Le Mont-Saint-Michel redevient une île

Par Clio Bayle

Après deux ans de travaux, le pont-passerelle du Mont a ouvert au public ce matin. Ce nouvel accès est l’un des points d’orgue des grands ouvrages initiés en 1995 pour restaurer le caractère maritime du Rocher. Les travaux de démolition de l'ancienne digue-route en bitume vont pouvoir débuter.

Le pont passerelle

Le nouvel accès est désormais le seul lien entre le continent et le monument historique. Plus respectueux de l’environnement de la baie, il permet également au monument de retrouver son insularité une vingtaine de jours par an. Un phénomène qui ne s’était pas produit depuis la construction de la route-digue en 1880. La destruction de cette dernière va permettre d'observer d'avantage de marées : soit une centaine par an.

Les remparts du Mont-Saint-Michel


La passerelle se termine à 300 m du Mont par une esplanade submersible qui rend une partie de ses remparts au monument. À certains endroits (comme à gauche sur la photo), des meurtrières sont à nouveau visibles.

L’inauguration de la route tombe à point puisque deux grandes marées se produiront le 20 février et le 21 mars 2015. Avec un très fort coefficient de 119 pour la deuxième, un tel spectacle ne se reproduira pas avant 2073 ! Le Mont offre sans conteste l’un des meilleurs belvédères pour observer les marées, mais les dégradations et la sédimentation subits par le lieu au cours du XXe siècle avaient diminué leur splendeur.

Le Mont-Saint-Michel et sa nouvelle passerelle de nuit.

Les différents ouvrages réalisés pour rendre au Mont son visage du XIXe siècle touchent désormais à leur fin. La démolition de la route en bitume et des derniers hectares de stationnement devrait être terminée à l’été 2015. À l’horizon 2025, le fleuve Couesnon devrait avoir reformé un large estuaire dans la baie.