La Vendée : comme un air d'évasion

Par Vincent Noyoux
source : Détours en France n°161, p. 12

Avec un trait de côte atlantique de 270 kilomètres, dont 140 kilomètres de plages, 
la Vendée attire, intrigue, séduit. Une terre d’inspiration pour de grandes évasions.

La plage du Mardi-Gras sur l'île de Noirmoutier


Île de Noirmoutier, la plage du Mardi-Gras est située face à Pornic et la pointe de Saint-Gildas, sur le continent. À quelques mètres de l’océan, quasiment les pieds dans l’eau, humbles maisonnettes et demeures cossues se côtoient. Posées sur le remblai, des annexes, petites barques pour rejoindre les bateaux amarrés.

Le château de la Guignardière


Château de la Guignardière. Saviez-vous qu’il existe un Carnac vendéen ? Un territoire, à l’image de la proche Bretagne, piqueté
 de pierres levées et de dolmens ? C’est ici, dans les alentours d’Avrillé, (où règne le « Roi des menhirs », sept mètres de hauteur pour quatre-vingt-cinq tonnes), qu’un circuit vous mène à la rencontre de ces géants
 de pierre. Sur la route, un étrange château, un domaine Renaissance élevé sur les ruines d’un manoir du Moyen Âge. Il ne fut jamais terminé : son commanditaire, Jean Girard, fut assassiné en 1563, huit années après le début des travaux. Mais passons sur le tragique ! Aujourd’hui, ce superbe domaine privé, ceint d’un parc animalier, se visite en famille et propose des activités pour les enfants.

La côte rocheuse du Château-d'Olonne au sud des Sables


Les Sables-d’Olonne. Le grand saut. Au sud des Sables, la côte n’a rien de paisible ni d’alangui : la côte rocheuse du Château- d’Olonne est une sauvageonne qui agace l’Atlantique. De la plage de Tanchet à la très prisée baie de Cayola, le sentier des douaniers épouse le littoral au plus près, cinq kilomètres d’une belle férocité sans compromis. Élément indispensable, la lumière qui joue sur les derniers feux du massif armoricain. De profondes entailles dans cette roche, dont l’inquiétant Puits d’Enfer, et de petites criques se succèdent, toujours frangées d’un océan susceptible – forcément – donc dangereux. Nos deux baigneurs en sont-ils conscients ?
 Aux dernières nouvelles, ils se portent bien et continuent de défier les éléments.

La baie de Bourgneuf


La baie de Bourgneuf se déploie en un large arc de cercle, depuis la pointe Saint-Gildas (au sud de l’estuaire de la Loire) jusqu’à la pointe de la Fosse sur l’île de Noirmoutier. Dès le XVe siècle, la baie connaît un intense trafic maritime et... une contrebande très organisée (le sel bien sûr, mais aussi le tabac, les « vins de mer », les indiennes...). Au nord de Bouin, sur le littoral du Marais breton, le trait de côte très exposé aux phénomènes d’érosion de ses massifs dunaires, plages et dunes blanches (cordons de dunes mobiles) exige de mettre en place des mesures de protection. Ainsi s’explique la présence de ces épis en bois et ces enrochements disposés perpendiculairement à la grève. Des ganivelles piègent le sable, tandis que les plantations d’oyats le fixent. Baie de Bourgneuf et Marais breton font l’objet d’un classement Natura 2000.