Lac du Der : le rendez-vous des grues cendrées

Par Clio Bayle

Gigantesque miroir d'eau, le lac du Der, en Haute-Marne, attire tous les ans, aux mois d'octobre et de novembre, des milliers de grues cendrées. En 2014, il a même battu le record d'Europe du nombre d'individus. En novembre, à l’aube et au coucher du soleil, le spectacle de leur lever et de leur coucher attire une foule d'amateurs d'oiseaux, photographes animaliers ou simples férus de nature. 

Des grues cendrées posées sur le lac du Der

Dès les premières lueurs du jour, des milliers de grues prennent leur envol après avoir passé la nuit sur le lac. Dessinant des grands V dans le ciel, elles s’élancent vers le Sud, avec pour toile de fond le lever du soleil. Leur déplacement est aussi un extraordinaire spectacle sonore puisqu’elles ponctuent leur vol de coups de trompette  pour maintenir la cohésion du groupe. 

Pour passer l’hiver au chaud, les grues cendrées entament tous les ans un voyage de 1500 km depuis l’Europe du Nord en direction de l’Espagne ou de l’Afrique du Sud. Chemin faisant, elles font escale sur les lacs et les points d’eau de France, parmi lesquels le lac du Der-Chantecoq est leur étape préférée. Crée en 1974, ce gigantesque réservoir d’eau artificiel n’a pourtant pas été aménagé à cet effet. A l'origine, ce lac-réservoir sert à réguler le débit de la Marne et à contrôler ainsi  le niveau de la Seine et des nappes phréatiques d’Ile-de-France.

Oh surprise ! Ce gigantesque miroir d’eau a agi comme un aimant sur les oiseaux migrateurs lui valant, le 11 novembre dernier, le record d'Europe de fréquentation : 206 000 grues cendrées ont passé la nuit sur le lac, pulvérisant le précédent record de 135 000 individus, détenu par un site en Hongrie. 

Le lac du Der juste avant le coucher du soleil

« Les vents de sud qui ont soufflé d’octobre à début novembre ont poussé les oiseaux à rester plus longtemps en Allemagne. Elles se sont regroupées en masse puis sont parties toutes en même temps vers la France » explique Aurélien Deschartres, chargé de mission pour la Ligue de Protection des Oiseaux de Champagne-Ardenne. La grue cendrée recherche généralement la compagnie de ses semblables et tout particulièrement pendant les grands rassemblements préludant à la migration, les vols migratoires et l'hivernage.

« Le lac leur apporte un milieu très propice à une escale. Avant la création du lac, les prairies et les forêts qui se trouvaient à cet endroit n’attiraient pas les oiseaux migrateurs, en particulier ceux liés aux milieux humides » raconte le spécialiste", continue le membre de la LPO

Le lac offre un cadre exceptionnelle à l'observation des grues cendrées.

La situation n’est pas sans déplaire à certains, notamment les agriculteurs dont les champs subissent les conséquences néfastes de la présence d’un si grand nombre d’oiseaux. Pour les amateurs, en revanche, il n’y a qu’à profiter du spectacle. L'aube est le meilleur moment pour se rendre sur le site. Reste à se lever tôt et à bien se couvrir. Si le brouillard ne se lève pas, le déplacement vaut vraiment le coup.

Remerciements à la Maison départementale du Tourisme de la Haute-Marne

LE BON PLAN
La résidence / centre de loisirs Marine Holyder propose des escapade d’une semaine ou d'un week-end afin d’observer les 314 espèces différentes d’oiseaux migrateurs qui font escale au lac du Der. Le lieu propose des strucutres d'accueil en cottages, des activités sportives comme la pêche et la randonnée, et, bien sûr, l'observation des oiseaux.

 

Découvrez aussi la chronique de notre rédactrice sur le Mag de Campagne TV

Tags