Riquewihr, comme une miniature de Hansi

Par Détours en France
source : Hors Série - Les plus beaux villages de nos régions

Ce bourg alsacien est l'un des villages les plus visités de France : de remarquables maisons, des façades du XVIe siècle miraculeusement préservées et la réputation de ses vignobles en font un joyau.

Vue aérienne du village

L'archétype du village alsacien

L’expression « être bien dans son jus », pour un village viticole, ressemblerait presque à une galéjade ! Mais non. Pour vous en rendre compte, il suffit de retrouver le plancher des vaches, ou plutôt celui des ceps de vigne au garde-à-vous au pied des Vosges. Épargné par les deux derniers conflits mondiaux, le patrimoine architectural des XVIe et XVIIesiècles est merveilleusement intact. Crépis des façades aux couleurs éclatantes, colombages impeccables, fontaines, caves voûtées prometteuses de voyages gustatifs… il ne manque pas un pélargonium à ce village classé monument historique.

 

Panorama

Avec plus de 2 millions de touristes par an, Riquewihr est la « star » du vignoble alsacien. Maisons à colombages typiquement régionales, rues médiévales, winstubs renommés où l’on savoure le riesling du Schoenenbourg… Il ne manque pas une enseigne pittoresque, pas une tuile sur les toitures… Un véritable décor de cinéma avec les vignes en arrière-plan !

Façades

Trop beau, direz-vous ? Venez le matin en semaine, ou après le départ des derniers cars de touristes, et explorez les ruelles secondaires pour goûter aux charmes tranquilles de Riquewihr, village sorti miraculeusement indemne des bombardements de la Seconde Guerre mondiale. Pénétrez dans les belles cours pavées et leurs galeries de bois, découvrez les fontaines qui apportent leur note de fraîcheur, les pans de bois sculptés de figures et de motifs floraux…

Pans de bois sculptés de figures et de motifs floraux

La rue du Général-de-Gaulle

La rue du Général-de-Gaulle concentre nombre de maisons viticoles prestigieuses, comme la maison Preiss-Zimmer, une ancienne hôtellerie aux fenêtres encadrées de torsades de ceps et de fruits. S’y réunissait la puissante corporation des vignerons dès le XVIe siècle, véritable âge d’or du négoce de vins à Riquewihr. Le caviste Antoine Zimmer propose de grands crus – riesling, schoenenbourg et gewurztraminer – qui risquent de vous tournebouler les sens !

Rue du Général-de-Gaulle

Vous n’échapperez pas à la rue du Général-de-Gaulle, artère principale qui concentre les inévitables boutiques à touristes, mais aussi quelques édifices parmi les plus remarquables. En vous promenant prêtez attention aux nombreux lieux emblématiques, traditions et détails architecturaux :
  • Le château des Princes de Wurtemberg, daté de 1540, qui héberge le musée de la Communication en Alsace.
  • La maison Liebrich, dont la cour à galerie, dite « des Cigognes », abrite  un vieux puits et un pressoir.
  • Si vous êtes attentifs, vous remarquerez un bretzel sculpté au-dessus de la porte du numéro 4, jadis demeure d’un boulanger !
  • Au numéro 14, ne manquez pas l’insolite « gratte-ciel de Riquewihr », une des plus hautes maisons, avec cinq étages de pans de bois en encorbellement !
  • À son extrémité, la tour-beffroi du Dolder – ancienne porte de la ville datant du XIIIe siècle – est reconnaissable à ses balcons à colombages et à son petit clocheton qui le surplombe, ancienne cloche des chargeurs de vin.
  • Levez les yeux, au niveau du numéro 42 : l’ancienne auberge À l’Étoile possède une belle enseigne réalisée d’après un dessin de Hansi, le fameux illustrateur alsacien (un musée, au numéro 16, lui est consacré).
  • Attardez-vous aussi rue des Juifs, qui débouche sur l’ancien ghetto et la tour des Voleurs, l’ancienne prison percée de meurtrières et dotée d’une salle de torture avec oubliettes.
  • Rue du Cerf, la façade de la maison Kiener, au numéro 2, s’orne d’une curieuse danse macabre.
  • Vous pouvez encore explorer la rue de la Couronne, où, au numéro 6, vous tomberez, sur un bel exemple d’architecture de la Renaissance rhénane…

Une cité prospère

Fondé au VIe siècle par un Franc fortuné, nommé Richo, le domaine devint Richovilla, puis Riquewihr. Un nom prédestiné, car le village fut plutôt prospère. Son appartenance pendant 400 ans à la même famille, celle des comtes de Wurtemberg, lui assura une paix relative, excepté pendant la guerre de Trente Ans. Et encore, les soldats ennemis pensaient surtout à boire le riesling dans les caves ! Le village fut rattaché à la France en 1796, lorsque les Wurtemberg abandonnèrent leurs possessions sur la rive gauche du Rhin.

  • Office de tourisme du Pays de Ribeauvillé et de Riquewihr - Voir la fiche
Tags