Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Robert Perret : l'as du Beaufort des alpages

Par Vincent Noyoux
source : Détours en France n°176, p. 71

dt176_robert_perret_beaufort_gl.jpg

Robert Perret

Au plan d’eau de Tuéda (Méribel-Mottaret), un arrêt s’impose à la fromagerie de Robert Perret. Depuis cinquante ans, ce personnage haut en couleur fait du beaufort. « Du beaufort des alpages ! », précise-t-il. Autant dire la Rolls du beaufort, que l’on prépare ici avec des gestes ancestraux : rassembler le fromage dans la toile de lin, le presser dans son cercle de bois, tremper la meule dans la saumure, puis la frotter de sel en n’oubliant pas de la retourner tous les deux jours... « C’est la qualité de l’alpage qui fait 70 % du travail. Plus on monte en altitude, plus l’herbe est courte et grasse, et plus le fromage est long à venir... et donc meilleur il est ! » Robert Perret fait volontiers visiter sa fromagerie aux randonneurs qui le lui demandent. Son beaufort des alpages a ce petit goût de noisette que l’on peine souvent à trouver dans les autres beauforts. Alpage de la Tuéda, plan d’eau de Tuéda. 04 79 09 82 64 ou 06 16 72 13 94.

Tags