Le sentier des Douaniers de Roscoff à Brigognan

Publié par Dominique Le Brun  |  Mis à jour le

Si la GR®34 permet de faire le tour de la Bretagne à pied sans jamais perdre la mer de vue, organiser une randonnée de plusieurs jours se heurte à un problème constant : où passer la nuit ? Cette randonnée de trois jours sur la côte nord du Finistère échappe à la problématique tout en offrant des paysages rares.

Ici, la longueur de l'étape est un paramètre important à prendre en compte. En effet, à force de monter et de descendre de quelques mètres tout en multipliant les tours et détours imposés par la côte, on accumule des distances et des dénivelés bien plus importants que la carte ne semblerait le montrer. Ainsi, chacune des trois étapes proposées atteignent une vingtaine de kilomètres et exigent 5h30 à 6 heures de marche. Quand on aura parcouru quelques centaines de mètres dans le sable, on saura pourquoi. Mais quelle ambiance ! Si cette côte est très habitée, l'urbanisation ne gâte jamais les paysages. Ici se succèdent des plages de sable blanc – souvent comme neige – prises entre des avancées rocheuses, dominées par des dunes, avec, au large, des bancs de récifs sur lesquels la mer se brise. Et souvent, devant la côte, de petits bateaux de pêche au mouillage dans des ports miniatures.

1er jour : de Roscoff à Moguériec 

Son église ouvragée et ses maisons d'armateurs cossues montrent quel port de commerce important fut Roscoff. Et comme nous longeons la côte en direction de Santec, nous voyons, à moins de 2 km, la tentante île de Batz. En ajoutant une journée aux trois jours de cette balade, on pourrait en faire le tour ! Mais pour l'heure, nous longeons les plages de La Palud et du Théven. Comme on arrive, à la hauteur de l'île de Sieck, on commence à entrevoir le port de pêche de Moguériec, terme de notre étape. Mais l'approche est longue car il faut auparavant remonter l'estuaire du Guillec, en s'enfonçant dans la plus bucolique des campagnes.

Sieck : île magique et nostalgique 

Si vous passez la plage du Dossen à marée basse, consultez les horaires au poste de secours pour vérifier que vous avez le temps de passer sur l'île de Sieck. Un chemin en longe la côte sud, conduisant à un petit port protégé par un môle gigantesque au pied de maisons en ruines. Ce sont les restes de ce qui fut, jusqu'au début du XXe siècle, un port sardinier important. Depuis, rien n'est venu enlever aux lieux leur beauté originelle.

2e jour : de Moguériec à Plouescat 

La plupart des marins­-pêcheurs de Moguériec amarrent désormais leurs caseyeurs à Roscoff, mais les quais n'ont rien perdu de leur charme. À partir d'ici, la côte paraît plus sauvage qu'à Roscoff tandis que, de plage en plage, on marche vers Plouescat. Parmi ces sites tous aussi bluffants les uns que les autres, citons le fjord du Port-Neuf, les dunes du Theven-Kerbrat et de Kerfissien, puis Porsguen, à l'abri de sa jetée. Bien plus étrange ensuite, nous croiserons ce curieux ensemble mégalithique à demi-enfoui dans le sable, au niveau de Palud Bihan, avant d'arriver enfin à l'anse de Kernic, fermée par un étroit goulet, qui forme un bassin au bout duquel se trouve notre hôtel.

3e jour : de Plouescat à Brigognan-Plages 

Pour l'essentiel, cette étape fait marcher dans les immenses espaces de Ker Emma, à travers la dune ou sur la plage, aveuglés par la lumière que refléchit le sable chargé de mica, assommés par la brise du large et émerveillés par l'aspect surnaturel des lieux. En passant la chapelle Saint-Guévroc, souvenir d'un monastère datant du VIe siècle, la moitié de l'étape est accomplie. Reste à contourner la grève de Goulven pour atteindre l'anse de Brignogan-Plages. Celle des Chardons Bleus où l'on fera étape, se trouve un peu au-delà. Mais avant de se présenter à l'hôtel, poursuivons le chemin sur quelques centaines de mètres pour découvrir la pointe de Bég Pol et son joli petit phare-maison.

À lire aussi :

Sujets associés