Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Le mobilier urbain de Paris : témoin du XIXe

Par Dominique Le Brun et Dominique Roger
source : Détours en France n°156

À la tête du service des Promenades, Alphand et Davioud conçoivent une batterie de mobilier urbain, alliant trouvailles techniques (grilles de protection des arbres, bornes d’incendie...) et équipements d’agrément et de confort. Un siècle et demi plus tard et à peu de chose près, ce mobilier est identique...

dt156_paris_mob_urbain_br.jpg

Fontaine Wallace

Fontaines Wallace - En cette seconde partie du XIXe siècle, alors que des fortunes colossales se bâtissent, le philanthropisme, où hygiénisme et libéralisme charitable s’entremêlent, prend son essor. Partant du constat que ce qui manque au petit peuple parisien est l’eau courante et potable, le richissime sir Wallace va offrir à Paris de belles fontaines. Cet accès difficile à l’eau était particulièrement patent aux lendemains de la Semaine sanglante qui écrasa la Commune (1871). Les modèles à cariatides, dont les quatre statues féminines symbolisent la Bonté, la Simplicité, la Charité et la Sobriété, furent sculptées par Charles-Auguste Lebourg, artiste nantais formé par François Rude. Surnommées par les grisettes, apaches ou ouvriers des faubourgs les « brasseries des quatre femmes », ces fontaines en fonte, dont une centaine est encore en activité aujourd’hui, étaient fabriquées à la Fonderie du Val d’Osne. N'en doutez plus, les monuments de Paris se cachent sous de multiples formes.

dt156_paris_mob_urbain2_br.jpg

Colonne Morris
Colonnes Morris - En 1868, Gabriel Morris, imprimeur spécialisé dans la publicité pour les spectacles parisiens, obtient une concession de la Ville de Paris pour édifier quatre cent cinquante et une colonnes hautes de six mètres cinquante, surmontées d’un dôme ouvragé, le tout réalisé en fonte et peint en vert bouteille. À l’origine, elles servaient aussi d’entrepôt pour les balais et pelles du nettoyage des rues. En 2006, Paris en compte sept cent soixante-treize lorsque la municipalité décide d’en abattre deux cent vingt-trois, une partie de ces dernières devant être remplacées par des colonnes dont le style se qualifie par l’absolue discrétion. L’argument avancé était d’ordre esthétique... Devant le tollé général et l’émoi des directeurs de théâtre dont elles sont un vecteur publicitaire capital, il semble que les colonnes Morris aient sauvé leur avenir. Aujourd’hui, elles assurent aussi la publicité des films, et elles tournent !

dt156_paris_mob_urbain3_br.jpg

Vespasienne

Vespasiennes - Que de noms pour ces lieux d’aisance publics, et masculins : urinoirs, tasses, Ginette, pissotières, latrines, goguenots... Les raffinés les nomment vespasiennes, du nom de l’empereur romain qui, entre l’an 69 et 79 de notre ère, dota Rome de ces commodités. Ils arrivent avec Rambuteau, préfet de la Seine de 1833 à 1848. Bronca immédiate de la part des ligues bien-pensantes et des « pères et mères la pudeur » qui fustigent ces « colonnes Rambuteau »! La Mondaine surveillera également de près les quelques quatre cents urinoirs en fer peint en vert qui jalonnent les trottoirs de la capitale. Ils furent remplacés à partir de 1980 par les sanisettes de Decaux. De ces étonnants mais si utiles édicules, il ne subsiste à notre connaissance qu’un seul exemplaire dans Paris : il se situe sur le boulevard Arago, devant la prison de la Santé. Sans doute Paris a-t- elle jugé utile de conserver un témoin d’une autre époque ?
Tags