Brézé, le château aux deux visages

Par Détours en France
source : Hors Série - Châteaux de légende, 2013, p.84
Publié le 20/12/2016

Il y a le château de surface… et l’autre. Au coeur de l’Anjou et du pays des troglodytes, Brézé est sans doute le plus insolite des châteaux de la Loire, avec son exceptionnel réseau de galeries souterraines. 

Château de Brézé Renaissance jusqu’au bout de ses deux ailes, encadrant une galerie rebâtie au XIXe, Brézé cache en son sein des merveilles néogothiques. Mais ce qui saute aux yeux à si belle altitude, ce sont ses douves sèches, les plus profondes d’Europe.

Des arbres, une mer de vignes, la blancheur du tufeau : Brézé a toute l’élégance d’un château de la Loire. Mais ce qui fait sa singularité ne se voit pas, du moins au premier coup d’oeil !

Un château d'exception

Commençons par la visite « classique » : deux ailes renaissance qui encadrent une galerie reconstruite au XIXe siècle, à la place d’un ancien mur d’enceinte. L’ensemble a appartenu au Grand Condé, avant de tomber dans la corbeille de la famille de Dreux-Brézé, puis aujourd’hui des descendants de Colbert.

Vues du château Sous la tour dite « de l’Évêque », qui abritait ses appartements, les douves sèches, profondes de près de 20 mètres. Creusées afin d’extraire la pierre de tuffeau, elles mènent à la plus grande forteresse souterraine d’Europe.

Parmi les ancêtres, citons Henri de Dreux-Brézé, que Louis XVI avait chargé de préparer les États généraux : c’est à lui que Mirabeau lança : « Nous sommes ici par la volonté du peuple et nous n’en sortirons que par la force des baïonnettes. »

Visite intérieure

L’intérieur ravira les amateurs de beau mobilier et de décor néogothique, comme celui de la salle à manger, réalisé par Charles Cicéri, célèbre décorateur de théâtres parisiens, désormais classée monument historique.

Salon

Tout aussi intéressants, les appartements privés, dont ceux de Pierre de Dreux-Brézé, évêque de Moulins, la cuisine et sa collection de cuivres, et la grande galerie, ancienne salle de réception, surveillée par les portraits.

Photos intérieures Dans son cabinet de travail (photo de gauche), Pierre de Dreux-Brézé a fait intégrer au plafond les visages de ceux qu’il considérait (à tort !) comme ses ancêtres : Robert Ier, comte de Dreux, les rois Louis VI et Louis VII et la reine Anne de Bretagne.

Mais apprêtez-vous à découvrir plus extraordinaire. Retour à la cour intérieure : vous voyez cette humble porte en bois, à gauche de la tour ? Poussez-la : un escalier de pierre vous conduit sous l’édifice, dans ce qui n’est autre qu’un château souterrain

Les souterrains

Des galeries, des salles troglodytiques, éclairées çà et là par des puits de lumière : un vrai labyrinthe ! Les premiers souterrains datent du IXe siècle : à l’époque, il n’y avait pas encore de château de surface. Mais les souterrains jouaient déjà un rôle défensif.

les souterrains La galerie souterraine va de la cour d’honneur du château aux douves sèches.

C’est au XVe siècle que le château souterrain commence à être aménagé, et il sera encore perfectionné au XVIIe. Vous voilà dans la cuisine, agrémentée de ses deux fours à pain et d’un plus petit, dit « à sucrerie » : il servait à cuire les gâteaux ! Une niche en hauteur, accessible par un petit escalier, nous suggère que le boulanger se reposait là, en attendant la cuisson de son pain.

Château de Brézé Voici l'une des anciennes machines utilisées exposées dans les souterrains du château.

Ici, un chemin de ronde souterrain, percé de meurtrières qui donnent sur les douves ; là un cellier, qui rappelle que les vins blancs de Brézé ont été de tout temps réputés. ajoutez des cachots, des écuries, un pont-levis souterrain, des silos, des glacières : tout a été conçu pour vivre ici en autarcie ! Les cinq grandes salles, qui sont aujourd’hui pressoir et cellier, ont ainsi abrité les troupes du Grand Condé, du temps où il habitait le château : 500 hommes tout de même !

Des facons vénérables 

Vin

Dans les souterrains, vous aurez remarqué le pressoir et le cellier. Les vins de Brézé sont connus depuis le XVe siècle, particulièrement en blanc : un des cépages des vins de Loire, le chenin, était d’ailleurs appelé « vin de Brézé ».

Les rois des grandes cours d’Europe les appréciaient à leur table. Aujourd’hui, le domaine, classé en Saumur, produit du blanc, du rouge, du rosé, du brut et les plus belles cuvées proviennent de vieilles vignes.

Les anciennes écuries du château vous attendent pour une dégustation de vins pétillants.

Accessible par la cour intérieure, le château troglodytique donne aussi sur les douves, qui n’ont jamais été en eau. Elles sont impressionnantes : 18 mètres de hauteur, les plus profondes d’Europe ! Elles ont été creusées au XVe siècle, et les pierres extraites ont servi à la construction du château.

Souterrains

Du haut du pont-levis, vous aurez sur elles, une vue vertigineuse. et vous pourrez rêver aux souterrains qui n’ont pas encore livré tous leurs secrets : on en connaît à l’heure actuelle 4 kilomètres – dont on ne visite qu’un tiers – mais il y en aurait plus du double !

  • Domaine de Saint-Just / Château de Brézé - Pech Merle - Voir la fiche

Articles associés