10 sorties incontournables à faire dans la Sarthe

Publié par Martine Carret  |  Mis à jour le

La Sarthe mérite infiniment mieux d'être connue en dehors de ses célèbres 24 Heures, course mythique dont on a célébré le 100ème anniversaire en juin 2023. Arboré, ce département regorge de petites cités médiévales, de ruelles pavées et de maisons à pans de bois, le spot parfait pour des sorties nature en Sarthe. Sur ces terres, se dessinaient autrefois les contours d'un royaume d'Angleterre sur lequel régnait un duc de Normandie, Richard Cœur de Lion.

Que faire au Mans et dans les environs ?

Arpenter les rues pavées de la cité Plantagenêt

Aborder Le Mans depuis les bords de la rivière Sarthe est particulièrement impressionnant. Depuis l'an 295, la muraille affiche fièrement ses parements et ses frises à décor, losange, triangle, sablier, datant de l'occupation romaine. En grimpant un peu, on rejoint le cœur historique, dédale de rues pavées dont certaines possèdent des « chasse-roues », bornes qui protégeaient les piétons des charrettes. Levez la tête pour admirer les superbes maisons à pans de bois (XV-XVIème siècle). Ne ratez pas le vitrail de l'Ascension de la cathédrale Saint-Julien, vitrail le plus ancien répertorié en France dans un édifice religieux.  

Déambuler dans l'abbaye Royale de l'Épau 

Fondée par Bérangère de Navarre, veuve du roi Richard cœur de Lion, l'abbaye cistercienne émerge du sol à partir de l'an 1230. Décédée entre temps, la reine ne l'admirera jamais. Aujourd'hui inoccupée, l'abbaye se visite, avec son chauffoir, son scriptorium, le dortoir des moines, ses jardins et son potager. Dans le chœur de l'église abbatiale, repose le gisant de la reine. De très didactiques panneaux permettent de mieux comprendre qu'à cette époque, le royaume d'Angleterre s'étendait jusqu'ici.

Flâner dans l'Arche de la Nature 

Poumon vert situé à 12 minutes en voiture du centre-ville du Mans, l'Arche de la Nature décline trois espaces représentatifs du milieu naturel sarthois : prairie, forêt et zones humides. Ouvert gratuitement et en permanence, ce vaste domaine de 550 hectares se visite à pied ou à vélo. Depuis la ville, le plus simple est de s'y rendre à pied ou en tram avec une entrée via la Maison de l'eau (si envie, visite payante des aquariums, ancienne usine des eaux, machines à vapeur et hydrauliques). En voiture, plusieurs parkings gratuits encerclent ce parc immense dans lequel de nombreuses animations se déroulent régulièrement.

Dormir avec les félins au Zoo de La Flèche 

L'un des plus beaux parcs animaliers de France, se situe à La Flèche, à 50 km au sud du Mans. 1500 animaux venus des cinq continents sont rassemblés sur l'immense territoire de 18 hectares du zoo, que l'on parcourt sur des allées boisées. Engagé dans des programmes de conservation d'espèces au sein de l'Europe, le zoo propose des expériences inédites : dormir dans des lodges à l'ambiance africaine face aux guépards ou lions, dans des cabanes à l'esprit trappeur canadien pour rêver devant les grizzlys, les loups blancs ou les ours polaires. Atmosphère asiatique pour admirer les tigres blancs ou ceux de de Sumatra et décor malgache pour voir sautiller les lémuriens.

Explorer cuisines et douves au Château du Lude

Habité, propriété de la même famille depuis 1751, le château du Lude se visite d'avril à fin septembre, lors des week-end d'octobre et aux vacances de la Toussaint. Ses quatre façades sont de quatre styles différents : Moyen-âge, Renaissance italienne et française, esprit Louis XVI. En bord du Loir, son parc agricole s'étend à perte de vue. Plusieurs jardins se découpent : roseraie, jardins de buis, esprit romantique avec une rocaille XVIIIème, potager privé, parc forestier avec arbres multiséculaires. Faire le tour des douves est possible avec passage dans un souterrain et montée dans une somptueuse cuisine. Seules les salles du rez-de-chaussée sont accessibles : majestueuse bibliothèque, grand salon, chambres et studiolo richement décoré de fresques de l'école italienne (1560).

Que faire dans le perche sarthois ?

Traquer la Velue à la Ferté-Bernard

Monstre aquatique cracheur de feu hérissé de piquants, blessé à la queue pour l'amour d'une belle dame, qui détruit champs et élevages tout en convoitant femmes et enfants… Ainsi serait La Velue, qui hanterait les cours de l'Huisne et de la Chéronne, entre La Ferté-Bernard et Yvré-l'Évêque. Une belle légende, qui ne doit pas faire oublier le patrimoine réel de la Ferté, sa superbe porte Saint-Julien, vestige d'une fortification urbaine et l'église Notre-Dame-des-Marais et ses vitraux XVème siècle.

Guincher au musée de la Musique Mécanique

Dans le village de Dollon se trouve un étonnant musée, avec des instruments musicaux mécaniques patiemment collectionnés et remis en état durant 20 ans par Philippe Corbin, dit Fifi. Orgue de barbarie, orgue de manège, piano mécanique, boîtes à musique (bouteille ou rouleau de papier toilette), chaise musicale, mais aussi phonographe, juke-box ou scopitone laissent entendre leurs sonorités à nulle autre pareille. Et le public se met souvent à danser dans ce lieu qui ressemble à un bistrot des années 30, avec salle de bal et petite salle de cinéma où défile un film de Laurel et Hardy essayant de livrer un piano.

Humer le parfum de la roseraie du château de Montmirail

Bâti sur une colline (248 mètres) aux abords abrupts, le château domine la petite cité de Montmirail. De cette forteresse médiévale du XVème siècle subsiste une seule façade. Remanié au XVIème siècle puis surtout au XVIIIème par Marie Anne de Bourbon, fille légitimée de Louise de La Vallière et de Louis XIV, il s'est transformé en maison de plaisance. Les salles d'armes voûtées sont splendides et la déambulation dans les cachots apporte un frisson d'aventure. Cuisine et salle à manger au rez-de chaussée se visitent. Dix chambres d'hôtes sont disponibles sur réservation. Dans la roseraie, s'épanouissent les pétales délicats de la variété Jardin de Granville. Les stalles d'écuries abritent un inédit salon de thé.

Que faire dans les Alpes mancelles ?

Savourer le charme du Fresnay-sur-Sarthe 

Un gué a façonné l'histoire de ce village qui s'est logiquement bâti aux temps médiévaux sur cet emplacement doublement stratégique, entre le comté du Maine et le duché de Normandie. Dès le Xème siècle, la cité est dotée d'un château puis d'un bourg castral. De cette époque subsiste le châtelet à deux tours qui donne sur un jardin public depuis lequel en contrebas, on aperçoit la boucle de la Sarthe et les maisons des tisserands, témoins du passé toilier du village. La très belle église romane est construite en calcaire et en grès roussard typique de la région. Ouvert à la visite le jeudi, samedi, dimanche, on ne rate pas le joli musée de la coiffe.

Chercher les oiseaux à Asnières-sur-Vègre

22 sculptures animalières en fer et verre sont disséminées dans des jardins, ruelles et sur des façades de maison d'Asnières-sur-Vègre. Fruit du travail d'artistes locaux, inspirées des Fables de La Fontaine, elles permettent aux visiteurs de découvrir cette petite cité de caractère fondée au Vème siècle sur un gué et dont on peut toujours admirer le « vieux » pont reconstruit au XIXème siècle. Un verger conservatoire accueille des espèces fruitières ancestrales. Au Manoir de la Cour, centre du pouvoir des chanoines médiévaux, on admire l'architecture : fresques polychromes, cheminées, fenêtres géminées, latrines.