Pierrefonds : une vision idéale du Moyen Âge

Par Détours en France
source : Hors Série - 40 visites privées, 2012, p.110
Publié le 04/10/2016

Restauré par Viollet-le-Duc, le château de Pierrefonds offre un vertigineux plongeon dans un Moyen Âge revisité au XIXe siècle.

Château Jaillissant de la canopée se dresse le château de Pierrefonds, rêve réalisé d’un fou d’architecture médiévale. Viollet-le-Duc y a donné libre cours à son imagination, et a tiré des ruines une expression du Moyen Âge.

C'est le château fort tel qu'on l’imagine dans les contes de fées ! Sa silhouette est si unique et en si bel état qu’elle lui valut d’être une source d’inspiration pour Walt Disney ou le théâtre de tournages de films tels que Les Visiteurs ou le Jeanne d’Arc de Luc Besson. Et pour cause : ce palais est en partie l’oeuvre, au XIXe siècle, du célèbre architecte Violletle- Duc.

L'historique du lieu

Mais remontons un peu le temps… À la fin du XVIe siècle, Louis d’Orléans, frère de Charles VI, obtient Pierrefonds. Pour surveiller les échanges commerciaux dans la région, il fait de la demeure existante un véritable château fort. L’édifice sera démantelé sur ordre de Richelieu au XVIIe siècle et abandonné. Il est vendu comme bien national à la Révolution.

Château

Au début de l’époque romantique, cette ruine est rachetée pour une bouchée de pain par Napoléon Ier en 1810 : elle a l’avantage d’être proche de sa résidence de Compiègne. Mais c’est Napoléon III qui, sur avis de Prosper Mérimée, confie sa rest auration à l’architecte Viollet-le-Duc en 1857.

Château

Rapidement, l’empereur, passionné d’archéologie et de Moyen Âge, décide que Pierrefonds deviendra résidence impériale… Viollet-le-Duc entreprend donc une vaste « restitution ».

Le succès du château

Un donjon carré, huit tours rondes et pointues, de parfaits mâchicoulis, un double chemin de ronde… Un beau château de forme quadrangulaire s’élève, long de 110 mètres, large de 90, à l’orée de la forêt de Compiègne. Un édifice puissant et élégant. Et factice, au sens premier du mot.

Un château attractif

À l’époque, on se déplace de loin pour voir Pierrefonds. En 1867, quelque 120 000 visiteurs se pressent pour visiter le château, pourtant pas encore achevé, et les collections d’armes de Napoléon III !

Et pourtant, le travail de restitution de Viollet-le-Duc fait souvent grincer des dents – y compris d’ailleurs au sein des Monuments historiques.

Inspiration littéraire

Pour l’écrivain Anatole France, par exemple, cet « énorme joujou » est tout simplement du « vandalisme ». Pour d’autres, un « acte de folie furieuse » (l’architecte Achille Carlier) ou encore… des « déjections » (Proust). Le jugement sur Pierrefonds s’est atténué avec la réhabilitation de l’oeuvre de Viollet-le-Duc dans les années 1980-1990 : aujourd’hui certains y voient une indiscutable connaissance de l’architecture castrale.

Statue

« En remontant les murailles, les tours et les éléments de défense, Viollet-le-Duc a vraiment agi en archéologue averti et en restaurateur scrupuleux, estime l’historien Jean-Pierre Panouillé dans Les Châteaux forts de la France du Moyen Âge (éd. Ouest-France, 2007). Il a parfaitement compris le système de défense superposant mâchicoulis et galerie crénelée couverte avec circulation ininterrompue. »

Entrée du château

« C’est en quelque sorte un projet de “nationalisme architectural” qui anime Viollet-le-Duc, analyse de son côté Étienne Poncelet, architecte en chef des monuments historiques. Il s’agit de montrer cet « art civil et militaire qui, de Charles V à Louis XI, était supérieur à tout ce que l’on faisait alors en Europe » – le projet de résidence impériale est d’ailleurs vite abandonné au profit d’un musée. À Pierrefonds, l’aspect néomédiéval est donc ce qui compte le plus, et peu importe la manière.

Centre des Monuments Nationaux

Ce castel est géré par le Centre des Monuments Nationaux

Plus d'informations