Blesle, un condensé de charme

Par Dominique Roger - Hugues Derouard - Mélanie des Monstiers
source : Hors série - Les plus beaux villages de nos régions 2013, p. 18
Publié le 20/07/2015

L’ancien château des Mercœur, les maisons à pans de bois, la « Tour aux vingt angles » ou celle du Massadou sont autant de monuments historiques qui éveillent l’intérêt du visiteur de Blesle, en Haute-Loire... avant de combler son appétit.

det_hs_village_13_blesle_fli_konrad_hadener2.jpg Bienvenue à « Bleira », un bourg auvergnat niché sur les confins du Cantal et du Puy- de-Dôme, au bord de la Voireuze. La tour du Massadou (XIIIe siècle) inspecte les environs du haut de son piton rocheux.

Un charme pittoresque

« Danse, danse fille d’Auvergne, avec les beaux gars d’chez nous ; danse, danse beau gars d’Auvergne, avec la brune aux yeux doux... » Toute l’année, un doux parfum d’allégresse enveloppe Blesle, et l’on s’y sent comme chez soi. Le charme pittoresque de ce village médiéval posté sur la route de Compostelle opère en un rien de temps. Pour preuve, celui-ci a aussi tapé dans l’œil de Christophe Barratier pour son film La Nouvelle Guerre des boutons, et Gérard Klein, l’enfant du pays, y a tourné deux téléfilms.

det_hs_village_13_blesle_fli_konrad_hadener.jpg Le charme de ce village médiéval opère en un rien de temps.

Bravant à la fois les caprices du temps et de l’érosion, Blesle a changé de visage au fil des ans. L’agriculture s’est marginalisée et les plan- tations d’arbres fruitiers (pommiers, poiriers, pruniers, cerisiers) ou de vignes en terrasses ont disparu au profit de coteaux boisés et de plateaux d’herbage. Mais les habitants, eux, se rient des métamor- phoses et continuent de cultiver leur joie de vivre... et les plaisirs simples de la vie ! La fête en fait partie, et ils s’y adonnent à toutes les occasions : fête du Pain, de la Peinture, foire de la Saint-Martin et festival annuel des Apéros musique.

Festival des apéros musique de Blesle

Depuis douze ans, la commune organise sur trois jours au mois d’août un festival de musique éclectique réunissant des groupes divers et variéPar ailleurs, à l’occasion de la journée Tremplin des Apéros musique, le festival offre l’opportunité aux chanteurs et musiciens en herbe de révéler leur talent sur la scène du village et même de se faire connaître au-delà. Et à ne pas manquer non plus : le concert de Printemps, chaque année au mois de mars.

Renseignements : www.aperos-musique-blesle.com

Les plaisirs de la table

Allons faire un tour sur la place du Vallat, à La Bougnate. Ce jour-là, le restaurant qui a appartenu à Gérard Klein, acteur reconverti en maître de maison, propose des plats alléchants, tels qu’un carré d’agneau sauce morilles ou du bœuf à la ficelle... Décidément, à Blesle, on ne badine pas avec le terroir.

Un patrimoine culturel

L’histoire de la bourgade est liée à son abbaye bénédictine fondée au XIe siècle par Ermengarde d’Auvergne, la mère de Guillaume le Pieux, fondateur de l’ordre de Cluny. De cette ancienne abbaye, il ne subsiste que l’église romane Saint-Pierre, mais on remarque toutefois quelques façades de maisons portant le blason de famille des religieuses. À l’époque, il fallait en effet avoir du sang noble dans les veines pour entrer à l’abbaye.

det_hs_village_13_blesle_montage_fli.jpg Les belles proportions de l'église romane Saint-Pierre rappellent qu’elle était réservée aux nobles et aux moniales de Blesle. De très récents travaux de restauration ont révélé des peintures murales intéressantes, et mit en valeur la richesse, et la rareté iconographique de son décor sculpté.

L'héritage d'une dynastie

La dynastie des Mercœur s’installe dans le village dès le XIIe siècle, avant que les Dauphins d’Auvergne puis la famille de Chavagnac ne reprennent possession de la seigneurie. Restauré dans un style classique, le château est devenu l’agréable foyer de personnes âgées.

Parmi les autres curiosités figurent la « Tour aux vingt angles », située en face du monastère de femmes, et, à l’ouest, la tour du Massadou (XIIIe siècle) qui inspecte les environs du haut de son piton rocheux. Jusqu'au XVIIe siècle, la dextérité des tanneurs et des tisserands de toile de chanvre a beaucoup contribué à la prospérité des lieux. Pour s’en rendre compte, il suffit de s’immiscer dans les méandres du village et d’admirer les jolies maisons à pans de bois restaurées dans les années 1970. Celles-ci témoignent, avec les noms des rues, d’un florissant passé artisanal et commercial. Après une telle découverte, on entonnerait volontiers à tue-tête le refrain de tous les gens du coin : « Qu’elle est belle, mon Auvergne... »

Les deux éminences de Blesles

Ces deux tours se dressent l'une face à l'autre. Puissance divine contre puissance seigneuriale : la tour des Mercœur, dite aussi « Tour aux vingt angles » ; et le clocher Saint-Martin (XIVe siècle), seul vestige de l’église détruite en 1830, mais dont les pierres ont été utilisées pour la construction des maisons du village.

Dans le cœur médiéval du bourg, vous avez visité l’église romane Saint-Pierre (XIe-XIIe siècles). Depuis la place de l’Église, vous gagnez, Saint-Martin, (XVe siècle). qui était le sanctuaire du peuple. Vendue à un particulier à la Révolution, ce dernier la rase, hormis son clocher portant l’horloge communale, puisque celui de l’abbatiale Saint- Pierre avait été détruit. Aussi, on retient que Blesle possède une église sans clocher et un clocher sans église !

  • Office de tourisme de Blesle - activité enfant Pâques - Voir la fiche
  • Musée de la Coiffe - Musée/Monument/Site - Voir la fiche