Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

Le château de Puymartin, l'ombre de la Dame blanche

Par Hugues Dérouard
source : Détours en France N°224

Entre Sarlat et les Eyzies, cette impressionnante forteresse est habitée, depuis cinq siècles, par la même famille. Depuis cinq siècles aussi, elle est associée à une légende célèbre dans le Périgord noir. Le fantôme qui hanterait ses couloirs n'a pas fini de faire tourner la tête des visiteurs !

chateau-puymartin-perigord-det_BRPer2364.jpg

Le château de Puymartin, dans le Périgord

Découvrir Puymartin un jour de ciel bleu, sans nuage à l’horizon, peut être trompeur. Tours rondes, donjon néogothique dominant majestueusement la vallée de la Beune, pierres blondes éclatantes au soleil. Xavier de Montbron, propriétaire des lieux, nous accueille aux côtés de sa mère, comtesse, et sa sœur Bernadette : « Le château nous habite, plus qu’on ne l’habite !, s’amuse-t-il. Édifié au XIIIe siècle, il est détruit durant la guerre de Cent Ans pour éviter qu’il ne serve de point d’appui aux Anglais. Puis il est reconstruit au XVe siècle par Radulphe de Saint-Clar, un de mes ancêtres. Le château, abandonné, a été restauré à la fin du XIXe siècle par le marquis de Carbonnier de Marzac. »

Cheminée en trompe-l'œil

grande-salle-chateau-puymartin-det_BRPer2386.jpg

La Grande Salle du château de Puymartin (Périgord)
La Grande Salle du château.

Xavier de Montbron connaît chaque porte dérobée, chaque recoin, chaque meuble de la demeure. Passé la cour Saint-Louis, qui permet d’y accéder, il désigne un tableau représentant l’un de ses aïeuls puis décrit avec minutie les tapisseries d’Aubusson du XVIIIe siècle, la cheminée « peinte en trompe-l’œil au XVIIe siècle » de la chambre d’Honneur, ou encore le « plafond à la française de la Grande Salle » ornée, elle, de tapisseries flamandes. La visite est détendue, jusqu’au moment d'aller dans la tour Nord. Laquelle reste associée, depuis le XVIe siècle, à une sombre légende.

Rencontres avec la Dame blanche

chateau-puymartin-perigord-det_BRPer2368.jpg

Le château de Puymartin, dans le Périgord noir

On raconte que Jean de Saint-Clar, lorsqu’il rentra au château après s’être illustré aux combats, y surprit son épouse Thérèse dans les bras d’un jeune seigneur. Jaloux et rageux, il l’enferma dans la tour. Elle y mourut après « quinze longues années de repentir » et son corps y fut même, dit-on, emmuré. Depuis, son fantôme ne cesserait, à la nuit tombée, de hanter les couloirs... Xavier de Montbron affirme, calmement : « Au cours de toutes ces années, je ne l’ai jamais croisée mais mon père, Henri, décédé en 2002, si. Et à plusieurs reprises. Je dois avouer que ses rencontres avec la Dame blanche l’ont bien chamboulé. Il a eu du mal à s’en remettre. » Les propriétaires, toutefois, ne souhaitent pas s’étendre sur le sujet, qui a bien trop souvent fait tourner la tête des visiteurs. Pour les amateurs de frissons, une chambre d’hôtes, magnifique, a été aménagée dans une pièce du château. Elle est régulièrement louée par les amateurs de paranormal...