Top 10 des grottes et gouffres à visiter en Dordogne

Publié par Philippe Bourget  |  Mis à jour le

Le département de la Dordogne et son voisin du Lot abritent, autour des vallées de la Vézère et de la Dordogne, ce qui se fait de mieux en France en matière d'art pariétal et de gouffres karstiques. Derrière l'iconique grotte de Lascaux IV et ses célèbres gravures rupestres reproduites à l'identique, cette région nature et gastronome invite à plonger dans l'univers mystérieux et magnifique de nos grands ancêtres.

La grotte de Lascaux IV, plus vraie que nature

À tout seigneur, tout honneur ! Le centre international d'art pariétal de Lascaux IV propose une reproduction à l'échelle réelle de la célèbre caverne ornée découverte en 1940 par quatre jeunes amis. Après le visionnage d'un film, le public pénètre dans la grotte, fac-similé bluffant conçu grâce à des technologies de pointe. Dans la pénombre, on découvre 2 500 figures animales. Au sein de ce décor ultra réel, véritable musée de peintures préhistoriques, la visite guidée conduit de secteurs en secteurs vers les plus belles œuvres, l'immense taureau noir, le cheval renversé, l'ours… Incontournable.

La grotte de Rouffignac, ours et mammouths superstars !

Au nord de la vallée de la Vézère, cette grotte présente un double intérêt : les ours y ont laissé des traces et les hommes des dessins de mammouths exceptionnels. C'est en petit train que ces mystères sont dévoilés, au fil des galeries souterraines. Les ours n'avaient pas de colorants au bout des pattes mais des griffes : éclairée, leur empreinte est visible dans la roche. Petits et grands s'extasieront ensuite devant les mammouths peints sur les parois de la grotte dite « des Cent Mammouths ». Plus loin, bisons, chevaux, ongulés et même rhinocéros rappellent les dangers qu'il y avait à vivre alors dans le Périgord…

Le gouffre de Proumeyssac, descente au centre de la Terre…

Le plateau calcaire du Périgord noir, nom donné à cette partie de la Dordogne à cause du côté sombre de ses forêts, est percé par les vallées de la Vézère et de la Dordogne. Non loin du confluent, le gouffre de Proumeyssac est l'un des grands témoins de l'érosion karstique dont la région est l'objet. D'une hauteur de 52 mètres, il est habillé de concrétions splendides, stalactites, stalagmites, fontaines pétrifiantes et même une galerie des cierges. Cette profusion lui vaut le nom évocateur de cathédrale de cristal. Autre fait d'armes : on peut y descendre à pied ou dans une nacelle, voyage inédit dans les entrailles de la Terre.

La grotte de Font-de-Gaume, l'art pariétal sans fard

Au cœur de la vallée de la Vézère, fief incontestable des grottes préhistoriques et des peintures rupestres en France, les Eyzies constituent le centre névralgique. C'est ici qu'est « né » l'homme de Cro-Magnon, sépulture découverte dans un abri en 1868. Autant que le Musée national de Préhistoire, il convient de visiter absolument la grotte de Font-de-Gaume. Pour une bonne et simple raison : c'est l'une des rares à présenter encore au public des gravures polychromes, peintes à partir de – 16 000 ans (magdalénien). Au menu : bisons, chevaux, mammouths et deux rennes exceptionnels.

La grotte des Combarelles, dessins et destins

Juste à côté des Eyzies, dans la vallée de la Beune, Combarelles donne la réplique à Font-de-Gaume avec ses plus de 600 représentations figuratives, animales et humaines. L'art mural magdalénien est symbolisé ici par un lion, dessiné sur la paroi d'un couloir rocheux dans une posture dynamique. Plus habituel dans cette vallée profuse de la Vézère, la grotte abrite des dessins au trait de bisons, mammouths, ours et surtout de chevaux. Combarelles a aussi servi de refuge pour les hommes préhistoriques, comme le montre un autre corridor où ont été découvertes des traces de vie et d'activité manuelle.

La grotte du Grand-Roc, bijoux de calcite

Dans l'univers pariétal des grottes et des abris des Eyzies, Grand-Roc fait exception : c'est la seule ouverte au public à n'avoir aucune gravure rupestre. Elle ne perd pas au change. Dominant la Vézère depuis une falaise, son entrée est l'antichambre d'une cavité remplie de concrétions naturelles d'une grande finesse. Au long d'une visite guidée d'environ 45 minutes, les visiteurs découvrent, après un tunnel, un florilège de stalactites, de stalagmites et quantité de ruissellements de calcite figés, propres à exciter l'imagination. L'éclairage, bien pensé, met en valeur cette inédite joaillerie minérale.

La grotte de Villars, concrétions et œuvres d'art

Entre Brantôme et Thiviers, petites cités du Périgord dit « vert » pour ses bois de résineux et ses prairies, cette caverne a la particularité de posséder des peintures préhistoriques et d'intéressantes concrétions. On les découvre lors d'une visite guidée de 45 minutes. Elle permet d'observer le travail de l'eau infiltrée et d'une rivière souterraine, à l'origine de colonnes, draperies et gours. Passée une salle où l'on peut voir (aussi !) des griffures d'ours, la suivante témoigne de la présence de l'homme, il y a 21 000 ans. Bisons, chevaux et bouquetins jouent des coudes, à côté d'un individu représenté attaqué par un bison.

Le gouffre de Padirac, l'aven majeur

Présente-t-on encore le gouffre de Padirac ? Ce célèbre aven trouant le sol du causse de Gramat est l'une des stars du tourisme souterrain en France. Sa réputation n'est pas usurpée. Elle provient des dimensions généreuses de son ouverture (32 m de diamètre), de sa profondeur (75 m) et surtout de son incroyable parcours underground effectué en barque puis à pied, à 100 mètres sous terre. Padirac a passionné des générations de spéléologues, qui continuent d'explorer le réseau. Le public, lui, se régale des voûtes, de la salle du Grand Dôme et de la fameuse Grande pendeloque du lac de la Pluie.

Les grottes de Lacave, merveilles en sous-sol

En remontant la très esthétique vallée de la Dordogne vers le département du Lot, extension absolument conseillée d'un séjour en Périgord, la route croise les grottes de Lacave. L'arrêt s'impose dans cet ensemble modelé par l'eau et les siècles en un fabuleux décor de concrétions fantasmagoriques. Bien sûr, stalactites et stalagmites règnent en maîtres. Mais ils jouxtent des formes plus étranges, torrents de calcite, colonnes statufiées, draperies immobiles… Il faut prendre le train pour rejoindre ce décor, 400 mètres de voyage insolite. Puis marcher près de 2 kilomètres entre eau liquide et figée, la magie de Lacave.

Les grottes de Cougnac, compositions en tous genres

Près de la ville de Gourdon (Lot), à deux pas du département de la Dordogne, ces grottes situées un peu à l'écart de la grande cohue estivale ont l'avantage de proposer des merveilles à la fois naturelles et humaines. Naturelles, grâce à un faisceau de stalactites tombant de la voûte rocheuses dans la première grotte, rideau de dentelle figé d'une finesse peu commune. Humaines, avec dans la seconde grotte une salle ornée de peintures et de signes de mammouths, bouquetins, mégacéros (un des plus grands cervidés de tous les temps), oiseaux et cheval. À voir aussi : un dessin d'homme percé de lances…

Sujets associés