Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Val de Cogne, l’Éden d'altitude

Par Détours en France

Au pied du Grand Paradis couvert de neige, cette haute vallée incarne les valeurs premières du tourisme valdôtain, combinaison de traditions rurales savamment promues et de naturalisme alpin. À Cogne et dans ses hameaux, il règne une atmosphère paisible et plutôt joyeuse, signe que le Val d’Aoste a transformé ici son histoire et ses paysages en réussite économique.

det_cogne034.jpg

Le Val de Cogne

S’enfoncer dans le val de Cogne, au sud d’Aoste, c’est aller toucher le cœur et l’âme de la région. Comme probablement dans chacune des douze autres, c’est au fond de ces vallées hautes et étroites qu’ont été préservées les traditions montagnardes les plus vivaces. La désalpe (désarra) en est une. Chaque début d’octobre, elle bouscule le chef-lieu de Cogne, 1 534 mètres d’altitude, agglomérat de maisons de bois et de pierre aux toits de lauze et balcons fleuris, façon Suisse. Descendues des alpages, les vaches sont fêtées et s’affrontent sur la prairie de Saint-Ours, dans les fameux combats de reines. La foule, au rendezvous, prend alors ses marques pour la saison de ski. Cogne, et ses hôtels plutôt chics, est réputé en Italie du Nord pour le ski de fond.

det_cogne159.jpg

Cogne

Festival du film naturaliste

det_cogne193.jpg

Le hameau de Valnontey

Inclus dans le périmètre du parc national du Grand Paradis, le plus ancien d’Italie (1922) – 72 000 hectares à cheval entre le Val d’Aoste et le Piémont–, il va sans dire que le village profite à plein de ce label en exposant sa nature, sa faune et ses paysages aux visiteurs. Randonner à pied ou à skis sous les pentes du Grand Paradis, avec cette caution écologique propre aux parcs naturels, est un plaisir que s’accordent beaucoup d’Italiens.  Le hameau de Valnontey est le point de départ de nombreux treks. Tous les deux ans, le festival du film naturaliste draine aussi la fine fleur des réalisateurs. 

Le val des dentellières

det_cogne140.jpg

Dentellière, val de Cogne

On l’a compris, le val de Cogne est tout sauf une vallée figée dans le passé. Le parc a bien entendu apporté une bouffée d’oxygène, de même que la mine de fer, fermée en 1979, qui alimentait l’usine d’Aoste. « Grâce aux migrants italiens, cette mine a apporté beaucoup d’ouverture à la vallée »,confirme Liliana Buttier, monitrice de ski et propriétaire de gîtes au hameau de Crétaz. Haut perché, le village des mineurs est un vestige industriel d’allure un brin surréaliste. Bien réelle, en revanche, est une autre tradition exclusive du val de Cogne : la dentellerie. Devant l’église du village au chœur baroque et au plafond peint, la coopérative des dentellières regroupe les 40 femmes qui pratiquent cette activité. Certes, on est loin de la centaine d’artisanes qui officiaient encore au début des années 1980, mais le métier n’est pas remisé non plus au rayon des antiquités. La tradition, importée dit-on par les sœurs bénédictines de Cluny, se transmet toujours.

Pont d'Aël : L'arche perdue retrouvée

det_aoste264.jpg

Aqueduc romain

À l’entrée du val de Cogne, peu après les vignes, un panneau à droite indique pont d’Aël. Une descente plus bas, le profond canyon du torrent du Grand Eyvia laisse apparaître un improbable et magnifique pont-aqueduc romain. Construit trois ans avant J.-C, sous l’empereur Auguste, son utilité était triple : apporter l’eau à la carrière de marbre gris d’Aymavilles, pour travailler la pierre utilisée à la construction d’Augusta Praetoria (Aoste), permettre une meilleure irrigation des terres et servir de force motrice aux moulins.

det_aoste273.jpg

Intérieur restauré de l'aqueduc

Ce pont monoarche, qui surplombe spectaculairement le torrent de 56 mètres, présente une autre spécificité. La partie sommitale, en pente de 2,6 %, canalisait l’eau. Mais le corps de maçonnerie, au-dessous, abrite un passage couvert invisible destiné aux piétons ! L’ouvrage étant privé, la traversée était soumise à un droit de passage. Restauré dans les années 2000, l’aqueduc d’Aël ouvre ce corridor au public depuis 2014,  lors des fêtes du patrimoine valdôtain, la dernière semaine de septembre.

Objets usuels en Châtaignier

det_cogne054.jpg

sculpteur sur bois et artiste local Dorino Ouvrier, Cogne

Il est une autre tradition qui perdure et colle parfaitement à l’environnement montagnard.  C’est le travail du bois. Incarné par l’artiste local Dorino Ouvrier, cette pratique est un peu la marque de fabrique du Val d’Aoste. L’Institut valdôtain de l’artisanat et de tradition, à travers ses boutiques disséminées dans la région, présente ainsi les objets usuels en châtaignier et en noyer que s’évertuent à tailler de petites mains locales. Si l’on vous dit aussi qu’à Cogne, on entend plus parler le patois valdôtain que l’italien, vous aurez acquis la conviction qu’il se passe vraiment quelque chose sur ces terres hautes, qu’il faut sans tarder aller vérifier de ses yeux.