La Tarentaise : un tour au paradis

Par Vincent Noyoux
source : Détours en France n°176, p. 70

Aux lisières du parc national de la Vanoise, Le Grand Tour de Tarentaise croise des lacs d’altitude, un sommet blanc comme du sucre, un glacier noir et des pins multicentenaires. Un paradis vert...

Vue depuis le sommet du Petit Mont Blanc


Au sommet du Petit Mont Blanc (2 677 m),le panorama se déploie sur la Grande-Casse (3 855 m), point culminant de la Savoie,
sur les glaciers des dômes de la Vanoise et sur le mont Blanc.

Le Petit Mont Blanc est une éminence qui doit son nom au gypse. Cette roche blanche et soluble dans l’eau est si tendre qu’on y enfonce son bâton comme dans du beurre ! Ici et là, elle surgit du sol comme un squelette de dinosaure. Plus loin, la cargneule, roche sédimentaire trouée, forme des ruines tourmentées. C’est dans ce paysage lunaire que l’on atteint le sommet du Petit Mont Blanc (2 677 mètres). Le mont Blanc, le vrai, culmine au loin, par-delà la Grande Casse (le plus haut sommet de Savoie, 3 855 mètres), les cimes des Trois Vallées et les dômes de la Vanoise, couverts de leur épaisse calotte glaciaire. Les pentes de Courchevel ne sont pas loin, mais pas un télésiège à l’horizon. Le Grand Tour de Tarentaise réussit l’exploit de se faufler entre les pistes du plus grand domaine skiable du monde (les Trois Vallées) presque sans croiser une remontée mécanique ou un téléphérique.

Le col des Saulces


Le col des Saulces marque le début de votre descente. Parmi les paysages traversés : douceurs des alpages, landes à myrtilles et rhododendrons.

Le versant oriental du Petit Mont Blanc


Sculpté de ravines profondes et criblés de dépressions, le versant oriental du Petit Mont Blanc accentue le caractère quasi lunaire du paysage.

Le lac du Pêtre


Le lac du Pêtre, sous le regard de l’aiguille du Rateau. Les vallées ouvertes et accueillantes, tapissées de vert, contrastent avec la beauté sévère des aiguilles rocheuses et des falaises vertigineuses.