3 villages à découvrir en Mayenne

Publié par Marine Guiffray  |  Mis à jour le

Les villages sont l'âme d'un territoire. En Mayenne, trois bourgades au cachet préservé se découvrent entre monts, rivières et forêts. Il faut lire entre les lignes de leur architecture, rencontrer leurs habitants, découvrir les précieux savoir-faire dont elles ont hérité… pour toucher du doigt la longue histoire d'une région mésestimée. La colline de Tertre-Ganne offre un panorama immanquable sur la cité médiévale de Sainte-Suzanne.

Sainte-Suzanne, romantique et guerrière

La cité médiévale perchée de Sainte- Suzanne, qui domine la rive droite de l'Erve et un paysage de bocage s'étirant jusqu'à la plaine d'Anjou, mérite bien son surnom de « perle du Maine ». Le charme du village tient en grande partie à ses maisons en pierres et ses ruelles pavées bordées de boutiques artisanales. La place Hubert-II-de-Beaumont et ses terrasses donnent envie de flâner. Mais pour goûter pleinement au charme suzannais, il faut passer de l'autre côté des murs de la cité, en empruntant le chemin de la Poterne qui mène à l'extrémité de l'éperon rocheux. L'environnement de pleine nature de Sainte-Suzanne s'esquisse en contrebas, dans le fond de la vallée de l'Erve. Semant sur son passage une vingtaine de moulins, la rivière court vers le sud au pied du Tertre-Ganne. Accessible par le Pont-Neuf, la colline offre une jolie vue sur les remparts, la flèche de l'église, les ruines du vieux donjon et le logis du château, qui surgissent d'une nature verdoyante. Ténébreuse sous le ciel gris, rayonnante quand vient l'été, Sainte-Suzanne dégage ce quelque chose de romantique qui fait honneur à son nom : celui de la sainte patronne des fiancés.

L'histoire de Sainte-Suzanne

Situé à moins de trois kilomètres au nord du village, le dolmen des Erves témoigne d'une présence humaine à Sainte-Suzanne dès 4 500 av. J.-C. environ. Les Celtes, puis les Gaulois, ont occupé ce site hautement stratégique. Dès le XIe siècle, un donjon est édifié au sommet de cette forteresse naturelle, pour défendre le territoire face à l'avancée normande. De 1083 à 1086, Sainte-Suzanne grave son nom dans l'Histoire en résistant vaillamment au siège de Guillaume le Conquérant, dont les troupes stationnent à moins d'un kilomètre, au camp de Beugy. Elle restera, dit-on, la seule place forte d'Europe à lui avoir jamais échappé ! Sainte-Suzanne a beau se doter de hautes murailles et de solides fortifications au XIIIe siècle, son système de défense n'est pas infaillible. La cité connaît sa première infortune durant la guerre de Cent Ans. Prise par les Anglais en 1424, elle n'est délivrée qu'en 1439 par le chevalier Jean de Bueil. Au XVIe siècle, les guerres de Religion n'épargnent pas non plus le village, que catholiques et protestants se disputent… Il ne trouve la paix qu'à partir du XVIIe siècle. Son allure change. Guillaume Fouquet de La Varenne fait bâtir l'actuel logis du château, des maisons d'inspiration Renaissance et classique apparaissent çà et là, offrant au village une plus grande élégance : l'ancien presbytère, le manoir de la Butte-Verte qui abrite l'office de tourisme.

Fontaine-Daniel, berceau des Toiles de Mayenne

Entre chevelu de cours d'eau et forêt, ce discret village de Haute Mayenne est le berceau des réputées Toiles de Mayenne. Pour comprendre l'histoire du village, il faut remonter quelque deux cents ans en arrière, à l'heure où l'industrie faisait sa révolution… En 1806, Fontaine-Daniel n'est alors qu'un lieu-dit faisant sa progressive mue en village. Derrière les grilles de l'abbaye cistercienne fondée au début du XIIIe siècle dans cette campagne proche de la ville de Mayenne, les bâtiments désertés trouvent une nouvelle vocation : le tissu.

Créée par deux industriels parisiens, Jean-Pierre Horem et Sophie Lewille, la manufacture connaît un succès immédiat. En 1814, elle emploie plus de 900 ouvriers ! Des logements collectifs sont bâtis à quelques mètres du monastère pour les accueillir, traçant les contours de la place du village. Au bord de l'étang qui la prolonge, une chapelle est construite pour offrir un lieu de culte aux travailleurs. D'année en année, maisons et jardins dessinent de nouveaux chemins, et le bourg se développe ainsi jusqu'au début du XXe siècle. Depuis, les ateliers n'ont cessé de fonctionner. Deux siècles que le mécanisme sonore des métiers à tisser trouble la quiétude des lieux… Et que la vie locale gravite autour des Toiles de Mayenne.

Fontaine-Daniel bouge !

En 2015, la Mayennaise Élise Shay a rouvert l'épicerie du bourg, fermée en 1998, pour en faire un lieu convivial et utile, à la fois café, librairie, salle de concert… Un commerce où renaît joyeusement l'esprit de village.

Lassay-les-Châteaux, où le temps s'est arrêté

Situé dans le parc naturel régional Normandie-Maine, le village de Lassay-les-Châteaux séduit le visiteur tant par son patrimoine que par son art de vivre. Dès les premiers pas dans le village, on perçoit une légère atmosphère délicieusement surannée. Comme si le sablier du temps avait ralenti sa marche… Il est tentant de se poser sur la place du 8-mai-1945, le temps, par exemple d'un déjeuner, avant de retrouver les chemins de traverse, promesses de petits trésors. De la roseraie, dessinée par le paysagiste Thierry Jourd'heuil (restauration des jardins historiques du château de Chambord), au jardin médiéval du couvent des Bénédictines à la rue du Faubourg, des maisons de tisserands aux lavoirs disséminés… nos pas nous guident finalement jusqu'au joyau du village : le château de Lassay. Depuis les abords de l'étang, sa silhouette nous apparaît dans toute sa splendeur militaire : ronde et massive. Nul ne sait pourquoi ce château médiéval compte autant de tours ! Huit, en tout, reliées par des remparts, qui forment un anneau défensif imprenable. Pour accéder à l'entrée de la forteresse, nous empruntons depuis la berge un large escalier en pierre. Devant l'ancien grenier à sel, nous sommes bel et bien transportés des siècles en arrière. Protégeant férocement le pont-levis, la barbacane en granit fauve s'avance vers nous, imposante. Il a ceci de rare qu'il n'a pas été modifié depuis sa reconstruction au XVe siècle.

Idées de visites autour de Lassay-les-Châteaux

Sur la commune de Lassay, faites un petit crochet (en direction du Housseau) au château du Bois-Thibault (XVe siècle). Enfin, ne quittez pas le village sans emprunter le sentier Pisarro-Piette. Si les deux artistes et amis aimaient séjourner à Lassay, le premier y a peint La Moisson à Montfoucault (1876), que l'on peut admirer au musée d'Orsay.

À lire aussi :

Sujets associés