Arc-et-Senans, le palais de l'or blanc

Par Détours en France
source : Hors Série - 40 visites privées pour redécouvrir le patrimoine, 2012, p.50

Dans le Doubs, cette saline aux allures de palais, conçue au XVIIIe siècle par l’architecte des Lumières Claude-Nicolas Ledoux, est inscrite au patrimoine mondial de l’Unesco depuis 1982.

La maison du directeur

Au XVIIIe siècle, la grande saline de Salins-les-Bains devient trop exiguë. On confie à Claude-Nicolas Ledoux, inspecteur des salines, le soin de réaliser une extension qui recevrait la saumure de Salins. Selon un plan semi-circulaire et une architecture audacieuse, il échafaude une cité idéale avec, au centre, la maison du directeur -que l'on voit sur cette photo. 

vue aérienne de la saline d'arc-et-senans

Vue aérienne de la Saline d'Arc-et-Senans avec ses jardins.

Une industrie charmante

Une construction rationnelle, hiérarchisée et esthétique. Entre palais et usines, ce fleuron d’architecture industrielle, édifié entre 1775 et 1779 sur un plan semi-circulaire, est l’oeuvre de Claude-Nicolas Ledoux, l’un des précurseurs du style néoclassique. Il s’agit d’une saline… bien qu’il n’y ait pas de sel ici, à la lisière de la forêt de Chaux !

Saumoduc en bois

Voici l'un des saumoduc en bois de la grande saline de Salins-les-Bains

L’ensemble a en fait été créé à la suite d’une décision de Louis XV, pour exploiter les eaux saumâtres de Salins, à 20 kilomètres de là, qui étaient acheminées par des conduites en bois. Il était en effet plus facile de transporter les eaux que le bois de chauffe, élément indispensable à la transformation de la saumure en sel. Le sel, lourdement taxé par la gabelle, était une denrée capitale puisqu’il permettait de conserver les aliments.

L'histoire du site

Un idéal de progrès conçus au départ comme une "cité idéale", où l'on pourrait vivre en autarcie, les bâtiments comprenaient les ateliers de travail et les habitants des ouvriers. Tous les édifices sont symboliquement tournés vers la fastueuse et monumentale maison du directeur, reconnaissable aux collones doriques de son péristyle, dignes d'une villa italienne, et de son "oculus". Ledoux voyait dans ce plan en hémicycle une "forme pure comme celle que décrit le soleil dans sa course", "imitant l'harmonie universelle du monde".

Batiment garde

L’entrée dans la saline s’effectuait par le bâtiment des Gardes.

L’ensemble est inscrit au patrimoine mondial en tant que « première grande réalisation d’architecture industrielle qui reflète l’idéal de progrès du siècle des Lumières ». Malgré les efforts déployés et l’avant-gardisme de l’architecture, qui annonce l’architecture monumentale industrielle, la production fut en deçà des prévisions. La saline a fermé en 1895, avec la concurrence du sel marin acheminé par le chemin de fer en plein développement.

La saline de Salins-les-Bains a, elle, fonctionné pendant 1200 ans, jusqu’en 1962. Elle a conservé son impressionnante galerie souterraine du XIIIe siècle avec une pompe hydraulique du XIXe siècle.

 

A visiter et à découvrir

det_saline_arc_senans.jpg

Aujourd'hui, la Saline accueille de nombreuses expositions et organisent des événements éphémères.

- Chaque année du printemps à l'automne : grand festival des jardins. En 2016, du 11 juin au 23 octobre, la 16ème édition est organisée sur le thème "Univers de bande dessinée".
- l'exposition photos sur les mines de sel prolongée jusqu'à fin 2016 présente les travailleurs du sel du monde contemporain. L'expo présentée dans la maison du Directeur est doublée d'un parcours scénographié par des toiles imprimées et des vidéos projetées dans la berne ouesr qui restituent l'ambiance du travail des hommes exploitant le sel aujourd'hui. A découvrir aussi dans les jardins, des portraits géants de travailleurs du sel comme un regard porté sur un paysage et une culture - en lien avec l'exposition sur les "jardins des voyageurs".