Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Pays basque : voyage en terres extrêmes

Par Philippe Bourget
source : Détours en France n°160, p. 12

Mer ou montagne ? Pourquoi choisir !

dt160_petits_pyrenees_jds.jpg

"Petits pyrénées"

« Petites Pyrénées » que les montagnes du Pays basque ? Admettons que leurs altitudes ne soient pas étourdissantes, mais avouez que le spectacle offert n’est pas en reste. Vous vous trouvez, ici, aux alentours d’Estérençuby (le « pont des gorges » en basque) dans le pays de Cize (Basse-Navarre). Estérençuby est le point de départ des chemins de transhumance des ovins. Les sources de la Nive et la forêt d’Orion sont tout proches. Les pâturages d’Iropile conservent la trace de cromlechs.

Des villages du Labourd aux sobres fermes de Basse-Navarre ou aux architectures exotiques de la côte, les maisons reflètent l’attention portée au « bizitzeko antze » (l’art de vivre). De l’estuaire de l’Adour à la baie de Socoa, jouissez d’un trait de côte jalonné d’escales admirables : Bidart, Guéthary, Saint-Jean-de-Luz, Ciboure, Hendaye. Et n’oubliez pas : « Begiak noraino, nahia haraino » (Aussi loin que portent les yeux va le désir).

dt160_basque_socoa_jds.jpg

le village de socoa

Bienvenue au « village » de Socoa (le coin) - que se partagent Ciboure et Urrugne. On y vient pour les tables de poissons bordant les quais de la pointe de la baie, mais aussi pour son fort. Une route sur digue y mène. Cette architecture militaire remonte à Henri IV qui charge l’ingénieur du génie Mathurin François Boucher de fortifier le bassin à flot, creusé pour accueillir la flotte de baleiniers et de traînières. Ce n’est qu’avec les projets de Vauban que les digues ferment la baie de Socoa et protègent Saint-Jean-de-Luz des catastrophes dues à la houle. Au premier plan, la digue de Socoa et, lui faisant face, celle de Sainte-Barbe. Dans le golfe de Gascogne, les vents les plus violents soufflent du secteur nord-ouest à ouest, comme le prouvent ces brisants blancs d’écume drossés à la côte.

dt160_saint-jean_de_luz_jds.jpg

Saint-Jean-de-Luz

Saint-Jean-de-Luz - « Ne cherchez pas trop à photographier : pour juger, pour aimer, il faut venir et rester, de façon à pouvoir parcourir toute la moire des lieux, des saisons, des temps, des lumières », préconisait Roland Barthes, enfant de Bayonne. Cette image, prise depuis le port de Ciboure, n’est pas un photo-montage ! Alors que la plage du front de mer de Saint-Jean-de-Luz retrouve ses premiers promeneurs, la Rhune porte son manteau d’hiver pour quelques jours encore.