Parc du Marquenterre : au contact des oiseaux sauvages

Par Clio Bayle

Vous n’aimez pas les zoos, mais vous appréciez l'observation des oiseaux sauvages ? Un détour par le parc du Marquenterre en baie de Somme s’impose. Ici, pas de cages ni d’appâts,  les oiseaux sont libres et rois dans un environnement idéal et préservé !

Premier point de vue en arrivant dans le parc

Au nord de la baie de Somme s’étend un territoire magique où des milliers d’oiseaux, dont certains venus de pays lointains, transitent chaque année. La magie  du lieu tient au fait qu'au parc du Marquenterre, les oiseaux sauvages se sentent en sécurité, et cela, même si 160 000 visiteurs y viennent tous les ans pour les observer de près. « Tant que les visiteurs ne sécartent pas des chemins balisés, les oiseaux se sentent en confiance. Notre présence ne les gêne pas le moins du monde », explique Alexander Hiley, l’un des cinq guides permanents du parc.

Avocette élégante en vol

Avocettes élégantes en vol.

Le parc du Marquenterre

Le parc du Marquenterre recrée artificiellement plusieurs environnements naturels pour attirer des oiseaux du monde entier.

Depuis sa création, il y a 42 ans, le parc du Marquenterre a vu défiler plus de 360 espèces d’oiseaux différentes. En moyenne, 200 à 220 espèces y séjournent tour à tour chaque année. Outre les oiseaux marins endémiques de la baie, d'autres spécimens plus surprenants en ont fait leur Bed & Breakfast régulier. La diversité des environnements à l'intérieur même du parc permet également l'accueil d'oiseaux d'eau douce, d'oiseaux arboricoles et d'oiseaux des marais. Le parc leur sert d'hôtel ; la baie, les pâtures et les étangs, de restaurant.

En période de nourrissage, le ballet aérien est incessant... et sonore! Claquements de bec des cigognes, cris croassants des hérons et rauques des aigrettes, pépiements des oisillons affamés...

Nidification, couvage et nourrissage : un spectacle extraordinaire

Parmi les espèces les plus emblématiques du site, on retrouve par exemple les échasses blanches, les huîtriers, plusieurs espèces de grands échassiers comme les hérons cendrés, les cigognes et les spatules blanches. Ces derniers s'arrêtent par centaines dans le parc au printemps pour nidifier et couver. La partie arborée se peuple alors d'une des plus importantes colonies d'échassiers en France, offrant un spectacle particulièrement extraordinaire. En période de nourrissage, le ballet aérien est incessant... et sonore ! Claquements de bec des cigognes, cris croassants des hérons et rauques des aigrettes, pépiements des oisillons affamés...

voir aussi : Lac du Der : le rendez-vous des grues cendrées

D'autres espèces se font plus discrètes. Dans les herbes hautes, on entend le petit phragmite des joncs chanter pour délimiter son territoire. Au-dessus, sur une branche, un pouillot fitis signale sa présence en donnant de la voix. Malgré sa petite taille, 10 grammes à peine, son chant porte loin. Il faut dire que cet oiseau a de l'ambition. Difficile d'imaginer qu'il y a quelques semaines à peine, il vivait en Afrique subsaharienne et qu'il vient de poser ses bagages après un voyage de plusieurs milliers de kilomètres !

L'avis de la rédac': on adore !

On n'a pas tous les jours l'occasion d'observer d'aussi près la faune sauvage. Là-bas, les oiseaux ne semblent pas craindre l'homme et la cohabitation entre les volatiles et les visiteurs se fait tout naturellement. Un bon exemple à suivre.

Le plus : pas besoin de payer un supplément pour profiter des explications d'un guide naturaliste. Quand ils ne sont pas en visite guidée, ils attendent le public dans les différents postes d'observation pour répondre aux questions et donner des conseils.

Avocette élégante, échasse blanche, canard pilet, oies cendrées

Dans l'ordre, de gauche à droite et de haut en bas : avocette élégante, échasses blanches, canards pilets et oies cendrées.

Une foulque

La foulque macroule fait partie de la même famille que la poule d'eau, les Rallidés.

Historique

Le parc de Marquenterre correspond à la partie terrestre de la Réserve Nationale de baie de Somme. Les 200 hectares que compte le parc faisaient, à l’origine, partie intégrante de la baie.  Ils ont été transformés en polder à la fin des années 1930 quand Michel Jeanson reprend les rênes du domaine de son père pour y faire de la bulbiculture. Suite à l’ouverture du marché commun en Europe, la concurrence hollandaise a raison de cette activité. Passionné d'ornithologie, Michel Jeanson décide alors d'en faire une réserve naturelle pour les oiseaux qui ouvre ses portes en 1973.

Cigognes blanches

Cigognes blanches.

Spatules blanches

Spatule blanche.

Le parc du Marquenterre pratique

Le site : http://www.parcdumarquenterre.com/

Entrée Parc : Adulte : 10,50€ - Enfant : 7.90€
Famille : 33,80€ (enfants supl. : 6,50€)

Douze postes d’observation, répartis sur trois circuits, vous permettent de vous familiariser avec les différentes espèces d’oiseaux présentes dans l’estuaire. Choisissez votre parcours en fonction du temps que vous avez prévu de passer dans le parc.

  • Parcours Rouge (1 heure, 2 kms)
  • Parcours Bleu (2 heures, 4 kms)
  • Parcours Vert (3 heures, 6 kms)

Les accueils initiation

Si vous le souhaitez, le tarif d'entrée vous permet une visite guidée des premiers postes d'observation avec un guide naturaliste. Deux départs sont prévus à 10h30 et à 14h.

Les autres options de visite
Sortie Calèche 2h : 19.50€
Sortie Nature : Adulte : 15€ – Enfant : 10€ (Gratuit pour les enfants de moins de 6 ans)

Retrouvez aussi notre chronique sur le Mag de Campagne TV