Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Inaki Jaurégui : joueur de pelote basque

Par Philippe Bourget
source : Détours en France n°160, p. 56

dt160_sare_joueur_pelote_jds.jpg

Inaki Jaurégui

Peintre en bâtiment, Iñaki Jaurégui aurait pu se contenter de son métier et de redonner de l’éclat, à l’occasion, aux frontons des villages. Mais il a préféré martyriser les « places libres » en balançant sa pelote sur les « murs » du Labourd. Pelotari à main nue – « la base de la pelote », dit-il, ce Saratar (habitant de Sare) n’avait pas le choix. Avec un grand-père joueur de rebot, un père pelotari, le jeune homme a grandi juste au-dessus du fronton de Sare, dans la maison familiale. Après un essai non transformé au rugby, il s’est investi dans la pelote : la discipline est d’une exigence folle. D’abord la douleur, éprouvée à chaque contact de la balle dans la main. « Avec l’habitude, je ne la ressens plus, même si je glace toujours ma main après un match », explique Iñaki. Ensuite, l’endurance, avec ces parties en 30 points qui durent parfois deux heures. « Quand on finit, on a mal partout. Mais j’aime la sensation de taper dans la balle et le côté solitaire de ce sport. » Il joue en seniors troisième série du championnat amateur du Pays basque, en équipe de deux et va s’exercer de temps à autre à Bidarray, « un beau village, avec le fronton entouré de montagnes ».

Tags