Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Le château de Fénelon, la forteresse des lettres

Par Hugues Dérouard
source : Détours en France N°224

Depuis plus de trente ans, en famille, les Delautre redonnent vie à cette forteresse médiévale. C'est là, au centre d'un triangle formé par Sarlat, Souillac et Gourdon, qu'est né l'illustre François de Salignac de la Mothe-Fénelon, futur archevêque de Cambrai.

chateau-fenelon-perigord-det_BRPer1389.jpg

Vue aérienne du château de Fénelon, dans le Périgord noir

Enfant, il regardait l’émission de télé Chefs-d’œuvre en péril, les yeux ronds d'admiration. À l’âge adulte, Jean-Luc Delautre a eu l’occasion, à son tour, de sauver un monument menacé : le château de Fénelon, à Sainte-Modane. Puissamment fortifié, celui-ci se dresse au milieu de la verdure, protégé par trois redoutables enceintes. « Assiégé à plusieurs reprises, ce château féodal, lorgnant d’un côté sur la vallée de la Dordogne, de l’autre sur la vallée de la Bouriane, a joué un rôle stratégique durant la guerre de Cent Ans. Devenu une élégante demeure gothique au xve siècle, il a encore été fortifié durant les guerres de Religion du XVIe siècle, rappelle-t-il. Lorsque nous l’avons acquis en 1989, sur un coup de cœur, il était vraiment en piteux état, après plusieurs années d’abandon. »

Une incroyable collection d'objets historiques

cuisine-chateau-fenelon-det_BRPer2406.jpg

Cuisine du château de Fénelon, dans le Périgord noir

Depuis trois décennies, la famille Delautre, qui l’habite à présent à l’année, fait revivre et restaure inlassablement Fénelon. Jean-Luc est à la billetterie, un œil rivé sur les vidéos de surveillance. Dominique, sa femme, s’occupe de l’aménagement des pièces et du jardin. Jean-Julien, leur fils, expert renommé en armes et amures, en est devenu le conservateur. Au fil du temps, les Delautre ont enrichi le château d’une incroyable collection de pièces historiques et artistiques (armes, tableaux, tapisserie Renaissance, objets culinaires...). Et se sont attachés à mettre en valeur le plus célèbre des personnages à avoir vu le jour en ses murs : François de Salignac de la Mothe-Fénelon.

Jeunesse périgourdine

chateau-fenelon-perigord-det_BRPer2392_0.jpg

Le château de Fénelon, dans le Périgord noir

La chambre de celui qui est passé à la postérité sous le nom de Fénelon, a été reconstituée avec soin. Y trône un lit d’époque Louis XIII – celui dans lequel le futur homme d'Église serait né, le 6 août 1651 – face à une monumentale cheminée, tout ornée de noyer sculpté. Sont rassemblés quantité de souvenirs qui lui sont directement liés (gravures, biscuits de Sèvres, éditions originales, manuscrits...), acquis par les propriétaires. « Fénelon, dont la famille possédait le château depuis le XVe siècle, a passé là sa jeunesse. Ordonné prêtre en 1677, il obtient la faveur de la cour grâce à son Traité de l’éducation des filles. Au point que Louis XIV le choisit comme précepteur pour son petit-fils, le duc de Bourgogne. » En 1693, Fénelon est élu à l’Académie française. Deux ans plus tard, il est nommé archevêque de Cambrai. La publication, en 1699, des Aventures de Télémaque, perçues comme une critique de la monarchie absolue, achève sa disgrâce. Il ne revint jamais au domaine périgourdin. Il mourut le 7 janvier 1715, isolé en son diocèse de Cambrai. Déjà classé Monument historique depuis 1962, le château a reçu le label « Maisons des Illustres » en 2018.