Tour de France des mairies les plus remarquables

Par Clio Bayle et Emmanuelle Saporta

Il y a des hôtels de ville où il fait bon déposer son bulletin dans l'urne ! Grandioses, charmantes, ultra-contemporaines ou complètement insolites, voici notre top ... des mairies qui font rêver.

Les plus charmantes

La mairie d’Evian-les-Bains (Haute-Savoie)

Hôtel de ville d'Évian

Bienvenue dans la « Villa Lumière », ancienne résidence d’été de la famille Lumière, devenue l’hôtel de Ville de la cité haut-savoyarde en 1927. Cette villa de style classique inspiré de la Renaissance a en effet vu défiler les membres de la famille des Lumière, dont les célèbres Louis et Auguste inventeurs du cinématographe. Les visiteurs sont accueillis par une imposante réplique en bronze du Penseur de Michel-Ange qui trône sur la terrasse. Les mariages sont célébrés dans le Salon doré, orné de tentures en damas de soie jaune et de lambris or. Le hall, le grand salon et le salon doré se visitent librement en semaine, de 9h à 11h et de 13h30 à 17h.

La ville d'Évian a plus d'un atour puisque même Martin Parr a craqué

La mairie de Borest (Oise)

mairie de Borest

Cette mairie à la particularité d'être accolée à une petite église du XIIe siècle dédiée à Saint-Martin et remaniée au XVIe siècle. Sa façade de brique rouge quadrillée de blanc lui donne un petit côté rupestre et charmant !

La plus petite mairie de France - Mairie de Saint Germain de Pasquier

Mairie de Saint-Germain en Pasquier

Dans le même esprit, voici la plus petite mairie de France ! Avec ses 8m2 de superficie, elle ressemble davantage à un petit local de stockage. Sa taille est si surprenante qu'elle est devenue l'attraction principale de ce petit village de 139 habitants.

 

 

La mairie de Luceram (Alpes-Maritimes)

La mairie de Luceram

Avec son joli balcon blanc et sa façade saumon, cette mairie ressemble davantage à une maison de vacances qu'à des bureaux administratifs. Bati sur un éperon rocheux, le village compte beaucoup de petites ruelles en escalier et de terrasses comme ci-dessus sur la photo.

La mairie de Vaux-en-Beaujolais (Rhône)

Mairie de Vaux-en-Beaujolais

Une mairie patriote pour le seul village de France qui porte deux noms : Vaux-en-Beaujolais et Clochemerle. Située au cœur des vignobles du Beaujolais, la commune doit son double nom au roman de Gabriel Chevallier Clochemerle, publié en 1934. L’auteur y relate les querelles des personnages typiques des habitants d’une petite commune rurale (curé, instituteur, maire…) au moment d’installer un urinoir sur la place principale. De passage à Vaux-en-Beaujolais, il s’exclame « Mais c’est Clochemerle ! ». Depuis, un fameux urinoir a été érigé et la commune est devenue un lieu très touristique avec un parcours aménagé inspiré du roman. Ne loupez pas la mairie !

Les plus surprenantes

La mairie de Reigneville Bocage (Manche)

Mairie de Reigneville-Bocage

Ça par exemple ! La mairie de Reigneville Bocage décroche sans effort le prix de l'édifice le plus insolite. Et pour cause, elle a élu domicile dans la sacristie d'une ancienne église en ruine. Avec ses 35 habitants, la commune est l'une des trois plus petites du département, mais son sens de la recup' architecturale, lui, est très grand !

La mairie de Brest (Finistère)

Hôtel de ville de Brest

Cet hôtel de ville a été entièrement reconstruit après la seconde guerre mondiale ; il a été conçu par l'architecte Maurice Léon Genin. Bâtiment imposant avec vue sur une grande esplanade, il se situe à la jonction entre les quartiers anciens qui n'ont pas été complètement détruits pendant la guerre et le centre de la commune reconstruit après la guerre.

Vous ne connaissez pas Brest ? On vous  emmène !

La mairie d’Ambert (Puy-de-Dôme)

Hôtel de ville d'Ambert

Cherchez bien, vous n’en verrez pas deux comme celle-là. En effet, la mairie de la petite commune auvergnate est…ronde ! Et elle est unique en Europe. Elle est installée dans une ancienne Halle aux grains construite au début du XIXème siècle, réhaussée par la suite pour accueillir les bureaux de plusieurs services municipaux.

La mairie de la Rochelle (Charente-Maritime)

Mairie de La Rochelle

L'hôtel de ville est le monument le plus visité de la Rochelle. Cet édifice datant pour l'essentiel des XVe et XVIe siècles est classé monument historique depuis 1861. Il a été en partie ravagé par un incendie en juin 2013.  L'incendie a principalement détruit la partie Renaissance, tandis que les locaux édifiés en XIXe siècle ont été presque entièrement épargnés.  

La mairie de Vitré (Ille-et-Vilaine)

Mairie de Vitré

À Vitré, la mairie n'a rien à craindre d'un éventuel ennemi ! L'hôtel de ville est insallé dans le gigantesque château fort qui se dresse sur un éperon rocheux au cœur de la ville. Classé monument historique depuis 1872, le château de Vitré est un bel exemple d'architecture défensive médiévale. Construit vers 1080 par le baron de Vitré,  l'édifice est rebâti au XIIIe siècle selon son plan triangulaire actuel. L'hôtel de ville occupe un logis reconstruit du château. Les tours les logis anciens accueillent le musée du château de Vitré, qui retrace l'histoire de la ville.

Les plus grandioses

La mairie de Toulouse (Haute-Garonne)

Hôtel de ville de Toulouse

Rares sont les communes dont la mairie – plus précisément l’Hôtel de Ville – est un emblème connu de tous, y compris hors de nos frontières. Le Capitole abrite le pouvoir municipal depuis le XIIe siècle, ainsi que le théâtre du même nom. Située sur la célèbre place du Capitole, cette imposante construction de style néoclassique, conçue par l’architecte Georges Cammas, impose sa façade de briques et de pierre .

La découverte du Capitole fait partie des 10 choses à faire absolument dans la ville

La mairie de Nancy (Lorraine)

Hôtel de ville de Nancy

Avec ses 98 mètres de long, l'hôtel de ville de Nancy occupe tout le côté sud de la très célèbre place Stanislas, classée à l'Unesco. Comme l'ensemble des pavillons de l'esplanade, ainsi que son arc de triomphe, il est l'œuvre de l'architecte Emmanuel Héré. La place tout entière a été bâtie entre 1751 et 1755 par Stanislas Leszczynski, ancien roi de Pologne devenu Duc de Lorraine, pour honorer Louis XV, son gendre. Cet harmonieux écrin de pavés clairs, clôturé de pavillons d'un clacissisme élégant, ajoute encore davantage à la splendeur de l'hôtel de ville. L'horloge centrale est encadrée par les allégories de la justice et de la prudence. Plus bas, on peut voir une petite fille tenant un chardon : c'est le symbole de la ville.

À elle seule, la place Stanislas est une raison suffisante de visiter Nancy, mais il en y a beaucoup d'autres !

La mairie de Paris - le plus grand hôtel de ville d'Europe

Hôtel de ville de Paris

L'hôtel de ville de Paris occupe le même emplacement depuis 1357 ! La Fronde, la Révolution, la Commune, la Libération... Cette mairie a vu se dérouler les plus grands évènements de l'histoire française, et de près ! Pendant la Commune de Paris, son bâtiment renaissance, construit au XVIe siècle par l'architecte Dominique de Cortone, dit « le Boccador », fût incendié et complètement détruit en 1871. Le gigantesque bâtiment actuel, construit immédiatement après, est l' œuvre de Théodore Ballu et Édouard Deperthes. Dans un style néo-renaissance, il s'inspire en grande partie de son prédécesseur, notamment sa partie centrale.

La mairie de Tours (Indre-et-Loire)

Hôtel de ville de Tours

Ce spectaculaire bâtiment n'a rien à envier aux plus beaux édifices de la ville. Construit entre 1897 et 1903, il est l'œuvre du même architecte que la gare d'Orsay à Paris : Victor Laloux, lui-même tourangeau. La façade impressionne par la richesse de son décor et les nombreuses allégories qui s'y cachent. On trouve notamment beaucoup de références classiques de la tradition architecturale française,  mais aussi des allusions aux deux fleuves de la ville, La Loire et le Cher, ainsi qu'aux valeurs de la République. La plupart des bâtiments publics de Tours datent de la deuxième moitié du XIXe siècle : le palais de justice, le théâtre et la gare. Cette dernière, particulièrement remarquable, est également l'œuvre de Victor Laloux.

La mairie de Roubaix (Nord)

Mairie de Roubaix

À Roubaix, il y a eu non pas un, ni deux, ni trois, mais quatre hôtels de ville ! Et c'est bien ce dernier que le public peut admirer aujourd'hui, symbole de la puissance industrielle de Roubaix au début du XXème siècle. Il est l'œuvre de l'architecte roublaisien Ernest Thibeau qui en a dessiné les plans - le bâtiment a été construit entre 1907 et 1911 - l'architecte Victor Laloux reprenant le suivi du projet. Le bâtiment est inscrit à l'inventaire des monuments historiques depuis 1998. Sa façade et sa toiture ont été restaurées entre 2011 et 2013.

La mairie de Calais (Pas-de-Calais)

Mairie de Calais

L'hôtel de ville est surtout célèbre pour son beffroi de 75 m de haut qui se visite et permet d'avoir une vue d'ensemble de la ville. En briques rouges, de style néo-flamand, il est ouvert aux visites libres en semaine ; l'occasion de découvrir le vitrail de l'escalier d'honneur.

La mairie du Havre (Seine-Maritime)

Hôtel de ville du Havre

L'hôtel de ville est l'un des momuments phares de la commune classée au Patrimoine mondial de l'UNESCO. Il a été construit entre 1952 et 1958 selon les plans d'Auguste Perret - à qui l'on doit la reconstruction de la ville après la seconde guerre mondiale - et de Jacques Tournant. La place couverte, elle, a été inaugurée en 1988. La tour qui n'est pas sans rappeler la tour Perret d'Amiens (104 m de haut) culmine à 72 m. Un théâtre de 700 places a été aménagée dans l'aile Est de l'hôtel de ville. 

La mairie de Caen (Calvados)

Mairie de Caen

Installé dans l'ancienne Abbaye-aux-Hommes depuis 1965, l'hôtel de ville de Caen est l'un des plus beaux et des plus réputés de la région et de France ! L'Abbaye aux Hommes a été fondée par Guillaume le Conquérant en 1063, tout comme l'Abbaye aux Dames. Des visites sont possibles pour découvrir notamment le cloître, l'escalier d'honneur et la salle des Gardes. Le tombeau de Guillaume le Conquérant est situé au cœur de l'église abbatiale.

La mairie de Dunkerque (Nord)

Hôtel de ville de Dunkerque

Ce bâtiment de style néo-flamand est dû à l’architecte lillois Louis Marie Cordonnier. Construit à la fin du XIXe siècle, il a été restauré après les deux guerres mondiales. Son beffroi de 75 m de haut est inscrit au patrimoine mondial de l’UNESCO ; il est également inscrit au titre des monuments historique, tout comme la porte Jean-Bart, la façade et les toitures. La façade est ornée de statues des six Dunkerquois célèbres dont celle de Baudoin III d eFlandre qui fit construire une fortification en bois autour de la ville au Xe siècle.

La mairie de Villeurbanne (Rhône)

Hôtel de Villeurbanne

Aménagé dans le quartier des gratte-ciel, conçu par l’architecte lyonnais Robert Giroux, l’hôtel de ville de Villeurbanne a été construit dans les années 30 ; il est inscrit aux monuments historiques depuis 1991. Son campanile cubiste culmine à 65 m de haut et le bâtiment devait donner, selon le maire de l’époque Lazare Goujon, une « impression de solidité et de grandeur mais sans faste inutile ». 

La mairie du Ve arrondissement de Paris

Mairie du Ve arrondissement de Paris

Face au Panthéon, la mairie du Ve arrondissement parisien semble faire mirroir à son illustre voisin architectural ! Le bâtiment a été conçu par l'architecte par Jean-Baptiste Guenepin, il fut achevé en 1849 par Jacques Hittorff et Victor Calliat.

Les ultra-contemporaines

La mairie d’Illkirch-Graffenstaden (Bas-Rhin)

Hôtel de ville d'Illkirch

C’est un hôtel de ville new-look qui s’impose dans cette cité alsacienne de 27 000 habitants. Après deux ans de travaux, le bâtiment de la fin du XIXe s’est doté, en 2015, d’une coque en inox imaginée par l’atelier Filippini. Cette extension d’acier sur laquelle se reflètent – comme sur un miroir géant – le soleil et les façades des bâtiments alentours, abrite un vaste espace d’accueil. D’autres aménagements complètent le projet : un nouveau parvis ainsi qu’une façade vitrée sérigraphiée qui vient habiller les façades d’origine. Vue de l’intérieur, la coque n’est pas sans rappeler les parois du Mucem à Marseille. Elle laisse en effet passer la lumière sans pour autant occulter la vue sur l’extérieur.

La mairie de Montpellier (Hérault)

Mairie de Montpellier

Intérieur de la mairie de Montpellier

Voilà le nec plus ultra des hôtels de ville contemporains ! Signé Jean Nouvel et François Fontès, le tout nouveau bâtiment a même été cité par le New York Times dans sa liste des lieux à visiter en 2012. Rien d'étonnant quand on voit les photos ! La forme cubique, les jeux de transparence et la couleur bleue de l'édifice lui confèrent un aspect presque spatial. Mais le bâtiment ne soigne pas que son image. Il a été conçu selon des considérations écologiques. Le toit est recouvert de panneaux solaires et l'intérieur est conçu de manière à réduire au maximum la consommation d'énergie. Une réussite !

Mairie tout en béton à Echenoz-la-Méline (Haute-Saône)

Hôtel de ville d'Echenoz

Livrée en 2013, la mairie de cette petite commune de Franche-Comté a un particularité : elle est construite avec du béton clair, le plâtre et le bois blond venant apporter un peu de chaleur à cet ensemble de bâtiments qui abritent aussi une bibliothèque, des locaux associatifs et un accueil périscolaire. L'intérieur est très lumineux grâce à la présence de nombreuses grandes ouvertures sur le cœur du village et sur la campagne environnante.