L'aventure du mushing sur le plateau des Glières

Publié le par Florence Donnarel

Le contraste est saisissant. A une trentaine de kilomètres au nord-est d’Annecy, à moins d’une heure de route, un espace sauvage suspendu dans le massif des Bornes a des allures de Grand Nord. Vallons capitonnés d’un épais manteau neigeux, forêts sombres et bosquets épars, constructions humaines inexistantes, le plateau des Glières a l’insolente beauté des déserts blancs.

On ne s’étonnerait pas de voir surgir entre les arbres Nicolas Vanier guidant son attelage canin, distillant dans son passage le grand souffle de l’aventure en pleine nature. Le magnétisme et la topographie du lieu, perché entre 1 350 et 1 550 mètres d’altitude, ont justement amené Philippe Durdilly à y proposer des balades et des initiations à la conduite de traîneau à chiens : « C’est un terrain nordique sans barre rocheuse à passer, donc très adapté. J’ai découvert ce coin par la spéléologie que j’ai longtemps pratiquée. Là, au pied du Parmelan, dans la roche calcaire, il existe un réseau souterrain de plus de 70 kilomètres ! Mais le plateau des Glières est aussi un site de mémoire », insiste le musher, carrure solide et chapeau en feutre vissé sur la tête. Haut lieu de la Résistance durant la Seconde Guerre mondiale, le plateau a abrité 465 maquisards. En 1944, alors qu’est lancée une série de parachutages d’armes en provenance d’Angleterre, il est bombardé par les Allemands. La destruction du maquis fera 149 victimes. Près du col des Glières, un monument national à la Résistance commémore l’engagement des combattants.

Chiens de traîneau, sur le plateau des Glières, dans les Alpes.
FermerChiens de traîneau, sur le plateau des Glières, dans les Alpes. © Gilles Lansard / Détours en France
© Gilles Lansard / Détours en France

Les chiens de Philippe s’impatientent. Ils bondissent, jappent, tirent sur leurs attaches. Il est temps de partir. Le musher fait les présentations. Herby sera mon chien de tête. Durant l’initiation, il se comportera toutefois comme un chien suiveur, puisque c’est le traîneau du guide qui ouvre la voie. Herby est un alaskan, un type souvent utilisé dans les attelages. Il est très présent sur la Grande Odyssée, cette course de chiens de traîneau qui traverse les Alpes chaque hiver. L’alaskan est issu de croisements entre le husky de Sibérie, endurant et adapté au grand froid, et des chiens de chasse calibrés pour le sprint. Deux autres chiens, Frise et Lasca, complètent l’équipage.

Je possède une meute de 50 chiens nordiques. C’est un choix de vie, car le métier est très physique. Mais l’échange que l’on a avec eux est extraordinaire

Une belle équipée

Philippe me tend la corde et donne les consignes : « Il faut toujours garder la ligne tendue. Ainsi, les chiens sont en traction et l’on peut avoir une direction. Pour s’arrêter, il suffit de crier “stop” et d’appuyer son pied sur la lame, à l’arrière du traîneau. Elle freine en se plantant dans la neige. » L’attelage s’ébranle et gagne en vitesse sur la piste qui s’enfonce dans la forêt depuis le lieu-dit Les Collets. Le temps de trouver son équilibre dans les virages, de maîtriser la montée d’adrénaline du départ, et l’on peut s’abandonner à la sensation de glisse ou goûter à la sérénité des grands arbres qui nous entourent. Le sentiment du Grand Nord nous cueille à la sortie de la forêt. Le chemin débouche sur un paysage ouvert, ondulation de vallons blancs au pied de la montagne des Auges. Nous sommes dans le secteur sud du plateau, dans la plaine de Dran.

Chiens de traîneau, sur le plateau des Glières, dans les Alpes.
FermerChiens de traîneau, sur le plateau des Glières, dans les Alpes. © Gilles Lansard / Détours en France
© Gilles Lansard / Détours en France

Le sommet altier de la tête Ronde se détache dans le grand ciel bleu. Devant nous, quelques skieurs de fond progressent sur une piste lisse, dans une cadence impeccable. Une fois la piste traversée, les fourrures brunes fendent la poudreuse, nous inventent une forme de liberté. Le traîneau s’approche de la chapelle Notre-Dame-des-Neiges, petit édifice de bois et de pierre. Reconstruite après les bombardements, elle remonte au XVIIe siècle, quand il fallait offrir un lieu de prière sur les alpages. La balade se poursuit au rythme des vallons, parsemés de rochers erratiques, de quelques chalets d’alpage et d’un refuge. Quelques pauses donnent aux chiens l’occasion de se rouler dans la neige ou de croquer des amas glacés pour se désaltérer. Ils peuvent aussi se coucher sagement.

Vue aérienne d'une balade en traîneau à chiens, sur le plateau des Glières, dans les Alpes.
FermerVue aérienne d'une balade en traîneau à chiens, sur le plateau des Glières, dans les Alpes. © Gilles Lansard / Détours en France
© Gilles Lansard / Détours en France

Il y a eu un effet Nicolas Vanier

Ils ne cessent de lancer leur regard bleu perçant. « Je possède une meute de 50 chiens nordiques. C’est un choix de vie, car le métier est très physique. Mais l’échange que l’on a avec eux est extraordinaire », s’émeut Philippe Durdilly qui dirige aussi le Syndicat national professionnel des conducteurs de chiens attelés (Synapcca). À ce titre, il a observé un fort engouement pour la pratique du traîneau tracté par les canidés. « Il y a eu un effet Nicolas Vanier, avec des documentaires inspirants sur les grandes odyssées avec des chiens », souligne-t-il. Le retour dans la forêt, sorte de sas végétal avant l’arrivée, signe la fin d’une évasion dans un monde sauvage où les chiens font s’ébrouer le vivant.

GUIDE PRATIQUE

D’Oumiak Aventure

751, chemin de la Croix-Rouge, 74800 Etaux. 04 50 25 88 63. doumiakaventures.fr

Traîneau à chiens, cani-rando, canyoning, spéléologie... réservation impérative (de préférence plusieurs jours à l’avance). Prévoir des vêtements de ski, avec chaussures montantes de préférence, bonnets, gants et lunettes. initiation à la conduite d’attelage et tour d’environ une heure. Tarif : 140 € par personne.

Domaine nordique des Glières

Plateau des Glières. 04 50 22 45 63. domainenordiquedesglieres.com

Situé entre 1 350 et 1 550 mètres, le domaine propose 29 kilomètres de pistes de ski de fond sur deux espaces : la plaine de Dran au sud, et, plus au nord, l’espace où se dresse le monument national à la Résistance. On peut y pratiquer du traîneau à chiens encadré, de la raquette à neige et des balades sur chemins damés. Quelques restaurants et gîtes permettent d’y séjourner.

Sujets associés