Champ de Bataille : le mini Versailles de l'Eure

Par Léa Billon

À 30 km d'Evreux, en Haute-Normandie, laissez-vous surprendre par un château et des jardins incroyables. Scrupuleusement restauré par le décorateur Jacques Garcia, le domaine de Champ de Bataille n'a pas volé son surnom de "mini Versailles de l'Eure".

L'histoire de Champ de Bataille

le château du champ de bataille

Situé au milieu d'un parc de 138 ha, ce superbe château ducal du XVIIe s., se compose de deux constructions jumelles en briques et en pierres.

L'histoire du nom "Champ de Bataille" remonte au Xe siècle. En 935, deux familles se livrent une grande bataille sur ces lieux. Celle qui régnait sur le Cotentin, menée par Guillaume Longue Épée, gagne face à celle de Robert le Danois. Grâce à cette victoire, la Normandie conquit son indépendance.

Ce n'est que beaucoup plus tard, en 1651, que se produit un événement fondateur : Alexandre de Créqui, frondeur et ami du prince de Condé, est exilé par Mazarin et condamné à résidence. Créqui décide alors de se faire construire un magnifique palais qui lui rappellerait les fastes de la Cour que jamais plus il n'allait connaître.

Les intérieurs

la chambre de parade

La chambre de Parade.

Ici règne l'ampleur

Jean de la Varende, à propos de Champ de Bataille

Le célèbre architecte et décorateur français, Jacques Garcia, rachète le domaine en 1992. Si les avaries du temps ont peu affecté l'architecture, considérée depuis toujours comme un chef-d'œuvre du style baroque, à l'intérieur seulement deux pièces ont échappé au naufrage : le vestibule-haut et le salon de compagnie.

la salle à manger

Avec son décor à l'antique, le salon d'honneur (ou salle à manger) est la pièce centrale du château.

Jacques Garcia entreprend alors de réinventer l'ensemble des décors. Il y présente des meubles et des objets acquis depuis longtemps. Ils proviennent pour la plupart de collections royales ou princières et avaient été dispersés lors de ventes révolutionnaires. Vingt ans d’efforts seront nécessaires pour restaurer la magnificence voulue par le premier propriétaire du château au XVIIe siècle. 

le billard

Le billard (celui-ci est d'époque Louis XIV) était un jeu très en faveur à la cour de France depuis le XVIIe siècle. 

Les Jardins

vue aérienne de Champ de bataille

Le grand axe des nouveaux jardins peut être considéré comme une évocation des différents degrés reliant l’univers matériel (corps de logis) vers l’univers immatériel.

Les jardins, nés de la main d'un grand paysagiste - peut être Le Nôtre en personne - ont sans doute été somptueux, mais le temps en a effacé jusqu'à la dernière trace. Le même principe de grandeur guide Jacques Garcia quand il s'agit de les recréer, à partir de rien ou presque. Seul un bout de croquis a échappé à l'oubli. Ce document désignait l'emplacement de quelques éléments d'époque qui ont été restitués scrupuleusement. Pour le reste, Jacques Garcia fait appel à l'aide du créateur et paysagiste, Patrick Pottier. 

Le théâtre de verdure

le bassin du theatre

Assis sur les marches du bassin, profitez d'un moment de repos dédié à la comédie. La façade du théâtre, avec ses murs de pierres antiques en ruine envahies par le végétal, s'inspire du théâtre d'Ephèse.

Rejetant l’option d’une reconstitution anachronique de jardins français les deux hommes adoptent le parti d'une uvre contemporaine dans l'esprit, quoique intemporelle dans ses lignes. L'inspiration du moment dans les formes de toujours : tel aura été le principe directeur d'un parc plus que moderne, harmonieusement éclos dans un cadre classique, et même romain.

le temple de leda

Le temple de Léda.

Ces jardins en ruine sont néanmoins assez évocateurs pour nous laisser imaginer les splendeurs, la fantaisie, le caractère ludique et exubérant de ces grandes maisons romaines. Le temple de Léda, construit par Jacques Garcia, en est le point fort. Il est composé d'éléments antiques et n'est pas sans rappeler une évocation du Panthéon de Rome. 

les cascades

L'eau joue sur ces jardins un rôle essentiel d'animation et de fête. Elle est bouillonnante au creuset de la Source, jaillissante sur les Marches, dominantes sur les miroirs latéraux. 

facade du château vue depuis les carrés

L'ambition artistique de Jacques Garcia trouve ici sa concrétisation la plus aboutie. Le créateur, parvenu au terme de son œuvre, reprend pour faire sienne cette définition de l'écrivain et auteur de théâtre, Daniel Boulanger : 

Embellir, c'est se sauver du peu, s'élever au-dessus de soi

Tags