Inscrivez-vous à la newsletter hebdomadaire
Reportages, photos, bons plans: partez à la découverte des régions françaises avec notre newsletter !
Votre email pour recevoir vos newsletters :
Les informations vous concernant sont destinées à l'envoi des newsletters afin de vous fournir ses services, des informations personnalisées et des conseils pratiques. Elles sont conservées pendant une durée de trois ans à compter du dernier contact. Ces informations pourront faire l’objet d’une prise de décision automatisée visant à évaluer vos préférences ou centres d’intérêts personnels. Conformément à la loi française « Informatique et Libertés » n°78-17 du 6 janvier 1978 modifiée et au Règlement Européen 2016/679, vous pouvez demander à accéder aux informations qui vous concernent, pour les faire rectifier, modifier, ou supprimer, pour vous opposer à leur traitement par mail à dpo@uni-medias.com ou par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris, ou pour demander leur portabilité, en écrivant par courrier à l'adresse suivante : Uni-médias, à l'attention du DPO, 22 rue Letellier - 75015 - Paris ou par mail à dpo@uni-medias.com. Vous pouvez également définir les conditions d'utilisation, de conservation et de communication de vos données à caractère personnel en cas de décès. Pour toute demande relative à vos données personnelles, vous pouvez contacter le délégué à la protection des données à l’adresse mail suivante : dpo@uni-medias.com, ou introduire une réclamation auprès de la Commission Nationale Informatique et Libertés.

L'île d'Yeu : 3 balades le long des côtes

Par Vincent Noyoux
source : Détours en France n°225

Un morceau d’Armorique au large de la Vendée. Avec ses 23 kilomètres carrés, l’île d’Yeu est de taille modeste, mais ses paysages voient grand. Rien de commun entre les clairières champêtres intérieures, les falaises rocheuses battues par les flots de la côte sauvage, et les douces dunes de la côte Nord-Est. À l’heure du « zéro carbone », elle se prête à la visite à pied et à vélo. La preuve en trois randonnées pour (re)découvrir la plus bretonne des îles vendéennes.

1 - La côte sauvage à pied

det_pte_but10.jpg

La côte sauvage sur l'île d'Yeu

À l’extrémité Ouest de l’île, la pointe du But tient toutes ses promesses : le vent souffle fort et des rouleaux furieux viennent se fracasser sur les Chiens Perrins, hauts-fonds responsables de bien des naufrages… Nous voici au tout début d’une superbe balade sur la côte Ouest, en suivant le GR 80. Ce sentier de randonnée fait le tour de l’île en 27 kilomètres (et en deux jours), mais on peut n’en parcourir qu’une portion, grâce à cinq autres itinéraires, prévus en boucle (de 7,60 à 10,40 km). La sente des Oyes (9,20 km) permet ainsi de voir l’essentiel de la côte sauvage au départ du Grand Phare.

det_plage-sabias-01.jpg

La plage de Sabias sur l'île d'Yeu

La jolie plage des Sabias n’est qu’à une demi-heure de marche de cette vigie haute de 41 mètres. Les Islais apprécient particulièrement ce croissant de sable abrité par la pointe du Châtelet. Les cabines sur la plage racontent les étés ensoleillés et les baignades dans les vagues bleu vert. Tout autour, la lande règne sur la côte escarpée, creusée de criques. L’asphodèle y pousse en champs sauvages, et le quartz y affleure. Une série de petites anses sableuses ou rocheuses nous séparent du Vieux-Château.

Du Vieux-Château au port de la Meule

det_yeu_vieux_chateau23.jpg

Le Vieux-Château sur l'île d'yeux

Cette forteresse du XIVe siècle, qui a défendu l’île contre les Anglais, est toujours solidement accrochée à son éperon rocheux. Sa silhouette aurait inspiré à Hergé son château de L’Île Noire… La plus belle portion du GR est ici, entre la plage des Sabias et le port de la Meule. Des chaos rocheux forment des promontoires spectaculaires ; la mer hésite entre vert, bleu roi et turquoise ; l’air iodé et le parfum miellé de la lande enivrent…

det_la_meule66.jpg

La Chapelle Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle sur l'île d'Yeu

Bientôt, la silhouette de Notre-Dame-de-Bonne-Nouvelle apparaît, dominant le charmant petit goulet de la Meule. Cette chapelle blanche, comme échappée des Cyclades grecques, a longtemps servi d’amer. On venait jadis y égrener son chapelet, à la lueur des cierges, pour les marins qui tardaient à rentrer. Désormais, la navigation en mer est plus sûre. On ne parle plus de naufrages au port de la Meule, mais de la pêche du jour. On refait le monde dans les cabanons de bois peints, devant les annexes posées contre les rochers. De là, nous rejoignons l’ancien village de caseyeurs de La Meule.

det_la_meule78_ile_d_yeu.jpg

Le port de la Meule

2 - À vélo, de Saint-Sauveur à la pointe des Corbeaux

det_yeu_pte_corbeaux03.jpg

La pointe des Corbeaux sur l'île d'Yeu

Les amoureux de la petite reine sont aux anges sur l’île. On y propose près de 2 200 vélos à la location, pour une population de 4 800 personnes – mais qui dépasse allégrement les 30 000 en été. On y trouve surtout un relief relativement plat et une multitude de routes et de chemins. L’une des plus belles randonnées cyclistes explore l’est de l’île au départ de l’église de Saint-Sauveur.

det_st_sauveur03.jpg

L'Église Saint-Sauveur sur l'île d'Yeu

Avant d’enfourcher sa monture, il faut entrer à l’intérieur de l’édifice roman. Dans l’abside Sud, de belles fresques des XIIe-XVIe siècles ont été mises au jour en 2013, et restaurées depuis. On y voit notamment une Dévotion à Saint-Nicolas, un des saints patrons des marins. Baguenauder dans les ruelles de Saint-Sauveur fait comprendre ce qui séduit autant les citadins aisés, qui possèdent des villégiatures dans ce coin islais. Des murets de granit maillent le village et enserrent des jardins soignés, où poussent palmiers, figuiers et autres grenadiers. Les maisons peintes à la chaux arborent de jolis volets colorés, et les toits respectent la tradition : tuiles tige de botte pour tout le monde !

det_st_sauveur38.jpg

Dans les rues de Saint-Sauveur sur l'île d'Yeu

Les plus belles plages de l'île d'Yeu

det_yeu_plge_vieilles27.jpg

La sente de Kreuzland sur l'île d'Yeu

La plage des Vieilles s’annonce après seulement quelques coups de pédale, sur une route en pente douce. Les estivants adorent se prélasser sur ce superbe rivage parsemé de rochers. Les locaux y voient un « petit XVIe » (comme l’arrondissement chic de Paris) ! Derrière le bouquet de cyprès, se cache le port des Vieilles, le plus petit de l’île. Quelques barques flottent sur l’eau transparente, comme en suspension.

det_yeu_plge_soux04.jpg

La plage des Sous sur l'île d'Yeu

Plus loin encore vers l’ouest se trouve la plage des Soux, notre préférée avec son éperon rocheux qui la sépare en deux. Par le chemin de la Couronne, on bifurque sur un sentier sableux qui longe la côte. Une émouvante stèle en mémoire des naufragés du Sequana, oeuvre d’Arnaud Kasper, rappelle un épisode douloureux. Le 8 juin 1917, un sous-marin allemand torpilla, au large d’Yeu, ce paquebot qui avait à son bord 400 tirailleurs sénégalais en partance pour le front.

det_yeu_pte_corbeaux32.jpg

La pointe des Corbeaux et son phare sur l'île d'Yeu

À 4 kilomètres de Saint- Sauveur, la pointe des Corbeaux n’est plus très loin. Le phare à la coupole rouge marque l’ extrémité Sud de l’île. Où l’on bascule de la côte sauvage (ouest) vers la côte « vendéenne » (nord-est), plus douce et sableuse. Le vent pousse l’écume des vagues. On s’amuse à attraper ces mousses volantes. On fait aussi l’expérience peu ordinaire de la rotondité de la Terre, grâce au panorama à plus de 180°. De toute beauté, en fin de journée.

3 - Port-Joinville et la côte Nord-Est, la Vendée-sur-Mer

det_port-joinville-21.jpg

Le port de Joinville sur l'île d'Yeu

Port-Joinville, sa gare maritime, son quai où s’alignent les cafés, ses boutiques… Et c’est tout ? On aurait tort de déguerpir trop vite. Le monde semble s’y être donné rendez-vous. Le quai du Canada rappelle que l’île a été libérée par les Nord-Américains, le 26 août 1944. Sur la place de la Norvège, un monument a été érigé en hommage aux six Islais qui ont péri en mer en allant porter secours à l’Ymer, un cargo norvégien coulé par un sous-marin allemand le 23 janvier 1917.

det_Vendee249.jpg

Port-Joinville sur l'île d'Yeu

Il fait bon flâner du côté de la rue du Secret, enfilade de façades blanches aux volets multicolores d’où surgit, incongrue, la coupole verte du phare des Mariés. Au milieu des maisons ! Sur le quai Carnot, on prend la file devant la fourgonnette d’Alain Mousnier. Ses tartes aux pruneaux partent comme des petits pains. Les origines de cette spécialité islaise remontent à l’époque où Port-Joinville s’appelait Port-Breton. Les marins islais qui cabotaient jusqu’en Gironde, rentraient avec du vin de Bordeaux dans leurs cales, mais aussi des produits rares, comme la cannelle, le rhum et… les pruneaux. La tarte islaise, décorée de croisillons de pâte, était offerte pendant les noces à ceux que les familles des mariés ne pouvaient inviter. Autre gourmandise locale, le betchet, biscuit sec apprécié des marins, car il pouvait se conserver lors des longues traversées.

det_yeu_port_joinville34.jpg

Tarte aux pruneaux et au rhum, spécialité de Port-Joinville sur l'île d'Yeu

Les grandes plages de sable de la côte orientale

Rassasié, nous pouvons enfin quitter Port-Joinville. Ce que nous faisons à bicyclette. Dès Ker Châlon, le littoral déroule une série de plages. Bien abritées des vents dominants, elles font face à la côte dite de Lumière, sur le continent. D’ailleurs, ici, tout nous rappelle les rivages vendéens : les dunes, l’ombre bien rafraîchissante des pins maritimes et des cyprès, auxquels se mêlent bouleaux et chênes verts. Plages des Sapins, de la Petite Conche, et celle des Ovaires qui doit son nom à une déformation de « eaux vertes »… Les plages se font plus sauvages, mais toujours sableuses, en approchant la pointe de Corbeaux, où règnent l’oyat et le chardon. Au large, les filières (élevage en suspension) des mytiliculteurs. Derrière la dune, le fort de la Grande Conche (ou fort Neuf). Cette batterie de défense, construite en 1860, semble enfoncée dans la lande. Au-dessus de nous, des cirrus dans le ciel immense. Le bout du monde, à 7 petits kilomètres de Port-Joinville.