Les hautes chaumes : sur les steppes d'altitude

Par Hughes Derouard
source : Hors série - France sauvage
Publié le 27/08/2015

Du col du Bonhomme au Grand Ballon d’Alsace, la route des Crêtes dévoile les Hautes Vosges dans toute leur splendeur. Dômes arrondis, forêts, tourbières, lacs, et, dès 900 mètres d’altitude, les chaumes, fascinant paysage ouvert de landes et de pâturages parsemés de fermes-auberges traditionnelles.

grand ballon des Vosges Au sommet du Grand Ballon, Grosser Belchen en alsacien, point culminant du massif à 1 424 mètres, la vue panoramique permet de repérer la plaine de Mulhouse à Colmar, la Forêt Noire, les Jura suisse et français et, par temps clair, la chaîne des Alpes. Au sommet du Grand Ballon se trouve le monument aux Diables Bleus de la Première Guerre mondiale, un radôme et une table d’orientation.

Aux beaux jours, la présence de motards, cyclistes et randonneurs pédestres ferait presque oublier que la route des Crêtes, proche de la ligne de crête du massif vosgien, fut ouverte dans un but stratégique pendant la guerre de 1914-1918. L’objectif était pour les Poilus d’assurer la communication du nord au sud entre les différentes vallées du front des Vosges et de contrôler les invasions allemandes. Aujourd’hui, cette route désormais touristique, ouverte généralement de la mi-mai à la mi-novembre, offre les vues les plus époustouflantes que l’on puisse observer sur les Hautes Vosges.

le lac blanc Sur les joues rondes des ballons glissent des larmes d’un bleu sombre, comme l’éclat de ce lac Blanc (1 055 mètres), relié au lac Noir, situé 120 mètres en aval, par une conduite alimentant une centrale hydroélectrique.

randonneurs dans les hautes chaumes

Pour vous en rendre compte, partez du col du Bonhomme (949 mètres) et suivez la D148 en direction du sud. Une première étape s’impose au Gazon du Faing. De là, vous pouvez admirer, au fond du cirque de Lenzwasen, le charmant petit lac des Truites. Profitez-en pour monter à pied (en 20 minutes) jusqu’au Hans, un gros rocher. Savourez la vue sur le magnifque lac Blanc, encastré dans un cirque glaciaire. Il doit son nom au sable cristallin qui en tapisse le fond, à 72 mètres. Les hautes falaises granitiques qui l’encerclent sont en partie boisées, ce qui atténue un peu la rudesse du lieu.

vallée de Kaysersberg Les GR5 et GR53 traversent l’ensemble du massif vosgien en suivant la ligne de crêtes qui balise, du col du Donon au Ballon d’Alsace, ce que les Français baptisèrent la « Ligne bleue des Vosges » après la guerre de 1871. Avec leurs allures de steppes, les hautes chaumes font partie intégrante de l’économie pastorale.

En poursuivant, sur la D61, quatre kilomètres avant le célèbre col de la Schlucht (1 139 mètres), un panneau indique, sur votre gauche, le lac Vert. Empruntez alors le sentier. Caché derrière une forêt de sapins, le plan d’eau se dévoile au fur et à mesure que vous avancez, tout aussi envoûtant que le lac Blanc, mais d’une couleur bien différente ! Les plantes aquatiques qui prolifèrent à la belle saison lui donnent cet étrange ton émeraude.

hautes-chaumes_grand-ballon

La route des Crêtes, vertigineuse, mène ensuite au Hohneck. Ce sommet, à 1 362 mètres, offre un splendide panorama du Donon au Grand Ballon, mais aussi sur la plaine d’Alsace et la Forêt-Noire, en Allemagne. Nous sommes ici dans les hautes chaumes, ce paysage caractéristique des Vosges qui apparaît à partir de 900 mètres d’altitude environ. Au Moyen Âge, le défrichement de la hêtraie par les moines des abbayes de la région pour l’activité pastorale a agrandi un paysage naturel de lande, d’herbes et d’arbustes. « Les hautes chaumes s’étendent sur environ 4 500 hectares, dit-on au parc naturel régional des Ballons des Vosges. Ici, le climat de la grande crête est exceptionnellement rude avec des étés relativement froids, des vents parfois violents et des pluies très abondantes (plus de 2 000 mm d’eau par an). » Un paysage ouvert, balayé et jauni par les vents, qui prend parfois des aspects lunaires, mais où, en même temps, les beaux jours, s’épanouit une flore délicate : myrtille, gentiane jaune, arnica, graminées, callune, fenouil des Alpes ou encore l’endémique pensée des Vosges.

la ferme du Haag Ferme du Haag.

La D430 se faufile ensuite en corniche à travers cet envoûtant et fragile « désert » des hautes chaumes émaillées de tourbières. Vous arriverez bientôt au Markstein. Posée sur un plateau à 1 260 mètres, c’est l’une des plus importantes stations de sports d’hiver d’Alsace. Impossible de ne pas faire une pause dans une des fermes-auberges qui parsèment cette partie de la route. Ces héritières des traditionnelles marcairies (où vivaient les marcaires, les éleveurs des montagnes, et dans lesquelles ils fabriquaient leur fromage) vous accueillent autour de grandes tablées pour une collation ou un repas roboratif composé de tourtes, viandes fumées, munster arrosé de kirsch, sans oublier la tarte aux brimbelles – aux myrtilles.

monument dédié aux Diables bleus

Après cette étape requinquante, regagnez la route pour atteindre en quelques minutes le Grand Ballon, point culminant du massif des Vosges (1 424 mètres), parfois appelé Ballon de Guebwiller, nom de la ville la plus proche. Laissez votre véhicule au pied du chalet et grimpez au sommet par le sentier à gauche. Là, un monument dédié aux Diables bleus, les chasseurs alpins, vient rappeler les événements tragiques de la Première Guerre mondiale. Un et grimpez au sommet par le sentier à gauche. Un peu loin, se découvre d’ailleurs le Vieil-Armand, nom décerné par les Poilus à l’Hartmannswillerkopf : l’un des champs de bataille les plus meurtriers du front d’Alsace (30 000 morts). Un monument national y est érigé au-dessus d’une crypte qui renferme les ossements de 12 000 soldats inconnus.

Se renseigner

Maison du parc naturel régional des Ballons des Vosges
1 cour de l’Abbaye
68140 Munster
03 89 77 90 20 et parc-ballons-vosges.fr

  • Maison du parc naturel régional des Ballons des Vosges - activité enfant Pâques - Voir la fiche