Epoisses, au-delà du fromage

Par Igor Marais

Si le fromage auquel la commune bourguignonne a donné son nom est universellement connu, peu nombreux sont ceux qui savent que cette localité de la Côte d’Or abrite un ensemble médiéval qui mérite largement une visite.

det_epoisses01.jpg

Epoisses village
Le clocher de l’église borde les douves, elles-mêmes longées par la D954.

Point n’est besoin de prendre le chemin des écoliers pour se rendre à Epoisses. Situé à mi-chemin entre Avallon et Semur-en-Auxois, le bourg – il compte 803 habitants - est traversé par la D 954. Qui longe, à peine la traversée du village commencée, une douve peu profonde sur laquelle donne le clocher de l’église. Une centaine de mètres plus loin, après un calvaire de pierre, un pont enjambe le fossé. Il permet d’accéder à l’ensemble médiéval.

On imagine sans mal que, durant les périodes de troubles, un pont-levis fermait cet unique accès et qu’il permettait de filtrer les arrivants.

Aujourd’hui, le visiteur ne paie plus l’octroi mais il s’acquitte d’une somme modique (2 euros) avant d’accéder à ce qui reste un très bel exemple de cité du Moyen-âge.

Passé la porterne, un colombier de 3 000 niches

det_epoisses03.jpg

Epoisses poterne
La poterne, le seul accès au site.

Passé la poterne, sur la droite, un très joli ensemble de constructions d’époque est ponctué par un imposant colombier. Doté de 3 000 niches, ses dimensions sont le reflet de la taille de la seigneurie. Un escalier permet de se rendre à l’intérieur de cette tour, et d’admirer l’alignement des niches sous une très belle charpente.

det_epoisses04.jpg

Epoisses le colombier
Le colombier d’aspect imposant et au cœur duquel on accède par un très bel escalier de pierre.

det_epoisses05.jpg

Epoisses arrière du colombier
Derrière le colombier, un ensemble de constructions typiques de l’architecture de la région.

Les bâtiments qui bordent le colombier – dont certains servent d’habitation aux villageois - sont d’une très belle facture bourguignonne avec leurs toits en tuiles plates caractéristiques de la région. Mais c’est vers le château que se portent vite les regards.

Un beau balcon de pierre

det_epoisses02.jpg

Epoisses château
Un jardin aux 500 rosiers : Devant la cour d’honneur, un parterre à la française ne compte pas moins de 500 rosiers. Encadrant la bâtisse, un beau parc est fleuri de mai à octobre. On y découvre une belle perspective sur le château et, de l’autre côté, sur le village et la campagne.

det_epoisses08.jpg

Epoisses château
A gauche, l’accès au château qui se fait par dessus de la deuxième enceinte. A droite, la tour sur laquelle on peut voir le balcon réalisé pour le plaisir du prince de Condé.

Flanqué de deux tours carrées massives jointes par un bâtiment en arc de cercle, le château est lui-même entouré d’un second fossé. L’histoire raconte que le prince de Condé, qui faisait une halte dans le château, avait regretté de ne pouvoir admirer la campagne environnante à partir de son logement situé dans l’une des tours.

De retour de la chasse, le lendemain, il eût la surprise de voir que les artisans du village lui avaient percé, dans la journée, une porte fenêtre donnant sur un beau balcon de pierre que l’on peut encore voir aujourd’hui.

Seules des visites guidées permettent de se rendre dans le château, propriété de la même famille depuis 350 ans. Parmi les richesses du mobilier des XVII et XVIIIe siècles, se trouve un très beau portrait de la marquise de Sévigné qui est venue et a décrit le château d’Epoisses dans ses lettres.

det_epoisses07.jpg

Epoisses église Saint-Symphorien
L’église Saint-Symphorien, qui date du XIIIe siècle, clôt la visite. D’un style composite, elle présente une piéta du XVe siècle à découvrir sur le bas-côté droit.