Candes-Saint-Martin, eaux bénites

Par Céline Fion

En bordure d’Indre-et-Loire, Candes-Saint-Martin et son imposante collégiale veillent sur la délicate confluence de la Loire et de la Vienne. 

Panorama de Candes-Saint-Martin

Depuis la berge, on peut découvrir la silhouette caractéristique du village ainsi qu'une végétation épanouie. 

Quiconque aperçoit Candes-Saint-Martin au loin sera saisi par l’élégance de cette butte de tuffeau et d’ardoise, irriguée par la rencontre de la Vienne et de la Loire. Ancien haut lieu de la batellerie et port de pêche de caractère, le village puisa autrefois une grande richesse du commerce fluvial. La cité est connue dès l’époque gallo-romaine. Elle mêle la discrétion de ruelles étroites et le faste d'anciennes résidences d'été des évêques de Tours

det_ruelle-candes.jpg

Situé entre Chinon et Saumur, Candes-Saint-Martin s’est bâti dans le blanc tuffeau qui fait la beauté du Val de Loire

Le miracle de Saint-Martin

Si Candes partage son nom avec l’évêque Martin, c’est parce que ce dernier mourut sur son sol, alors que l’octogénaire était venu régler un différend entre des moines. L’on raconte que Tours et Poitiers se disputèrent le corps. Les Tourangeaux l’emportèrent et décidèrent de transporter le corps par le fleuve. Sur le chemin de l’embarcation, la végétation se mit à refleurir, en plein mois de novembre. En plus de cette jolie légende de "l’été de la Saint Martin", célébré chaque année, cet illustre décès donna à Candes-Saint-Martin l’un de ses plus beaux atouts: sa collégiale. Elle fut érigée aux 12ème et 13ème siècle (puis complétée au 15ème). Installée à l’emplacement d’une ancienne église implantée par Saint Martin (qui célébrait alors Saint Maurice), elle répond aux normes du style romano-gothique.

Bateau à vocation touristique, à Candes-Saint-Martin

Depuis quelques années, des bâteaux à fond plat arpentent à nouveau les courants de cet ancien port. 

Le point de départ de balades nature

Tel  Louis XI, qui aimait à venir rendre hommage à Martin le Miséricordieux, certains pèlerins parviennent à Candes guidé par le « pas de saint Martin ». Un parcours se développe d’ailleurs entre Szombathely, ville de naissance hongroise de l’ancien évêque de Tours, et cette jolie cité d'Indre-et-Loire. D’autres visiteurs sont guidés par les nombreuses routes invitant à la balade, entre Loire à Vélo, flots adaptés aux canoës et chemins de randonnée. Les amoureux de la nature peuvent savourer une faune et une flore d’exception dans les abords proches du village, niché au sein du Parc naturel régional Loire-Anjou-Touraine.

Ce village fait partie des candidats à l’élection du Village préféré des Français 2016. Vous pouvez voter pour ce village jusqu’au 3 juin.

A voir absolument

Candes-Saint-Martin, entre chien et loup

  • La collégiale Saint-Martin
  • Les berges de la Vienne et de la Loire
  • L'hôtel de la Prévôté
    • Les vignobles des environs (AOC Touraine) 

    Montsoreau, le charmant village contigu