Ouessant et Molène, les îles du bout du monde

Publié par Philippe Bourget  |  Mis à jour le

Vraies « Finis Terrae », les deux îles plantées au grand large de la pointe Saint-Mathieu possèdent une histoire et une identité uniques dans cette mer d'Iroise soumise aux outrances de la météo. Aperçu...

Ouessant, séjour tempête...

Sur la plage de Yusin (sur la côte nord) un jour de tempête, le spectacle des vagues fracassant les rochers de l'île d'Ouessant est fascinant. Gerbes d'écume inouïes. Furia de la mer intimant l'homme au silence et à la prudence. Puissant, dantesque... les qualificatifs manquent pour décrire ce théâtre d'autant plus étonnant qu'il n'y a ni pluie ni vent. C'est en fait la conséquence d'une tempête au large. Au phare du Créac'h, le show est aussi envoûtant. C'est à la pointe de Pern que la pièce atteint des sommets. Plein ouest, le cap reçoit avec une abnégation muette – il en a l'habitude – toute la colère accumulée par l'océan. Paquets d'eau explosant sur la roche, bouillies d'écumes hirsutes, déflagrations iodées giflant les visages. Hypnotique ! 

Pourquoi visiter Lampaul ?

Car à Lampaul, dans la « capitale » de l'île aux 860 habitants (mais jusqu'à 4 000 l'été et pas plus de 500 en janvier, des Ouessantins passent l'hiver sur le continent), il existe des rites : aller acheter Le Télégramme dès qu'on a vu l'avion de Brest arriver ; prendre un café au bar-tabac Ty Butun ; regarder la vitrine de la galerie Ouessant Image, du photographe Dominique Baot, infatigable arpenteur de l'île ; finir la journée au pub Ty Korn (le « Tyk »), juge de paix des soirées ouessantines. Qu'il est bon alors d'être à l'abri la nuit tombée quand l'océan déchaîné harcèle la dernière terre habitée de l'ouest de la France.

Moutons en liberté, petits moulins à vent « chandeliers », en pierre et bois, dotés « d'ailes râteau » (Karaes, Run-Glaz), hameaux aux maisons basses traditionnelles, façades au sud, sans murs intérieurs (écomusée de la Maison du Niou)... Tels sont les paysages d'Ouessant, entre landes et prairies.

Comment se déplacer sur l'île de Ouessant ?

Pour circuler sur l'île de Ouessant, l'idéal est la marche à pied mais vous pourrez aussi louer des vélos au port du Stiff ou à Lampaul, en prenant garde aux restrictions d'accès sur les chemins côtiers. Des navettes avec visites commentées sont aussi proposées. Plus de renseignements auprès de l"office de tourisme.

Molène, les yeux dans la mer

En partant d'Ouessant, il faut 30 minutes à peine pour atteindre Molène en bateau.

Que fait-on la première fois que l'on vient à Molène ? Le tour de l'île à pied ! (Il n'y a pas de voiture). Une petite randonnée d'1h15 pour prendre l'air marin. Depuis le port très tranquille, le sentier longe la côte est puis sud. Des monceaux de goémon frais s'accrochent au rivage. L'odeur puissante plaît aux goélands, qui plongent le bec avec avidité. Devant l'amer pyramidal et jusqu'à Beg ar Loued (pointe sud de l'île), le soleil en contre-jour irise la mer d'un bleu verdâtre. Le fort vent d'ouest, lui, fait danser une nuée de limicoles tournepierre. Ils volettent au-dessus de cailloux blanchis par l'océan, qui font un bruit de roulement dans le ressac. Il y a là quelques murets de pierre sèche qui donnent à cette île bretonne un air d'Irlande... 

Comment se rendre sur l'île de Molène ?

Le seul moyen de s'y rendre est de prendre le bateau. Tout au long de l'année, plusieurs compagnies maritimes proposent la traversée au départ de Brest, du Conquet et périodiquement, au départ de Camaret et de Lanildut.

Cap sur le bourg

À la pointe du Roëlen, un rocher plus haut que les autres – l'île culmine à 26 mètres – dégage la vue sur Ouessant, les îlots et la ligne de toits gris du village de Molène, surmontée de la flèche de l'église Saint-Ronan. Cap sur le bourg, en bouclant le tour par une ribine (sentier) et la statue Notre-Dame-du-Bon-Retour. Il reste à voir l'église, son cimetière des Anglais et le musée du Drummond Castle. Et puis les fresques de l'Abri Roussin, le calvaire, le sémaphore, les fours à soude – utilisés jadis pour brûler le goémon. Tout un petit patrimoine témoin d'une économie de subsistance et d'entraide tournée vers l'océan.

Y a-t-il des hôtels sur l'île de Molène ?

Pour l'instant, il n'existe plus d'hôtels sur l'île de Molène, le dernier Le Kastell an Daol a fermé ses portes en 2017. Il est toutefois possible de séjourner ici grâce aux particuliers qui proposent plusieurs types de locations. Parmi eux, la location de gîtes de mer, sur le modèle des refuges de montagne, pour passer une ou deux nuits inoubliables au calme dans un milieu naturel et atypique. Et aussi, des chambres d'hôtes, comme chez Albin. 

À lire aussi :

Sujets associés