Véloroute du lin : échappée belle en pays de Caux

Publié par Stéphane Maurice  |  Mis à jour le

Si la Vélomaritime jouit d'une réputation de circuit sportif le long de la Côte d'Albâtre, la Véloroute du Lin se définit comme une alternative plus douce et familiale via les terres. Avec, en prime, la découverte d'une culture emblématique du pays de Caux qui colore le paysage d'un bleu vaporeux juste avant l'été.

On ne se lance pas à l'improviste sur la Véloroute du Lin. Ce parcours n'a rien de difficile, mais il vaut mieux programmer son départ pour en découvrir la quintessence. La floraison des champs de lin s'échelonne d'une parcelle à l'autre sur un mois environ, avec une apothéose autour du 15 juin. À cette période, des millions de fleurs bleu lavande s'épanouissent au lever du jour et les champs ondulent au gré du vent comme dans les paysages de mangas de Miyazaki. La Véloroute du Lin relie Pourville, près de Dieppe, à Fécamp. Sur les 75 kilomètres d'itinéraire, vous emprunterez plus de 50 kilomètres en voies vertes, répartis en deux portions reliées par des voies partagées. Nous choisissons de prendre le départ à Fécamp en louant nos vélos à l'enseigne Coffee Bike. 

EN PRATIQUE

Coffee Bike Normandie : 10A boulevard Suzanne-Clément, 76400 Fécamp. 07 67 70 40 65. coffeebike-normandie.com. Location à la journée : de 10 € (enfants) à 25 € (électrique).

À partir de Fécamp...

Nous enfourchons nos vélos Arcade. L'assistance électrique ne s'impose pas réellement sauf pour s'aventurer plus loin sans crainte du coup de mou. Cela tombe bien, car nous disposons d'une autonomie de 60 à 80 kilomètres. Fécamp s'efface derrière nous. Les étangs et la pisciculture de Colleville, où l'on élève truites et saumons de fontaine, profitent d'une eau tempérée à 14 °C toute l'année. En suivant la vallée, nous approchons de Valmont. Une halte s'impose pour découvrir ce beau village établit sur... la Valmont. Ne manquez pas l'étonnante abbaye Notre-Dame-du-Pré, en partie ruinée, mais à nouveau occupée par une communauté bénédictine depuis 1994. Le premier champ de lin apparaît après un long faux plat en sous-bois qui débouche à Grainville-la-Teinturière. À Cany-Barville, nous rejoignons la vallée de la Durdent qui alimente les douves d'un grand château Louis XIII signé Mansart. À Saint-Pierre-le-Viger, faites une pause à la coopérative linière Terre de lin. La visite vous apprendra pourquoi le lin du pays de Caux est l'une des meilleures fibres au monde. Et ce n'est pas qu'une question de climat !

...Jusqu'à Dieppe et Pourville

Pour certains, l'heure du retour a sonné (votre compteur affichera près de 60 km aller-retour). Pour les plus audacieux, la route se poursuit par Luneray, la vallée de la Saâne, Ouville-la-Rivière, puis Offranville. Cette commune peut être l'occasion d'un nouvel arrêt pour découvrir le parc floral William Farcy ou le musée dédié au peintre Jacques-Émile Blanche. Les champs de lin sont dépassés, Dieppe est en vue tout comme Pourville, qui marque la fin de l'itinéraire. Cette charmante station balnéaire est inscrite dans l'histoire douloureuse du raid de Dieppe. L'opération Jubilee a coûté la vie à près d'un millier de soldats des forces britanniques et alliées, dont plus de 700 Canadiens, mais elle a permis de récupérer de précieuses informations pour la réussite du Débarquement de 1944. Les cyclistes les plus sportifs sauront rouler trois bonnes heures pour 80 kilomètres. Pour les flâneurs, la Véloroute peut devenir une mini-aventure de deux jours en planifiant une nuit au camping ou en chambre d'hôtes labellisée « accueil vélo ». Chacun ira à son rythme profitant de la qualité des équipements pour un plaisir partagé.

Sujets associés