Cognac : les divins parfums du triangle d’or

Par Igor Marais
source : Détours en France

Cognac, Jarnac et Segonzac dessinent les contours du fameux « triangle d’or », cette terre discrète et pourtant bénie des dieux où est produit le cognac, breuvage universel et raffiné qui ne mûrit que sur des aires rigoureusement délimitées.

Cognac

Si le cognac n’est pas l’apanage de la ville de Cognac, la ville regroupe les plus grandes maisons de négoce. Qui ont façonné en quelque sorte la ville : bien des demeures et des entrepôts portent encore de sombres stigmates avec leurs murs et leurs toitures noircis par les vapeurs d’alcool.

Un air joyeux et provincial

Cognac

Avec ses rues pavées et silencieuses qui dégringolent vers le fleuve, la ville conserve un air joyeux et provincial et une bonhomie villageoise qui ne masquent pas qu’avec ses stocks, elle est sans doute l’une des villes les plus riches de l’Hexagone. L’artère vitale de la cité, et ce depuis l’époque gallo-romaine, est le fleuve, la Charente, qui a permis à la ville de prospérer, d’abord en faisant le commerce du sel, comme le rappelle la rue Saulnier, puis celui du vin et enfin, plus tard, celui du cognac.

jarnac

Tout naturellement, les grandes maisons se sont installées le long des quais et ouvrent aujourd’hui volontiers les portes de leurs chais et de leurs caves. Chacun s’efforce d’organiser des visites attrayantes mais toutes ont un point commun, le goût de la tradition.

Le château des Valois

statue-francois-1er

A Cognac, l’eau-de-vie est partout présente jusqu’au cœur du vieux château des Valois, qui vit naître François Ier et qui jouxte la puissante porte Saint-Jacques. Côté Charente, son austère façade a pour seul décor le balcon du Roi, grande fenêtre en encorbellement sur deux salamandres.

château de Cognac salle des gardes

A l’intérieur, la royale demeure garde des pièces et des caves remarquables comme la salle des Etats construite pour François Ier au début de son règne. D’inspiration renaissance, elle apporte une touche élégante et rigoureuse.

Bouteville

Au sud de la ville, il ne faut pas hésiter à parcourir la campagne et les coteaux de vignes qui flamboient en ce début d’automne. Si l’habitat est relativement discret (les vignerons sont restés fidèles à la construction traditionnelle un rien austère), on trouve quelques logis, ce qu’on appellerait ailleurs des « folies », des hôtels particuliers toujours cachés derrière de hauts murs mais qui pour certains, proposent de charmantes chambres d’hôtes. Une façon agréable de découvrir l’intimité de ces lieux encore préservés de l’agitation du siècle.

Renseignements :

Office de Tourisme de Cognac : 05 45 82 10 71