Nonza, la vigie historique

Par Philippe Bourget (Texte original) ; Céline Fion (adaptation web)

Dominant le golfe de Saint-Florent, Nonza scrute sans cesse l'horizon depuis sa gracieuse tour paoline. Concentré autour de son église, le village aux toits de lauze envoute le visiteur du Cap Corse. 

Panorama sur Nonza

Agrippé à la falaise, dans l’arrondissement de Bastia, ce village classé vit aujourd’hui principalement du tourisme.

Seuls soixante-dix habitants profitent à l’année de la beauté de Nonza. La cité perchée face à la mer affiche une silhouette peu commune. Alors que la majorité des villages de l’île éclatent en hameaux autour d’un noyau central, ce village fait front et affiche un seul bloc compact, avec l’église Santa Ghjulia en son cœur. Impossible de rater cette merveille, dédiée à sainte Julie, la patronne de l’île; la pointe blanche de son clocher en ogive et le badigeon rose de ses murs tranchent avec la lauze qui façonne les toits des maisons.

Vue aérienne sur le village de Nonza.

A l'exception du cimetière, qui se trouve un peu à l'écart, l'ensemble du village tient concentré dans un mouchoir de poche. 

L'église Santa Ghjulia

L’église abrite un autel en marbre polychrome (XVIIe) et une peinture représentant sainte Julie crucifiée (XVIe). C’est à Nonza que la pauvre jeune femme aurait été martyrisée. De ses seins, jetés contre les falaises, aurait jailli une fontaine miraculeuse, que l’on peut encore admirer au nord du village. Les visiteurs s’attarderont également sur la tour paoline. Cette dernière fut relevée en 1760, sur les ruines d’une forteresse médiévale, par le célèbre « général de la nation corse », Pascal Paoli. Bâtie en schiste vert, elle domine le golfe de Saint-Florent du haut de ses 165 mètres d’altitude. L’histoire raconte qu’en 1768, lors de la conquête française, un homme seul parvint à tenir en respect une armée d’assaillants depuis cette tour, avant de se résigner à capituler.

Nonza, vue sur la mer.

La position de Nonza fut idéale pour voir les ennemis approcher, elle est aujourd'hui appréciable pour contempler la beauté des flots et la plage de sable noir.  

Terre de guet

Il faut dire que l’histoire a invité Nonza à garder un œil vigilant et méfiant sur ce qui arrivait de la mer. Déjà à l’époque romaine, ce belvédère avait été choisi pour surveiller d’éventuelles tentatives d’incursion qui auraient menacé la colonie de Mariana, sur la côte orientale. Le nom de cette perpétuelle terre de guet proviendrait d’un mot latin signifiant « annonciateur ». Aujourd’hui ce sont surtout les touristes qui envisagent d’assiéger le village, sans la moindre animosité. Ils viennent en nombre aux beaux jours, pour jouir de cette halte d’exception en bordure de la D80. Les marcheurs trouvent leur bonheur sur les terrains accidentés avoisinants, où pousse le cédrat

Ce village fait partie des candidats à l’élection du Village préféré des Français 2016. Vous pouvez voter pour ce village jusqu’au 3 juin.

A voir absolument 

  • Vue de NozaL'église Santa Ghjulia
  • La fontaine Santa Ghjulia
  • La tour paoline
  • Le couvent San Francescu di Nonza
  • L'écomusée du cédrat