuve Scaron, engagée comme gouvernante des enfants illégitimes du roi avec sa maîtresse Madame de Montespan. Pour la remercier de ses bons services, et parce qu'il s'était pris d'affection pour elle, le Roi Soleil lui offrit l'équivalent de 100 ans de salaire. Une somme dont elle se servit pour acheter le château de Maintenon.

De la présence de Madame de Maintenon en ses murs, et a fortiori, de la présence du Roi Soleil, le château garde deux souvenirs architecturaux. D'abord, une aile menant à la chapelle, construite exclusivement pour le roi, puisqu'il était d'usage qu'il se rende à la messe sans sortir à l'extérieur. Ensuite, et ce rappel est de taille, un aqueduc inachevé au fond du parc !  Louis XIV désire approvisionner les fontaines de Versailles avec l'eau de l'Eure. Pour cela, il demande à Vauban de construire un gigantesque aqueduc sur le modèle romain du pont du Gard. Très couteux, le projet sera abandonné en 1695 pour cause de guerre, les caisses du royaume étant vides et la main d'œuvre, transformée en soldat.

Des jardins à la française comme sous Louis XIV

Les jardins à eux seuls sont une bonne raison de venir au château. Refaits en 2013 selon des plans de Le Nôtre datant de 1686, les parterres à la française sont parfaitement fidèles à l'esprit de l'époque. En automne, on peut venir y flâner parmi les sauges bleues ( la couleur préférée de Madame de Maintenon), les impatiences de Nouvelle-Guinée et les rosiers boules. Au printemps, ces floraisons sont remplacées par des tulipes et des myosotis bleus et roses.

Que faire d'autre à Maintenon ?

Une partie de golf avec vue sur l'aqueduc et le château ! Un 18 trous juxte les abords du parc et attire les golfeurs de toute la région.
Plus de renseignements sur le site du golf du château de Maintenon.

Les ateliers Loire

la gamme de couleur des ateliers Loire La verrière de coloration est comme un nuancier géant qui permet de choisir les couleurs.

Qui dit Chartres dit forcément vitrail. Fortement connoté religieux, l'art du vitrail existe depuis le Moyen-Âge. Malgré le déclin de la demande de la part de l'Église, il perdure encore aujourd'hui et une poignée d'ateliers spécialisées subsiste.

L'un des ateliers les plus réputés au monde

Sur le chemin de Chartres, ne manquez pas de vous arrêter dans l'un de ces ateliers, peut-être le plus réputé au monde ! Les ateliers Loire, du nom de leur fondateur, Gabriel Loire, réalisent depuis 1946 des œuvres et des chantiers partout sur la planète. Entreprise familiale, c'est maintenant le fils et les deux petits-fils de Gabriel qui font vivre l'équipe d'une dizaine de compagnons qui travaillent là.

Atelier Loire Alliant technique traditionnelle et techniques nouvelles et innovantes, les ateliers occupent plusieurs centaines de mètres carré, divisées en autant de sections spécialisées (verrière de coloration, atelier de peinture sur verre, atelier de mise sur plomb, salle des grands fours de cuisson, etc.).

Pour visiter les ateliers

Des visites gratuites sont organisées tous les vendredi à 14h30 (réservation obligatoire, maximum 5-6 personnes ).
Pour les plus grands groupes (8 à 20 personnes), une visite en semaine est possible sur réservation. Celle-ci est payante (100 euros / groupe).

Plus de renseignements : 02 37 21 20 71 ou sur le site Internet des ateliers Loire.

La cathédrale de Chartres et ses vitraux

la cathédrale de Chartres

De l'extérieur déjà, la cathédrale est impressionante. Ses deux tours dissemblables, puisque construites à des époques différentes, s'élèvent respectivement à 103 et 112 mètres, la rendant visible de très loin. On la reconnait également aisément grâce à sa toiture verte en cuivre, l'une des particularités de l'édifice. À la suite d'un incendie au XIXe siècle, la toiture d'origine en plomb fut complètement détruite et remplacée par un matériau plus contemporain.

Insolite

L'une des colonnettes qui composent la rosace du XIIe siècle qui orne la façade a été mise à l'envers ! La personne responsable de cette bourde a si bien maquillé son erreur que personne ne s'en est rendu compte pendant huit siècles. Pourtant, à l'œil nu, le subterfuge se voit. Observez attentivement la colonette qui se trouve à 11 h sur le cadran !

À l'intérieur, la magie opère

Vitraux de la cathédrale de Chartres 1. Vitrail des Miracles de Notre-Dame (1200).
2. Certains des vitraux de la cathédrale furent offerts par les différents métiers de la ville. Ils sont signés au bas, comme ici par les charpentiers.

Célèbre dans le monde entier pour ces vitraux, la cathédrale de Chartres révèle toute sa superbe à l'intérieur. C'est là, dans l'obscurité et le silence que la magie opère. 2600 m2 de vitraux transforment la lumière du jour en une explosion de couleurs primaires dont la dominante bleue est réputée dans le monde entier. Le fameux bleu de Chartres (voir encadré).

Cet ensemble vitré est le plus important du XIIe et XIIIe siècle. 173 des 183 fenêtres datent de cette époque. Les vitraux qui se trouvent au dessus du portail d'entrée sont d'ailleurs les plus anciens au monde. L'ensemble fut construit en un temps record pour l'époque, notamment grâce à la participation des différentes corporations de métiers de la ville qui chacune offrit gracieusement à la cathédrale ses fenêtres. Plus la corporation était riche, plus elle en a offert. Observez attentivement le bas des vitraux, les donateurs signaient leurs offrandes d'un dessin les représentant (voir exemple ci-dessus).

Le bleu de Chartres

On parle souvent du fameux bleu de Chartres. En réalité, il existe plusieurs teintes de bleu sur les vitraux de la cathédrale. Le bleu des vitraux datant du XIIe siècle était obtenu à partir de cobalt pur.  Celui des vitraux du XIIIe siècle, à partir de manganèse.

Cette réputation autour du bleu de Chartres, la cathédrale la doit essentiellement au fait que les pigments bleus utilisés pour colorer les vitraux ont mieux résisté au temps que pour les autres couleurs. Aujourd'hui, des suites de la restauration, la dominante bleue est moins prononcée qu'auparavant.

Chartres en lumières

Chartres en lumière Si vous avez la chance de passer à Chartres dans la période d'avril à octobre, revenez observez la cathédrale après le coucher du soleil. 

Lorsque Chartres revêt ses habits de lumière, un véritable parcours fluorescent se dessine dans la ville. En 2015, par exemple, pas moins de 26 tableaux se déclinaient sur différents bâtiments de la ville. Le clou du spectacle est sans surprise la façade de la cathédrale dont le tableau dure plusieurs minutes. Notre coup de cœur 2015 va toutefois au tableau du portail Nord de la cathédrale. Une fois éclairés, les personnages sculptés qui composent le portail se couvrent de couleurs vives, comme peints à la main. C'est en fait une reproduction de ce à quoi ils devaient ressembler à l'origine. Aussi étonnant que cela puisse paraître aujourd'hui, les pierres de la cathédrale étaient, à l'origine, peintes ! Difficile à imaginer, non ?

Sur les traces de Marcel Proust

Plus loin sur l'itinéraire, entre Chartres et Chateaudun, la ville d'Illiers-Combray est l'occasion d'une halte littéraire où la fameuse "madeleine de Proust" prend tout son sens.

Une ville à la fois réelle et fictive

Le nom même de la ville d'Illiers-Combray porte l'empreinte de Marcel Proust. Enfant, le futur écrivain venait passer ses vacances dans cette petite ville d'Eure-et-Loire, alors appelée seulement Illiers. Plus tard, il s'en inspire directement dans son roman, À la recherche du temps perdu, pour la ville fictive de Combray. En 1992, la municipalité décide d'accoler les deux noms et Illiers devient Illiers-Combray.

Le jardin du pré-catelan

jardin du pré-catelan

Après quelques kilomètres de vélo, on pique-nique volontiers aux abords de ce magnifique jardin dans lequel se promena avant nous le petit Marcel Proust. Œuvre de son oncle, le jardin inspira le futur écrivain qui y fait référence dans son roman sous le nom de parc de Swann. En s'y promenant, on comprend aisément la fascination qu'un tel endroit ait pu déclencher chez un enfant. Chargé d'une ambiance romantique propre aux jardins à l'anglaise, il est traversé par une petite rivière sinueuse, et ponctué de petites constructions néo-gothiques et néo-orientales.

La maison de tante Léonie : le berceau de l'œuvre de Proust

Connaissez-vous l'origine de l'expression "une madeleine de Proust" ? Il peut s'agir d'une odeur, d'un bruit, d'une saveur, ... un élément déclencheur qui fait soudainement remonter un souvenir à la surface. Marcel Proust en fit l'expérience en dégustant une simple madeleine. Madeleine qui le ramena des années en arrière, lorsque enfant, il venait passer les vacances dans la maison de sa tante Léonie. Cette période de son enfance, l'écrivain la tient comme l'une des plus heureuses de sa vie, avant qu'il ne tombe malade et que son asthme ne transforme sa vie définitivement.

Cette maison de ville existe toujours et abrite le musée Marcel Proust. Parmi les objets exposés, des lettres, des photos, des manuscrits ayant appartenu à des proches, dont Odile Albaret, sa gouvernante et confidente. Un voyage intime au cœur du berceau de l'œuvre de Marcel Proust.

Pour visiter la maison de la tante Léonie

Ouvert les jours (sauf le lundi) de 14h30 jusqu'à 17h.
Entrée : 7 € et gratuit pour les enfants de moins de 12 ans.

Plus de renseignements : 02 37 24 30 97 ou sur le site Internet du musée.

Les jolies adresses

capture_decran_2015-10-16_a_09.58.14.pngAux charmes de Maintenon

Après avoir créé chapeaux, parures en plumes et perles pours les plus grands couturiers et cabarets, Carmen et José ont ouvert 5 chambres de charme à deux pas du château de Maintenon. Accueil chaleureux dans une belle propriété entourée d'un jardin en bord de rivière. Piscine chauffée et sauna.

La bergerie de l'Aqueduc

À 5 km de Maintenon, dans les dépendances d'une ancienne ferme seigneuriale, Jean-Philippe Lafont, chanteur baryton international qui a chanté les plus grands airs d'Opéra et sa femme Martine, artiste peintre, proposent 4 belles chambres d'hôtes au cœur d'un parc arboré très agréable. Salle de billard, piscine chauffée à l'eau salée.

Le Grand Monarque à Chartres

Ce n'est pas une adresse confidentielle cette fois mais une véritable institution dans la ville. Situé au cœur de la ville, cet hôtel et spa propose également dex restaurants dont un étoilé et un bar lounge.