Les joyaux de Varengeville-sur-mer

Par Hugues Dérouard
source : Détours en France n°158, p. 83

Le manoir d'Ango à Varengeville-sur-mer


Pré carré de beauté, le manoir d’Ango est le reflet de l’ambition et de la fortune d’un homme : Jehan Ango, puissant armateur, principal financier de François Ier, amateur d’art éclairé et vrai humaniste. Pour élever cette résidence de plaisance, il fera venir d’Italie sculpteurs, architectes et artistes. Léonard de Vinci fera le déplacement depuis Gênes pour orner la loggia et le premier étage.
 On colporte même qu’il fit construire un passage souterrain entre son palais campagnard et son château de Dieppe...

Le village-rue à quelques encablures de Dieppe mérite à lui seul le voyage. Son église du XIIe siècle semble suspendue à la falaise, dans un écrin de verdure. Autour d’elle, un cimetière marin où repose l’artiste Georges Braque, qui réalisa un vitrail pour l’église. Le lieu, d’une poésie extraordinaire, offre une vue inoubliable sur la côte. À quelques centaines de mètres, le bois des Moutiers est un autre site admirable au bord des falaises. La maison, le parc, les jardins ont été créés à la toute fin du XIXe siècle par Guillaume Mallet. Ambiance british, et pour cause : les jardins ont été aménagés par Gertrude Jekyll, fameuse paysagiste anglaise, et le manoir conçu par l’architecte Edwin Lutyens... Ici, rhododendrons, azalées ou magnolias se confondent avec la flore sauvage de la côte... Non loin, l’un des plus beaux lieux de Normandie : le manoir d’Ango, résidence d’été du richissime armateur dieppois Jehan Ango (1480-1551), construit entre 1530 et 1545. Un joyau de la Renaissance italienne en terre normande. Le plus travaillé, le plus beau de tous les colombiers normands, revêtu de marqueterie de pierres et de briques, trône, majestueux, au milieu de ce vaste rectangle.