Les plus beaux châteaux de la Loire en Touraine

Publié par Philippe Bourget  |  Mis à jour le

Délimitée par le département d'Indre-et-Loire et une partie de l'Indre et du Loir-et-Cher, la région fut le fief des rois de France du 15ème s. au 17ème s. Couverte de châteaux, dont beaucoup soulignent l'arrivée de la Renaissance dans le royaume, ce Val de Loire classé au patrimoine mondial de l'UNESCO est une invitation à découvrir parmi les plus beaux palais de l'Hexagone. 

Quels sont les châteaux du Val de Loire à visiter absolument ?

Château d'Amboise, au bon plaisir des rois en Val de Loire   

Surplombant la Loire et la ville, l'imposant château d'Amboise fut une résidence royale de Charles VIII à Henri II, puis encore sous Louis-Philippe. Berceau de la Renaissance en Val de Loire, ce palais, pourtant fort loin de sa dimension d'origine, forme un ensemble remarquable. Les visiteurs ne peuvent qu'être saisis par la façade « gothique tardif » flanquée de sa tour cavalière. Le château d'Amboise est baigné du souvenir de Léonard de Vinci, dont les restes présumés reposent dans une chapelle située sur une terrasse du château.

Voir aussi

Château d'Azay-le-Rideau, une île sur l'eau au goût très sûr

Posé sur un îlot d'un bras de l'Indre, entouré de plans d'eau et décoré avec finesse, Azay-le-Rideau est l'un des châteaux Renaissance les plus esthétiques du Val de Loire. Un charme qui jaillit de tous côtés depuis le parc à l'anglaise, ouvrant la vue sur deux ailes à l'équerre richement décorées. Faisant office de miroirs, l'eau décuple la grâce de la façade, tandis que la cour d'honneur livre le formidable escalier « rampe sur rampe » à baies jumelées. Dans la pénombre, les salles cachent un inédit mobilier d'apparat.  

Château de Chenonceau, l'arche gracieuse du pays tourangeau

Catherine de Médicis et Diane de Poitiers se sont disputé ce château inédit jeté par-dessus le Cher. A voir l'harmonie d'ensemble de la bâtisse, Chenonceau porte indiscutablement la patte féminine. Les épisodes de l'histoire en ont voulu ainsi. En cinq siècles, les hommes n'ont jamais eu la main sur le château. Catherine de Médicis ordonne la construction de la fameuse double galerie sur le pont. Diane de Poitiers crée l'immense jardin-parterre et pare la demeure d'un faste à la hauteur des fêtes qu'elle y organise. Une visite cultissime !  

Château de Villandry, un jardin et son palais

Il faut d'abord parler du jardin quand on cite Villandry. Son exceptionnel maillage végétal, mélange de buis, roses, tulipes (en mars), grands arbres, tonnelles… est la motivation première d'un visite en ces lieux. Dominant le Cher à l'ouest de Tours, les jardins de Villandry respectent le plan initial adopté à la Renaissance et comptent près de 120 000 plants. Le château, lui, associe donjon médiéval et corps de logis de la fin Renaissance. On appréciera le grand escalier Louis XV et surtout le salon oriental, de style mudéjar. 

Château de Chinon, souvenir de Jeanne d'Arc

Dominant la Vienne, la forteresse royale de Chinon impose ses murailles intimidantes au dessus de la ville. Bâti par Henri II Plantagenêt au XIIe s., le château s'impose alors comme l'un des fiefs du roi d'Angleterre. Délaissé puis démantelé à partir du XVe s., il fut sauvé par Mérimée. Depuis 2003, il a bénéficié d'une intense restauration, redonnant son lustre, notamment, aux Logis Royaux. Deux salles y retracent la vie de Jeanne d'Arc, qui vint ici en 1429 supplier le roi Charles VII de l'aider à délivrer Orléans du joug des Anglais. 

→ Quels sont les autres châteaux de la région à visiter en priorité ?

Château de Clos-Lucé, dernier voyage de Léonard de Vinci…

C'est dans ce manoir du XVème s. d'Amboise que le génie toscan vint passer, à l'invitation de François Ier, les trois dernières années de sa vie, de 1516 à 1519. Le château, le parc, les expositions… tout concourt à rappeler la mémoire du grand homme, qui passa son temps à écrire, dessiner, peindre… et organiser des fêtes somptueuses. Remarquable avec sa tour d'angle encadré de deux logis et d'une galerie, en brique rose et pierre blanche de tuffeau, cette demeure où fut élevé François Ier transpire la mémoire de l'artiste italien. 

Château d'Ussé, l'un des plus beaux logis au bois dormant

Avec ses tours et ses clochetons pointés vers le ciel, cette imposante demeure bâtie aux XVe et XVIe s. entre la rivière l'Indre et la forêt a inspiré Charles Perrault pour la Belle au Bois Dormant. Le Nôtre, Vauban, Chateaubriand et même Haïlé Sélassié succombèrent aussi au charme d'Ussé, aux mains d'une même famille depuis la fin du XIXe s. Comment pourrait-il en être autrement, quand on regarde sa blancheur d'odalisque sur fond de forêt sombre et mystérieuse ? Tel est Ussé, une apparition « fantôme » entre forêt et plaine. 

Château de Loches, trois rois et deux égéries

Au sud de la Touraine, Loches a été choisie par trois rois de France comme lieu de séjour : Jean le Bon, Charles VII et Louis XI. Ils furent attirés par la protection qu'offrait le puissant donjon du XIe s. L'atout maître du château est le Logis Royal. Il rappelle le souvenir des rois mais aussi celui de Jeanne d'Arc et d'Agnès Sorel. La première vint supplier Charles VII de se faire sacrer à Reims, pour mettre un terme à la Guerre de Cent Ans. La seconde résida régulièrement au Logis. Son tombeau se trouve dans la collégiale voisine Saint-Ours.  

Château-Gaillard, le secret caché d'Indre-et-Loire 

Un bijou inédit au cœur d'Amboise ! Ainsi se présente Château-Gaillard, une demeure Renaissance au destin exceptionnel, protégée par un puissant éperon rocheux. Le château à la façade d'inspiration italienne, avec de hautes fenêtres à meneaux et des décors sculptés, était enfoui dans la végétation, oublié de tous. Palais du roi Charles VII au parc dessiné par le « Léonard de Vinci des jardins », Pacello da Mercoliano, il a été redécouvert en 2011 et entièrement restauré. Il est ouvert au public depuis 2015. 

Château de Langeais, relais entre Moyen-Âge et Renaissance

Planté au cœur de cette ville d'Indre-et-Loire, au bord de Loire, ce château voisin de celui de Villandry impose sa masse médiévale ornée de tours, de mâchicoulis et d'un pont-levis. Bâti sous Louis XI en 1465, son extérieur contraste avec sa façade intérieure Renaissance, avec fenêtres à meneaux et lucarnes. Les appartements sont à l'unisson, offrant une succession de pièces richement décorées et meublées (salle du mariage, grande salle des Preux…), où s'imposent notamment de magnifiques tapisseries du XVe et XVIe s.