Escapades dans les jardins médiévaux

Par Léa Billon

L’atmosphère du Moyen Âge imprègne les pierres et les jardins du Val de Loire et d'ailleurs : il s'y murmure des contes et des légendes à l’ombre des douves et des cloîtres, on y cultive des légumes et des plantes médicinales. 5 jardins vous invitent à remonter le temps.

Château du Rivau : des jardins de contes de fées

château du rivau

À l’ombre d’une forteresse médiévale, non loin de Chinon, Patricia cultive ses jardins comme personne. On la dit rêveuse et créative, c'est qu'elle a tout d'une fée. Chacun des 14 jardins est inspiré par les légendes merveilleuses du Moyen-âge. Patricia manie les contrastes à la perfection : tradition saupoudrée d'art contemporain, parterre de lavandes devant la façade en pierre blanche du château (le célèbre tuffeau de Touraine), arbres se tordant d'amour. Avec son équipe, elle taille le labyrinthe d'Alice, sème des objets magiques dans le bois et le jardin du petit poucet.

Comme si tout cela ne suffisait pas, les jardins du Rivau offrent au regard et au nez 450 variétés de roses parfumées. Et pour que vous puissiez prendre un peu de hauteur pour admirer toutes ces merveilles, des coussins sont installés devant les fenêtres à meneaux du château. Patricia et les jardiniers du Rivau sont sensibles au respect de l'environnement et pratiquent leur art sans engrais chimique. Les fleurs simples sont préférées aux hybrides parce que davantage visitées par les insectes pollinisateurs. On cultive aussi l’équilibre naturel entre plantes dans le but d’attirer ces insectes. Entre les rosiers, se faufilent des plantes aromatiques comme la lavande et l’aneth, répulsifs naturels contre les pucerons. 

Château d’Ainay-le-Vieil : des jardins à l'ombre d'une fortresse médiévale

ainay le vieil

ainay le vieil

Marie-Sol de La Tour d’Auvergne est « LA » spécialiste des jardins au sein de cette famille propriétaire depuis 1467 de ce château surnommé le « petit Carcassonne ». Elle en parle avec affection : grâce à elle, c'est un voyage dans le temps que content ces jardins puisqu’elle a su préserver le passé tout en innovant constamment. L'omniprésence de l'eau fait de ces jardins un lieu unique. Défensive quand elle entoure le château, elle devient d'agrément lorsqu'elle se déroule autour des jardins en formant le Grand Carré de l'île, grâce à un judicieux réseau de canaux. 

Les Chartreuses, c’est comme des maisons à ciel ouvert

Petite excursion dans les Chartreuses : constructions très rares en France, elles ressemblent à celles du Potager du Roi à Versailles, créées pour Louis XV. Dans les jardins d’Ainay-le-Vieil, elles s'étendent sur 5 ha. Cinq jardins se blottissent derrière de hauts murs, évoquant des époques et des univers très différents : le mixed-border, le verger sculpté, le jardin de méditation, le cloître des simples et les parterres de broderies. Les hauts murs ont la vertu de retenir puis de restituer la chaleur du soleil, créant ainsi un microclimat. Prolongeant de cette manière le plaisir de cueillir et de goûter les fruits à maturité…

Mignonne, allons voir si la rose…

Délicates, fragiles, élégantes, parfumées… les roses, anciennes ou plus modernes, symbolisent l’amour. À la saison, leurs parfums embaument les jardins. Elles portent des noms évocateurs ou enchanteurs : Chapeau de Napoléon, La Petite Malmaison ou Impératrice Joséphine s’épanouissent dans la roseraie ancienne des jardins du château d’Ainay-le-Vieil. Dans les jardins du château du Rivau, les roses sont sélectionnées pour leur parfum. La collection de 450 variétés de roses parfumées dévoile ses étonnantes fragrances : senteurs de thé et de myrrhe, de pomme verte, de citron et de framboise, de salade de fruits ou du rare parfum de musc.

Jardin médiéval de Bois Richeux : nourrir et soigner au Moyen Âge

bois_richeux

bois_richeux

Dis, ça soigne quoi la sauge ?

Il y a longtemps, très longtemps, vivait ici une druidesse nommée Richeulde qui donna son nom à cette ancienne ferme celte, l’une des plus anciennes de France. Et pour se souvenir de son savoir, les hommes d'aujourd'hui ont recréé un jardin médiéval qui soigne le corps et l'âme. Pour ce faire, ils se sont inspirés de descriptions de jardins clos du XIIIème siècle et y ont semé et planté des simples (plantes médicinales), des plantes aromatiques et des légumes anciens. Ici, tout est symbole et sérénité. Chaque massif est un chemin qui va du carré (la Terre) à l'arrondi roman (le Ciel). Nul doute que Richeulde aurait aimé s’asseoir dans le cloître de charmes qui conduit de la chambre d'amour au jardin de méditation.

Jardins du Prieuré Notre Dame d’Orsan : la culture du calme et de la sérénité

orsan

prieure_orsan

Ici tout est symbole et invite à la méditation

C’est au cœur d’une abbaye fondée en 1107 que sont nichés les jardins du Prieuré Notre Dame d’Orsan, c'est dire si les lieux ont une âme particulière. Jardins contemporains d’inspiration monastique médiévale, ils mêlent intimement l’utilitaire et la symbolique du Moyen Âge. Ici, tout est symbole et sérénité. Au cœur des jardins, le cloître et sa fontaine sont entourés de quatre carrés de vignes. Depuis ses allées centrales ponctuées d'arceaux de charme et de gloriettes, on accède aux autres jardins. Parterres surélevés, tonnelles, tressages, palissages sont à l’honneur. Un cœur vert enlace même la façade... Les deux chambres de la roseraie : le jardin de Marie, sont plantées de rosiers uniquement blancs et roses. Il faut prendre le temps de découvrir, de flâner. S’asseoir pour profiter du chant des oiseaux que les jardiniers cajolent en disposant un peu partout des nichoirs et des mangeoires.

Des plantes pour soigner l'âme et le corps

Sauge, hysope, menthe, thym… Ces plantes aux vertus médicinales étaient largement utilisées au moyen âge. En effet, un texte législatif édicté par Charlemagne, le « Capitulaire de Villis », imposait à chaque jardin royal de cultiver une centaine de plantes médicinales, aromatiques et condimentaires pour servir les besoins de la population. Dans les jardins du Prieuré Notre Dame d’Orsan, les "simples", des plantes qui pouvaient être utilisées seules pour soigner les maux du quotidien, sont étiquetées et présentées dans des parterres de terre surélevés. Installées au milieu d'un damier de préaux, les 200 plantes du jardin médiéval de Bois Richeux soignent ou se mangent. 

Jardins de l’Abbaye de Thiron Gardais : sur la trace des moines bénédictins

thiron-gardais

thiron-gardais

Dans les jardins thématiques de l’Abbaye de Thiron-Gardais la promenade est ludique. La curiosité éveillée par des énigmes, petits et grands parcourent dix jardins aux univers différents, guidés par des panneaux d'interprétation. Le jardin des simples célèbre les herbes médicinales tandis que le potager accueille légumes décoratifs ou culinaires aux formes et couleurs variées. Dans le jardin des aromates, l’odorat est taquiné par les menthes et les romarins. La prairie fleurie « redessine », en couleurs, l’emplacement de l’ancien cloître. L’allée des tilleuls conduit au jardin des rhododendrons aux étonnants parfums de miel et d’épices. La terrasse fruitière plantée de pommiers, figuiers et amandiers surplombe le jardin des couleurs dont les carrés dessinent au sol une mosaïque inspirée de pavés médiévaux. L’allée de rosiers mêle roses anciennes et roses contemporaines et le vivier des moines offre un cadre bucolique.