L'aiguille du Tour : une cordée de hautes sensations

Par Vincent Noyoux
source : Détours en France n°176, p. 57

Au fond de la vallée de Chamonix, le hameau du Tour est le point de départ d’une belle excursion sportive de deux jours, mêlant randonnée sur glacier et alpinisme. Crevasses et cimes enneigées, crampons et piolets, tous les ingrédients d’une ascension mémorable sont réunis. En route pour l’aiguille du Tour !

Marche vers le sommet de l'aiguille du Tour


Durant cette longue marche vers le sommet de l’aiguille du Tour (3 544 mètres d’altitude), sur le flanc nord
 du mont Blanc, vous entendrez parler de « voie », d’ « arête », de « pas », de « couloir »... Une initiation aux sommets chamoniards, mais les exploits de Frison-Roche ne sont pas encore à votre portée...

Le vieux refuge Albert 1er


Le vieux refuge Albert-Ier
 (2 706 mètres), tout droit sorti d’un roman de Roger Frison-Roche, fut inauguré par le roi de Belgique Albert Ier le 30 août 1930. Plus récent, son (grand) petit frère compte 137 lits.

Des randonneurs au vieux refuge Albert 1er


Le vieux refuge Albert-Ier
 est géré par le Club alpin français (CAF) de Chamonix-Mont-Blanc. Il peut se rejoindre via la télécabine de Charamillon et le télésiège du col de la Balme ou, pour les plus aguerris au crapahut montagnard, par la moraine depuis la Tour.

Les aiguilles Dorées

Avant de profiter de la vue sur le mont Blanc, vous serez passé près du glacier du Trient, sous 
le regard des Aiguilles Dorées, arête rocheuse helvète du massif du massif du Mont-Blanc, à 3 519 mètres.

Les pentes enneigées menant à l'aiguille du Chardonnet


À peine sortis du glacier de la vallée du Trient, situé en Suisse et qui communique avec le glacier français du Tour, les randonneurs s’engagent sur les pentes enneigées menant à l’aiguille du Chardonnet. Culminant à 3 824 mètres d’altitude, l’aiguille sépare le bassin du Tour de celui d’Argentière.

Le sommet de l'aiguille du Tour

Climax de l’ascension de l’aiguille du Tour : l’arrivée au sommet !

RANDO PRATIQUE L'AIGUILLE DU TOUR
Dénivelé : 1380 mètres de la télécabine de Charamillon à l’aiguille du Tour.
Temps de parcours : le 1er jour (télécabine de Charamillon-refuge Albert-1er), 2 h 30. Nuitée au refuge Albert-1er. Le 2e jour,
 3 h pour monter à l’aiguille du Tour, 2 h pour descendre au refuge, puis
1 h 1 5 pour descendre à la télécabine.
Difficulté : l’aiguille du Tour est une course d’alpinisme cotée « facile », mais qui nécessite l’usage de crampons et de piolet sur la fin (escalade). Une initiation préalable à la marche sur glace (par exemple à la Mer de Glace) est un plus.
À emporter : crampons, piolet, baudrier, corde, casque avec lampe frontale, gants, bonnets, bonne polaire, chaussures d’alpinisme (location de matériel de montagne à Chamonix), carte IGN 3630 OT « Chamonix Massif du Mont-Blanc ».
Guide : une telle course requiert un guide de haute montagne. Compter 435 € le guide pour 4 personnes maximum (sur 2 jours).
Ouverture : le refuge Albert-1er (137 lits) est ouvert du
1er juillet à fin septembre. Il faut réserver sa place (et celle du guide) une semaine à l’avance. Compter 50 € par personne en demi-pension. 04 50 54 06 20 et 06 60 33 73 62. La télécabine de Charamillon 
est ouverte du 14 juin au 21 septembre.
SE RENSEIGNER
Compagnie des guides de Chamonix 04 50 53 00 88 et chamonix-guides.com. La célèbre compagnie chamoniarde pro- pose une vaste gamme d’activités, du raid glaciaire aux grandes courses d’escalade, de la randonnée à ski au canyoning. Compter 435 € la course d’une journée et demie à l’aiguille du Tour avec guide. Généralement, la prestation d’un guide à la Compagnie revient à 310 € la journée (200 € si c’est un accompagnateur).

Tags