Collonges-la-Rouge, un rubis en terre de Corrèze

Par Détours en France
source : Hors Série - Les plus beaux villages de nos régions 2012, p.56

C'est dans un grès de couleur franchement rouge que cette citée fortifiée du Limousin a été bâtie, prospérant au XVIe siècle grâce aux vicomtes de Turenne qui nous ont laissé en héritage un véritable bijou de pierre.

det_hs_village_12_colonges_is_eglise_rolfst.jpg

Dans cet océan de rouge, une tache blanche accroche le regard : le tympan de l’église Saint-Pierre, sculpté au XIIe siècle, qui représente l’Ascension du Christ. Le choix d’un calcaire blanc venu de Nazareth, à proximité de Turenne, n’est certainement pas le fruit du hasard ! Il ne doit sa survie qu’au fait d’avoir été caché lors des périodes troubles ; il a même dû attendre 1923 pour retrouver sa place.

Fier, forgé !

Il se murmurait dans les coulisses de l’Élysée que le président Jacques Chirac ne manquait rarement une occasion de montrer son « collongeois de chez Peyronnaud », couteau typiquement corrézien fabriqué à Collonges-la-Rouge, à ses illustres hôtes. Et d’en profiter pour planter le décor…

Ce sanctuaire du XIIe siècle, fortifié lors des guerres de Religion, a connu le rare privilège d’accueillir sous son toit l’office catholique et l’ordre protestant, en alternance !

Une livrée rougeoyante unique

C’est ici, en 1982, qu’est née l’idée de créer l’association des Plus beaux villages de France. Pas étonnant ! Avec ses tours tantôt rose tendre, tantôt rouge flamboyant selon les heures de la journée, Collonges-la-Rouge, aux confins du Quercy, est un superbe musée à ciel ouvert qui a réussi à maintenir une vie rurale importante. Abandonné par ses habitants au XIXe siècle, le village a été entièrement restauré grâce à l’association des Amis de Collonges, fondée en 1927.

Diverses architectures

1 - Fortifiée pendant les guerres de Religion, l’église Saint-Pierre (du XIe au XVe siècles) se distingue par un clocher roman à gâbles. La petite tour qui le jouxte est la tour du guetteur.
2 - Voici le castel de Maussac, que l’on peut reconnaître à sa tour carrée accolée à une fine tourelle en poivrière. Il est une superbe porte Renaissance ornée d'une coquille qui rappelle que Collonges se trouve sur l'une des voies jacquaires.
3 - La rue Noire traverse le quartier le plus ancien. Le comédien Maurice Biraud, enterré au cimetière du village, y habita.

Le charme de ses Castels

Aujourd’hui, se promener parmi ces architectures si harmonieuses est un enchantement. Le bourg possède un exceptionnel ensemble de castels bâtis pour les nobles d’épées et les juristes, nombreux à y avoir élu domicile. Il faut notamment admirer le castel de Vassinhac, hérissé de grosses tours, ou le Castel de Maussac, un château fort en miniature…

Castel

C’est son appartenance à la vicomté de Turenne, indépendante du royaume de France et qui offrait aux habitants des exonérations fiscales (libertés, franchises et autres privilèges) et le droit d’y exercer la justice, qui a valu à Collonges-la-Rouge de s’attacher tant de gens de robe.

Les rues au décor moyenâgeux desservent d’imposantes et solides bâtisses, souvent coiffées de lauzes, posées sur des charpentes de châtaignier qui ont vu défiler les siècles. La halle aux grains Renaissance est, elle, couverte d’ardoises. Elle est tout de même restée fidèle au style flamboyant local avec son pavage de grès rouge. Elle abrite le four banal à bois, que l’on allume encore lors du « Marché d’antan », chaque premier dimanche d’août.

Mur

Dans le bourg, comme à l’extérieur du coeur historique, belles maisons et hôtels particuliers se suivent, construits par les nobles et les gens de robe, et enrichis de tourelles en poivrière, portes à accolades, escaliers à vis, fenêtres à meneaux, échauguettes… Digne d’un décor de cinéma pour un film historique ! Pour l’écrivain André Maurois, Collonges est « une ville de rêve où l’on s’attend à voir passer sous les portes et les halles, un cortège du XVe siècle »…

Le chants des sirènes

Ne partez pas de Collonges sans avoir découvert la maison de la Sirène, fleuron du patrimoine bâti. Ce logis du XVIe siècle à encorbellement et couvert d’un toit de lauzes doit son nom à une sirène sculptée à droite de la porte, tenant un miroir et un peigne, tandis qu’à gauche se dévoile un homme aux cheveux longs qui chevauche un dauphin.

Maison des sirènes

Derrière ces sculptures moralisatrices, évoquant la dangereuse sirène qui perd les hommes et le dauphin qui les sauve, la demeure est le siège des Amis de Collonges et abrite un musée des Arts et Traditions populaires.

Informations touristiques :

  • Visite de la Maison de la Sirène, maison classée aux Monuments Historique, est ouverte tous les jours en Juillet-Août. Elle se compose d'un espace dédié à la géologie, d'une salle reconstituant un intérieur collongeois chez une blanchisseuse du XIXe siècle etc... 
    Ouverte en période estivale de 10h30 à 12h30 et de 15h00 à 18h00
  • L'église St Pierre et la Chapelle des Pénitents sont ouvertes tous les jours au public.
  • De Juillet jusqu'à mi-septembre, les lundi et mercredi à 21h00, visite guidée nocturne théâtralisée et aux flambeaux en suivant un ou des personnages médiévaux.
    Ainsi que les vacances de Pâques et de la Toussaint, nocturnes proposées les mercredis soirs à 20h30.
    Tarif : 5€/personne , 2,50€ pour les 13/17 et gratuit pour les moins de 3 ans
    Réservation obligatoire.
    +33 5 55 25 47 57 ou +33 5 55 25 32 25