Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Clermont-Ferrand : l'église Notre-Dame-du-Port

Par Sophie Bogrow et Dominique Roger
source : Détours en France n°174, p. 38

Inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco au titre des Chemins de Compostelle, la basilique Notre-Dame-du-Port (XIe-XIIe siècles) est un joyau de l’architecture romane auvergnate.

dt174_clermont_nd_port_lo.jpg

Notre-Dame-du-Port

L’une des 
églises romanes majeures d’Auvergne, Notre-Dame-du-Port a probablement été édifiée alors que débutait la première croisade, à la fin du XIe siècle. Le matériau
 de construction, un grès appelé arkose, tranche avec la pierre
 de lave brune typique des édifices de Clermont. L’architecture pyramidale du chevet crée
 un jeu de cercles et de triangles.

Pour prendre la mesure de ce sanctuaire, placez-vous sur le belvédère aménagé au 1, rue Robertus : une harmonie de forme et de couleur que seul le lourd clocher carré de la façade ouest (un ajout du XIXe siècle) perturbe. À l’intérieur, le chœur, avec un déambulatoire ouvrant sur des chapelles rayonnantes et une forêt de chapiteaux historiés (Combat des Vices et des Vertus, scènes de la vie de la Vierge, « Psychomachie »...), est l’une des parties les plus étonnantes du sanctuaire. Sous le chœur se tapit « la Souterraine », une crypte du XIe siècle – lumineuse car éclairée de larges baies – qu’illumine une vierge noire en bois de noyer recouvert de peintures rutilantes, que l’on date probablement de la fin du XVe siècle... quand d’autres spécialistes pensent qu’il s’agirait plutôt d’une reproduction d’icône rapportée des croisades. « La Mère très bonne et miraculeuse » est l’objet d’une vénération et d’un pèlerinage (la procession se déroule le dimanche suivant le 15 mai) depuis le XVIIe siècle.