Rochefort-en-Terre, village fleuri de Bretagne

Par Philippe Bourget (Texte original) ; Céline Fion (adaptation web)
Publié le 01/06/2016

Beauté bretonne, épanouie entre ravins et forêts, Rochefort-en-Terre combine le cachet des maisons de granit et colombages, la délicatesse d’un village hautement fleuri et l’attrait d’un patrimoine culturel unique. 

Hortensias sur la place du Puits à Rochefort-en-Terre La place du Puits est l’un des lieux les plus charmants du bourg. Vous y trouverez l’office du Tourisme. 

C’est au XIIe siècle qu’un seigneur eu la judicieuse idée d'ériger une forteresse sur un éperon schisteux de la vallée du Gueuzon, nommé Roche Forte. Situé sur la route du sel, le village prospéra jusqu’à l’annexion de la Bretagne par le Royaume de France qui aboutit à la destruction des biens des alliés du duc de Bretagne. Fort heureusement pour le village, le seigneur local Jean IV de Rieux-Rochefort, fut tuteur d’Anne de Bretagne, devenue reine. Elle fit don de 100 000 écus d’or au seigneur qui entreprit de reconstruire son château mais aussi d’embellir les zones en contrebas.

Ruines médiévales de Rochefort-en-Terre A côté des ruines médiévales, le singulier Naia Museum a vu le jour. Il est dédié aux arts de l’imaginaire fantastique. 

Balade dans les ruelles

En descendant du château, l’on peut admirer les beaux logis de granit percés de fenêtre Renaissance, que firent construire les notables, gens d’épée et classes intermédiaires du clergé. En poursuivant la découverte vers le bas du bourg, ce sont les habitations plus modestes, autrefois utilisées par la marchands et artisans, qui s’offrent à la vue. Une étonnante église est aussi située dans la partie basse. Elle fut construite à l’endroit où une bergère trouva, au XIIe siècle, une vierge de bois qui aurait été cachée deux siècles plus tôt par un prêtre. Construit sans fondations, l'édifice a perdu sa verticalité. Il surprend aussi par son allure romano-gothico-Renaissance, fruit de divers embellissements à travers les siècles.  

Château de Rochefort-en-Terre Mélange de vestiges médiévaux et d’un corps de logis du XXe siècle, le château et son parc appartiennent désormais à la commune.

Village d'artistes

Rochefort-en-terre doit en grande partie son visage actuel au peintre américain Alfred Klots. Tombé sous le charme du village, au début du XXe siècle, il racheta les ruines du château et y investit sa fortune. L’artiste avait pris l’habitude de convier ses amis dans son coin de paradis. Il impulsa de nombreuses activités touristiques et fut à l’origine du premier concours de fenêtres fleuries, en 1911. Aujourd’hui, la cité morbihanaise peut s’enorgueillir de quatre fleurs dans la classification « villages fleuris ». Si le printemps pare Rochefort-en-terre de mille couleurs et parfums, l’hiver charme tout autant avec un festival d’illuminations de toute beauté qui rassemblent chaque année des milliers de visiteurs. Et, des années après Alfred Klots, la tradition des arts et de l'artisanat est toujours très présentes dans les ruelles de la cité. 

Ce village fait partie des candidats à l’élection du Village préféré des Français 2016. Vous pouvez voter pour ce village jusqu’au 3 juin.

A voir absolument 

  • Vue aérienne sur Rochefort-en-TerreLe château et son parc
  • La place du Puits
  • Le lavoir du XVIe siècle
  • L’église Notre-Dame-de-la-Tronchaye
  • Le Naia Museum
  • Les illuminations, au moment des fêtes de fin d'année