Sare : l'âme du pays basque

Par Philippe Bourget
source : Détours en France n°160, p 55

Les kilomètres de frontière entre la commune et l’Espagne ont valu à Sare la réputation de « village contrebandier ». Si le « travail de nuit » a fait sa bonne fortune, c’est de jour qu’il faut le parcourir. Avec ses quartiers champêtres aux superbes maisons labourdines, ses chemins de montagne, son héritage artisanal et ses traditions vivaces, Sare apparaît, en pleine lumière, comme l’une des communes en pointe dans la défense de la culture basque.

Sare


Imposante, l’église Saint-Martin avec son clocher massif (il vient d’être rénové pour effacer toute trace de l’incendie qu’il avait subi) date du XIIe siècle. Elle a été agrandie au XVIIe siècle.

Concours de pottocks


Grand rendez-vous du mois de juillet à Sare : le concours des pottoks. Pouliches et juments de cette race de chevaux primitive et locale sont examinées par un jury : aspect général, morpho- logie... Les éleveurs sont très fiers de leurs bêtes.

Concours de pottocks


Lors du concours de pottoks, deux catégories de chevaux sont distinguées : le pottok de montagne (toise de 1,15 à 1,32 mètre au garrot), et le pottok de prairie (toise 1,20 à 1,47 mètre). Ces petits chevaux qui vivent en parcours libre dans la montagne basque sont totalement indissociables de cette région.