Ferrette, un des plus beaux villages d'Alsace

Par Hugues Dérouard
source : Hors Série - Les plus beaux villages de nos régions 2015, p.10
Publié le 25/04/2016

Accroché sur le flanc d'un éperon rocheux, Ferrette, village médiéval d'Alsace, est l'un des préférés des Français. Cette paisible cité, qui constitue le cœur historique du Sundgau, doit sa beauté à ses ruines spectaculaires et à sa nature verdoyante.

Panorama La petite ville haut perchée de Ferrette, au fort cachet médiéval, a été la capitale de "l'Autriche antérieure", ainsi que les Habsbourg définissaient leurs possessions en Alsace.

Voici l'autre carte postale de l'Alsace ! Loin de la très touristique route des Vins, se découvre un endroit beaucoup moins connu, à l’extrémité méridionale de la région, mais au charme tout aussi magique. Nous voici, dans le Sundgau, soit littéralement l'ancien « comté du Sud ».

Le coeur historique du Sundgau

« Au début du XXe siècle, Ferrette, plus qu’aujourd’hui, fut un important lieu de villégiature dans la région, toute proche de la frontière suisse. (...) Le site en lambeaux du château est vraiment pittoresque, avec du relief, et on peut faire ici quantité de superbes balades », vante Béatrice Kielwasser, de l’association Trésors de Ferrette.

Bien paisible aujourd’hui, ce chef-lieu de canton n’en a pas moins gardé tout son cachet et les traces d’une riche histoire. Car si la ville d’Altkirch est la porte d’entrée du Sundgau, Ferrette, 780 habitants, en est bien le cœur historique. 

Château Le second château, en contrebas de l'éperon, a été construit en 1488 autour d'un donjon du XIIe siècle. Le château est abandonné à la Révolution et pillé par les villageois.

Dès 1105, une forteresse y est mentionnée, juchée sur un éperon rocheux. Situé dans une petite cluse du Jura alsacien, ce verrou militaire devient la résidence de Frédéric Ier, fils du comte de Montbéliard et descendant de Charlemagne, qui y fonde une puissante dynastie : les comtes de Ferrette régneront sans partage sur le Sundgau jusqu’au début du XIVe siècle.

Une vierge à l'enfant à trois bras

Au « bas » du village se blottissent de puissantes bâtisses alsaciennes en pierre ou, plus rarement, à colombages, et de belles auberges où l’on vient de loin pour déguster la carpe frite, la spécialité du Sundgau. Fondée par les comtes de Ferrette, la haute église Saint-Bernard-de-Menthon a conservé un chœur et un clocher médiévaux, mais sa nef, néogothique, a été fortement remaniée et agrandie en 1914.

Eglise L’église Saint-Bernard- de-Menthon est dotée d’un clocher très massif du XIIe siècle et un chœur gothique du XIIIe siècle, tous deux classés monuments historiques. En 1914, une nef néogothique a remplacé l’ancienne. 

À droite du sanctuaire, prenez la rue du Château, une ancienne rue commerçante, qui grimpe raide vers les sommets du village. Ici, pas de boutiques pour touristes, mais de vieilles devantures d’artisans restées dans leur jus, telle que celle d’un ferblantier !

Vestige Vestiges de l’enceinte fortifiée du château, avec une porte et l’un des quatre bastions de flanquement encore debout, à gauche, qui comportait des « bouches à feu »

S’y alignent de belles demeures, dont une ancienne maison dîmière ou encore celle d’un notaire et artiste, auteur au XIXe siècle d’une curieuse statue d’une Vierge à l’enfant, lequel a trois bras !

À ne pas manquer

  • L’hôtel de ville, du XVIe siècle : couronné par un petit beffroi, cet édifice rouge est caractéristique de la Renaissance rhénane, et décoré de blasons figurant d’un côté la maison d’Autriche, de l’autre celle des comtes de Ferrette.
  • Le nid d'aigle surplombant le village : de la place des Comtes, bifurquez à gauche, un sentier vous y mènera.
  • Les ruines du château qui fut détruit lors de la guerre de Trente Ans : là-haut, à 612 mètres d'altitude, le point de vue est incomparable sur le village et sur la nature verdoyante du Sundgau.
  • La grotte des nains, après une randonnée de 40 minutes vous pourrez acceder à ce lieu, l'un des plus mystérieux de la région. La légende raconte que des nains habitaient dans ces profondes cavités et aidaient les paysans aux travaux des champs.