Voyage dans le vignoble nantais

Publié le par Vincent Noyoux

Le vignoble du Pays nantais recèle des tas de trésors : les berges de la Sèvre nantaise, une villa néoclassique, la « cité toscane » de Clisson… Sans oublier les domaines, où s'élabore le meilleur muscadet. Une étape de plus pendant le Voyage à Nantes.

Depuis l'île de Nantes, la Sèvre nantaise nous mène tout droit à Vertou, où la chaussée des Moines lui fait barrage. Les religieux bâtirent ce passage sur la rivière vers l'an mil, afin de pouvoir naviguer en amont de Vertou.

En un quart d'heure, on rejoint le château de la Frémoire après avoir franchi la rivière, grâce à un bac à chaîne. En été, les Nantais viennent se régaler de homard grillé et de fritures d'éperlan, dans une ambiance de guinguette de bord de Marne. Les vignes du muscadet démarrent sur ces coteaux ondoyants.

Découvrez aussi : 

À Saint-Fiacre, un château italianisant 

Au château du Coing, à la confluence de la Maine et de la Sèvre nantaise, on ne sait ce qu'il faut visiter en premier : l'édifice ou sa cave. D'un côté, un château italianisant avec ses écuries et son pigeonnier, ornés de briques et de génoises. De l'autre, un caveau garni de barriques, où vieillissent des muscadets de garde, moelleux ou pétillants. Véronique et Aurore Günther-Chéreau, mère et fille, sont fières de leur cuvée Comte de Saint-Hubert, aux arômes de fruits mûrs, miellés en nez, minéral en bouche.

« C'est un terroir exceptionnel, que je traite comme du bourgogne. D'ailleurs, les vins de Bourgogne nous envient notre minéralité », avance la première. Un juste retour des choses puisque le muscadet est produit à partir du cépage melon de… Bourgogne ! À 7 kilomètres du domaine de Saint- Fiacre, le site encaissé de Pont-Caffino désarçonne : des falaises abruptes cernent la Maine. Depuis cet été, un belvédère en acier, proposé par le Voyage à Nantes (VAN) et baptisé Le Porte-Vue, domine cet étonnant canyon (inauguration officielle en octobre).

À Clisson, un air de Toscane  

Ce n'est pas la Maine, mais la Sèvre que l'on retrouve à Clisson. La rivière scinde en deux celle que l'on surnomme la « cité italienne », en raison de l'élégance de son architecture et de son environnement. De la brique, des tuiles, des génoises festonnant les façades, des pins parasols, des ifs et des cyprès…

Oui, il flotte un air de Toscane dans cette ville nichée entre Bretagne et Vendée ! Le mérite en revient aux frères Pierre et François Cacault, respectivement artiste peintre et diplomate. Fascinés par la culture italienne, ils entreprennent, à la fin du XVIIIe siècle, une reconstruction de Clisson, alors en ruines, sur le modèle des cités toscanes. Leur ami, le sculpteur François-Frédéric Lemot, tombé lui aussi éperdument amoureux du site, poursuit leur oeuvre. Voulant créer une Tivoli française, iI impose partout la chantignole (brique plate de parement) et la tuile. Il élève surtout une superbe villa néopalladienne au milieu d'un vaste parc ponctué de fabriques ornementales : statues, grottes, temples, colonnes… L'artiste allemande Cornelia Konrads, invitée par le VAN, s'est amusée à détourner la statuaire paysagère de Lemot. On déambule comme dans une villa du Latium, croisant ici un tombeau à l'antique, là une réplique de casa colonica (maison rurale italienne). Depuis la terrasse panoramique, le regard embrasse la vallée de la Sèvre et la ville.

Ruines romantiques et Hellfest

Le château de Clisson (XIe-XVIIe siècles) fait sciemment partie du décor, puisque Lemot l'avait racheté, afin d'en admirer les ruines romantiques. Ouvert à la visite, il garde la mémoire d'Olivier V, connétable de France et surnommé le « boucher des Anglais » durant la guerre de Cent Ans, mais aussi celle de François II, duc de Bretagne, dont c'était la résidence favorite.

Parmi les autres trésors de la cité, il faut mentionner le ravissant pont Saint-Antoine sur la Moine. Ou les halles, dont la charpente du XIVe siècle, épargnée par les guerres de Vendée, abrite encore le marché du vendredi matin. Chaque année, la ville est envahie de joyeuses hordes barbares : les participants du Hellfest. Créé en 2006, ce festival de musique metal est l'un des plus importants du genre en Europe. Après quelques réticences à ses débuts, les habitants, commerçants en tête, prennent plaisir à ce rendez-vous de hard-rock. Clisson est devenu une étape culturelle d'un nouveau genre. Cela, François-Frédéric Lemot ne l'avait sûrement pas prévu…